Tout avait très bien démarré cette saison pour Abdoulay Diaby (23 ans). Prêté par Lille à Mouscron l’été dernier, l’attaquant avait su se mettre en évidence, s’adaptant immédiatement à la Jupiler League. « Le projet LOSC/RMP m’a tout de suite plu. Ici à Mouscron, on trouve un encadrement très pro et de belles infrastructures. Le groupe est super. On voit qu’il y règne une bonne ambiance et c’est très important », déclarait-il d’ailleurs à son arrivée en Belgique. La preuve en chiffres : en 21 apparitions en championnat, le Malien avait scoré à 12 reprises. Une insolente réussite que les Dogues observaient avec attention, eux qui peinaient à se montrer réalistes dans la zone de vérité. Du coup, après plusieurs échecs lors du mercato d’hiver (notamment dans le dossier Petar Skuletic, ex-Partizan Belgrade aujourd’hui au Lokomotiv Moscou), les Nordistes décidaient de rappeler leur jeune buteur.

Mieux, dans la foulée, ils prolongeaient son contrat jusqu’en juin 2019. Un signe fort. L’intéressé se disait d’ailleurs étonné. « Très sincèrement, je partais pour effectuer toute la saison au RMP », expliquait-il avant de poursuivre. « Puis à mesure que les choses avançaient, je me disais qu’il serait bien que je franchisse un nouveau palier. L’opportunité de rejoindre le LOSC en janvier m’a alors été proposée. Je me suis dit pourquoi pas. Quand le train passe, il faut parfois savoir le prendre ». Le président lillois Michel Seydoux, lui, se félicitait d’ailleurs de cette opération début février. « Nous avons par ailleurs la satisfaction d’avoir obtenu l’arrivée de Sofiane Boufal et le retour d’Abdoulay Diaby qui viennent apporter leur talent et étoffer notre secteur offensif. Nous en sommes très heureux », indiquait-il. Aujourd’hui, si Boufal a eu l’occasion d’exprimer son potentiel (12 apparitions en L1 pour 834 minutes de jeu), Diaby ne peut pas vraiment en dire autant.

Un retour en Belgique à l’étude

L’ancien pensionnaire de Sedan n’a en effet eu droit qu’à 27 minutes en L1... À la CAN avec les Aigles en janvier (1 apparition), il a rapidement perdu du terrain sur la concurrence. René Girard évoquait en ces termes cette délicate situation. « Je ne peux pas mettre tout le monde, il faut faire des choix. Il est arrivé parmi nous après la CAN, on sait que c’est un gamin qui a de la qualité. Il faut qu’il attende son tour, d’autres sont là. (...) Voilà, j’ai discuté avec Abdoulay, il aura sa chance. Maintenant, ce n’est pas simple, il y a du monde à son poste. Je sais qu’il est déçu, qu’il a envie de jouer », justifiait-il, vantant par ailleurs ses qualités. « Il est vif, rapide, dribbleur, avec un bon pied gauche. Un joueur de profondeur ». Dans l’impasse, le joueur doit faire contre mauvaise fortune bon cœur, en espérant que le successeur de Girard, dont le départ a été officialisé, lui accorde davantage de confiance.

Avec le départ programmé de Divock Origi à Liverpool, le probable retour de prêt de Rony Lopes à Manchester City (le LOSC tente toutefois de prolonger la cession pour une saison de plus) et un Nolan Roux à un an du terme de son bail, des places se libèreront. Patientera-t-il jusque-là ? La question est posée. Son frère brise la glace pour FM : « On s’attendait à un temps de jeu supérieur, mais tout ne s’est pas passé comme prévu. On ne peut pas dire qu’il vit bien sa situation, il ne peut pas être heureux, cette situation ne peut pas continuer. On est en discussions avancées avec deux clubs belges, et un club promu en Premier League anglaise. C’est avec le FC Bruges que les discussions sont le plus avancées, ce serait une bonne alternative à Lille. Les choses sont claires, il ne sera a priori pas au LOSC la saison prochaine. Il n’a plus 18 ans, et a besoin de jouer, il ne peut pas refaire six mois comme ces six derniers ». La saison d’Abdoulay Diaby est décidément pleine de rebondissements...