Souriant et détendu, l’entraîneur du Paris SG Carlo Ancelotti a tenu une conférence de presse riche en enseignements à 13h30. Le technicien italien a commencé par démentir l’existence d’une clause libératoire dans son contrat lui permettant d’être libéré au cas où le Real Madrid viendrait à le solliciter. « C’est étrange. J’ai un contrat normal, je n’ai pas de clause. Moi je suis très content ici parce que les choses se passent bien. Il n’y a pas de clause », a-t-il avoué avant d’annoncer en avant-première la signature d’Alex (29 ans, ex-Chelsea) et de le présenter.

« Alex sera un joueur du PSG. (...) C’était une bonne opportunité au regard du prix et de sa volonté de venir à Paris. Je le connais bien. C’est un joueur et un homme fantastique. C’est un excellent investissement pour le club. Il a beaucoup d’expérience puisqu’il a joué aux Pays-Bas, en Angleterre et en Seleção. Il est très fort physiquement et il est très professionnel. C’est un bon garçon. Demain, il sera à l’entraînement et il pourra jouer dès la semaine prochaine », a-t-il expliqué, faisant ensuite le point sur la fin de mercato du PSG.

« Pour Tévez, c’est fini. (...) Nous avons parlé avec Tévez. Et on n’a pas trouvé d’accord. Il y a l’offre et la demande. (...) Thiago Motta, c’est un bon joueur. Mais je ne veux pas parler des joueurs qui ne sont pas parisiens avant le 31 janvier », a-t-il confié avant de préciser. « Je suis content des joueurs que j’ai en ce moment. S’il y a une arrivée, c’est bien. Sinon, c’est bien aussi. Avec Gameiro et Hoarau, ça suffit pour jouer la L1 et la Coupe de France. Dans le futur, nous devrons peut-être prendre un attaquant », a-t-il affirmé, se disant confiant pour l’avenir de l’écurie francilienne.

« Le PSG a un bon avenir et la L1 est un bon championnat. Des grands joueurs viendront », a-t-il poursuivi. Après le volet transferts, le Transalpin a abordé l’aspect tactique pour le déplacement à Brest sans Javier Pastore blessé. « Nous avons Gameiro, il a très bien joué contre Sablé, c’est un très bon attaquant. Il peut prendre la profondeur. Nenê et Ménez joueront derrière lui », a-t-il conclu, n’hésitant pas à donner la composition de son onze. « Sirigu, Bisevac, Lugano, Sakho, Maxwell, Jallet, Bodmer, Sissoko, Nenê, Ménez, Gameiro ». Riche en enseignements cette conférence de presse vous disait-on.