Le choc tant attendu. Le PSG accueillait ce soir Chelsea pour un premier round des huitièmes de finale de Ligue des Champions, dans un remake du quart de finale de la saison dernière. Diminué par de nombreuses blessures, le club francilien et Laurent Blanc ont dû opérer quelques changements pour la rencontre, le plus probant étant le replacement de David Luiz au milieu de terrain. Choix payant ? Le début de match semble en tout cas à l’avantage des visiteurs, qui monopolisent le cuir sans se montrer dangereux. Attentiste dans un premier temps, le PSG réagit après quelques minutes pour faire vibrer le Parc : sur la même action, Matuidi (10e) puis Ibrahimovic (11e) viennent solliciter Courtois de la tête.

Une double occasion qui a le mérite de poser véritablement une physionomie : reboosté, le PSG prend l’initiative et le cuir avec, pour instaurer sa domination. Mais dans cette configuration, les opportunités se font attendre, face à un bloc anglais bien regroupé. Il faut attendre la 34e minute, et une belle tête de Cavani sur corner, pour trembler à nouveau. Quelques minutes plus tard cependant, c’est la douche froide. Sur sa première véritable occasion, Chelsea va en effet scorer : Terry centre depuis la gauche, Cahill détourne du talon pour Ivanovic, qui trompe Sirigu de la tête (0-1, 36e). La défense londonienne a fait plier son homologue, pour offrir aux Blues le fameux but à l’extérieur. Malgré une tentative d’Ibra sur coup-franc (44e), le PSG ne parviendra pas à rétablir l’équilibre avant la pause.

Mais l’intention est palpable dès la reprise, alors que les Franciliens font le siège de la surface adverse. Leur abnégation est finalement récompensée. Côté gauche, Maxwell décale Matuidi, qui adresse un centre parfait pour Cavani, lequel trompe Courtois d’une tête croisée (1-1, 54e). Loin de s’en satisfaire, les hommes de Laurent Blanc poursuivent leur domination, et Ibrahimovic et Lavezzi de passer près du but quelques minutes plus tard (60e), David Luiz (66e) puis Cavani au terme d’un admirable raid dans la surface (81e) se procurant également de belles occasions. Rien n’y fera, et malgré sa supériorité sur le match, le PSG n’obtiendra pas mieux. Ce sont bien les Blues, qui partiront avec les meilleures chances de qualification au coup d’envoi du match retour à Stamford Bridge.

L’homme du match : Marco Verratti (8,5) : comme souvent dans les grands rendez-vous du PSG, le petit filou italien a été l’un des Parisiens les plus dangereux de son équipe. Très agressif au pressing, il a récupéré de nombreux ballons dans les pieds adverses, dans une position très haute sur le terrain et propice à la contre-attaque. Provocateur et fort d’une qualité technique à toutes épreuves, il a mis à mal la défense londonienne souvent obligée de faire faute sur lui. Véritable métronome de son équipe, il a donné le tempo de la partie et n’aura jamais perdu le ballon. A ce titre, plus de 93% de ses passes ont été réussies ce soir. L’homme du match côté parisien, assurément.

PSG :

- Sirigu (5) : jamais inquiété ce soir, le portier italien du PSG ne peut rien sur le but encaissé. Hormis cela, il s’était montré vigilant sur un centre d’Hazard. Une soirée plus tranquille que prévue pour l’ancien Palermitain.

- van der Wiel (6) : titulaire ce soir, le latéral néerlandais a livré une bonne partie. Rarement mis en danger dans son couloir, il s’est parfaitement occupé d’un certain Eden Hazard, très discret ce soir et éteint. Intéressant offensivement, il a offert de bonnes solutions sur son côté et ses centres précis ont amené le danger dans le camp adverse. Une bonne prestation.

- Marquinhos (7) : aligné en défense centrale ce soir, le jeune défenseur brésilien (20 ans) a réalisé un match excellent au coté de son compatriote Thiago Silva. Très solide dans les duels, il n’a jamais été dépassé par les attaquants londoniens, et s’est particulièrement bien occupé des percées d’Hazard. Bon dans le domaine aérien, il a surtout brillé par sa qualité de relance rapide et propre depuis sa surface.

- Silva (7) : prestation taille patron de la part du capitaine brésilien du PSG. Tout simplement impérial dans les duels aériens, il a soulagé à de nombreuses reprises sa défense. Toujours prompt dans les duels, il a totalement muselé Diego Costa dans l’axe, tout bonnement invisible ce soir. Précis dans ses relances, il a également harangué ses partenaires à jouer vers l’avant. Un très bon match.

- Maxwell (5,5) : moins à l’aise qu’à l’accoutumée ce soir face aux Blues de Chelsea, l’ancien Barcelonais n’a pas brillé sur son couloir. S’il a connu des difficultés défensivement sur son côté, laissant parfois beaucoup d’espace dans son dos, le Brésilien a montré un visage séduisant offensivement, combinant bien avec Lavezzi et Verratti sur certaines phases de jeu. Pas toujours précis dans ses centres, il n’a finalement que peu pesé.

- David Luiz (6,5) : surprise de Laurent Blanc au coup d’envoi, l’habituel défenseur central a livré une superbe partie au poste de milieu défensif. Très solide, parfois très rugueux dans les duels, il a récupéré de nombreux ballons tout en hachant le jeu des Blues dans l’entrejeu. S’il a provoqué quelques fautes dangereuses, il a surtout parfaitement orienté le jeu des siens depuis le milieu de terrain en offrant quelques ouvertures sublimes pour ses attaquants. Avec plus de réussite, l’ancien Blue aurait même pu marquer un but (66e).

- Matuidi (7) : quelle prestation de la part du milieu de terrain parisien ! Ce soir le « chien fou » de l’écurie francilienne a appliqué un pressing incroyable de tous les instants sur le porteur du ballon adverse. Très présent offensivement également, ses percussions ont fait du mal à la défense des Blues alors que c’est lui qui offre la passe décisive pour Cavani. L’ancien joueur de l’ASSE aurait même pou s’offrir une deuxième passe décisive si Cavani avait cadré sur son tir du pointu (81e). Toujours aussi généreux dans l’effort, il n’a jamais négligé le repli défensif et aura été très précieux pour son équipe.

- Verratti (8,5) : voir ci-dessus.

- Cavani (7) : enfin Cavani a livré une prestation de leader de l’attaque francilienne ! Toujours aussi généreux dans l’effort, il a abattu un travail considérable dans le repli défensif mais s’est aussi montré très entreprenant sur le front de l’attaque. D’abord malheureux face à Courtois (34e), c’est lui qui délivre les siens d’une tête rageuse après la pause (54e). Mais surtout, le buteur uruguayen a su faire des différences balle au pied et ses bons mouvements ont déstabilisé la défense adverse. Avec plus de réussite, il aurait même pu offrir la victoire au PSG (81e). Un très bon match néanmoins.

- Ibrahimovic (6,5) : très bon en début de match où il s’est procuré une très belle occasion d’ouvrir le score (12e), le géant suédois du PSG a participé à toutes les occasions offensives de son équipe. Puissant, il a beaucoup pesé sur la défense adverse sans pour autant parvenir à se montrer véritablement dangereux face au but (49e). Souvent décroché, il a toutefois parfaitement servi ses partenaires et aura été très remuant. Prometteur avant le match retour.

- Lavezzi (4) : alors que son équipe a pris le meilleur sur Chelsea durant toute la rencontre, le lutin argentin lui est légérment passé à côté de son match. En dessous du niveau général de ses partenaires ce soir, il s’est montré plus dangereux après la pause et aurait pu inscrire une beau but avec plus de réussite. Insuffisant cependant, il est remplacé par Pastore en fin de rencontre (81e).

Chelsea :

- Courtois (8) : le portier belge a réalisé une superbe partie. Après une grosse activité en début de match, où il s’est brillamment interposé devant les Matuidi (10e) et Ibrahimovic (11e), l’ancien de l’Atlético est resté concentré et solide, en ont témoigné une claquette sur corner pour sortir la tête de Cavani (34e), ou deux nouveaux arrêts face au buteur suédois du PSG (60e, 90e+2). N’a rien pu faire sur la réalisation parisienne, où il fut lâché par sa défense.

- Ivanovic (6,5) : il n’est pas un joueur glamour, et certainement pas le latéral le plus élégant de la planète foot. Mais le roc serbe est diablement efficace. Après quelques minutes de flottement, il s’est mué en roc, et s’est une nouvelle fois distingué offensivement, avec le but du 1-0 inscrit de la tête (36e). Davantage en difficulté sur le second acte, il y fut averti (65e).

- Cahill (4,5) : il y a ce superbe geste technique, cette talonnade à l’aveugle pour offrir à son acolyte Ivanovic le but du 1-0 (36e). Mais pour ce qui est de sa première tâche, le défenseur central n’est pas exempt de tout reproche. Parfois dépassé comme cette action où Ibrahimovic l’a déposé avant de frapper (60e), il a comme l’ensemble de sa défense oublié Cavani sur la réalisation francilienne (54e).

- Terry (5) : le vétéran a alterné le bon et le moins bon sur cette partie. Le bon, avec ce centre qui a profité à Ivanovic pour l’ouverture du score (36e), et quelques interventions bien senties. Le moins bon, avec un duel aérien perdu face à Ibra (11e) et son attentisme sur le but de Cavani, où il était absent au marquage (54e).

- Azpilicueta (6,5) : si comme son arrière garde, son positionnement sur la réalisation de Cavani laisse à désirer (54e), le latéral espagnol a du reste fait le boulot, entre de bons retours défensifs et quelques récupérations. Son sauvetage sur une frappe de Lavezzi, alors que Courtois avait déserté ses cages (60e), vaudrait presque un but.

- Fàbregas (4,5) : le leader du classement des passeurs européens n’a ce soir pas évolué dans sa zone de prédilection pour exercer au mieux son art. Aligné plus haut sur la feuille de match mais paradoxalement éloigné de la zone de décision, lui qui en fut astucieusement tenu éloigné par le milieu francilien, l’Espagnol n’a pu offrir de caviar ou quelque ouverture lumineuse. Sa présence dans l’entrejeu est toujours gage de bonnes transmissions, mais la physionomie du match ne l’a pas servi. Remplacé par Oscar (83e).

- Matic (6) : retenir du géant serbe les actions où Marco Verratti (43e) ou Cavani (81e) l’ont enrhumé serait réducteur. Sa présence physique dans l’entrejeu fut comme toujours un plus pour les Blues. Très actif au pressing et à la récupération, il a grandement soulagé son arrière garde, avant de baisser le pied dans le second acte.

- Ramires (4) : le milieu brésilien s’est avéré plutôt discret. Il n’a pas apporté beaucoup lorsque ses Blues avaient le cuir dans leurs pieds, avec une prise de risque limitée et une incapacité à accélérer le jeu. Surpris par Cavani sur corner (34e), le milieu a aussi été attentiste au marquage de Matuidi sur le but parisien (54e).

- Willian (4) : partie difficile pour l’ailier brésilien. D’un naturel remuant, il n’a ce soir pas pu faire montre de ses qualités premières, la faute à une physionomie où son équipe n’avait que peu de ballons à négocier aux abords de la surface adverse. Cantonné aux tâches défensives, il a fait preuve de bonne volonté, mais fut trop discret dans l’ensemble. Remplacé par la nouvelle recrue des Blues Cuadrado (79e).

- Hazard (4) : hormis une percée côté droit de la surface pour un centre-tir dans les gants de Sirigu (25e), le Belge n’a pas fait d’étincelles. Attendu comme le principal danger pour l’arrière garde francilienne, l’ancien Lillois n’a touché que peu de ballons dans la zone de vérité, ne pouvant, à l’instar de tous les éléments offensifs de Chelsea, exploiter au mieux ses qualités.

- Costa (3,5) : le plus discret de tous les Blues. Esseulé en pointe, le buteur de Chelsea n’a été que trop rarement servi, et n’a pas non plus été à son aise dans la conservation du cuir ou la création d’espaces pour ses partenaires d’attaque. Remplacé par Rémy (81e), qui n’a pas eu le temps de se signaler aux avant-postes.