Depuis plusieurs années, Southampton est une usine de talents. Gareth Bale, Alex Oxlade-Chamberlain, Adam Lallana, Luke Shaw, Sadio Mané ou encore Virgil Van Dijk s’y sont révélés. Si certains y sont formés, d’autres sont arrivés et ont explosé au St Mary’s Stadium. Une usine de talents dans laquelle s’éclate un jeune franco-tunisien : Yan Valery (20 ans). Le natif de Champigny-sur-Marne, arrivé en provenance des U19 du Stade Rennais à l’été 2015, a rapidement signé son premier contrat professionnel avec les Saints en février 2016, à l’âge de 17 ans seulement. « Je suis très heureux de signer mon premier contrat professionnel avec Southampton. C’est un très bon club pour progresser, tout le monde m’aide. Je suis très heureux. J’ai déjà beaucoup progressé, je bénéficie des excellentes installations du club », déclarait Yan Valery après la signature de son premier contrat professionnel le 29 février 2016. Il faut dire que le latéral droit revenait de loin. Arrivé à Rennes à l’âge de 14 ans, le natif de Champigny-sur-Marne a peiné à se faire à la vie bretonne. Et si Rennes a eu l’occasion de lui faire signer un contrat aspirant, il n’a finalement signé qu’une convention. C’est finalement un tournoi qui a ensuite fait basculer la carrière du jeune défenseur rennais.

Étincelant à Montaigu avec Rennes, Yan Valery a tapé dans l’oeil dans de nombreux clubs européens… dont Southampton. « Plusieurs clubs m’ont demandé mon numéro de téléphone quand j’étais à Rennes. J’ai décidé de venir à Southampton car j’ai toujours voulu jouer en Angleterre. En plus, c’est la meilleure académie du pays », déclarait le principal intéressé lors d’une interview accordée à iNews. Et si la barrière de la langue aurait pu être un problème pour lui, il a pu compter sur l’appui de plusieurs francophones, mais également de Radhi Jaidi, l’entraîneur tunisien des moins de 23 ans de Southampton. Et parmi les francophones des Saints, un homme a contribué dans la progression du latéral français : Sadio Mané. Le Sénégalais, qui a évolué entre 2014 et 2016 du côté des Saints, a rapidement conseillé à Yan Valery d’apprendre l’anglais pour être plus à l’aise. Des conseils évoqués par le Français lors de l’interview avec le média anglais. « C’était bien de parler avec un joueur qui évoluait en équipe première. Il m’a donné des conseils. Sadio m’a dit que si j’avais un problème, je pouvais venir lui en parler ».

Deux buts lors des deux derniers matches

Petit à petit, l’ancien poulain du Stade Rennais prend ses aises chez les Saints. Il réalise d’ailleurs plusieurs apparitions avec les jeunes (27 matches avec les U23 en championnat entre 2015 et l’été 2018, 2 passes décisives). Des performances qui rappellent en interne Luke Shaw, et qui lui valent la confiance de ses entraîneurs. Après avoir démarré la saison avec les U23 de Southampton, où il dispute 10 rencontres et délivre une passe décisive, Yan Valery se voit promu en équipe première et Mark Hughes le titularise pour la première fois lors d’un match de Carabao Cup contre Leicester, perdu par les Saints fin novembre (0-1). S’en suit un baptême du feu en Premier League quatre jours plus tard contre Manchester United (2-2). Des apparitions décisives pour le Français, qui ne quittera plus le groupe de Southampton en Premier League par la suite. Mieux, après ce match contre les Red Devils, il disputera tous les matches de championnat, et ce même lorsque Ralph Hasenhüttl fut nommé entraîneur des Saints début décembre (13 titularisations en 15 matches).

Une montée en puissance confirmée par le départ de Cedric Soares, habituel titulaire du poste, à l’Inter Milan l’hiver dernier. Le match référence de l’ancien du Stade Rennais ? Un duel face à Eden Hazard où le Français contient parfaitement le Belge, réalisant 5 interceptions face aux offensives des Blues (0-0). Quelques semaines après ce rendez-vous réussi, Yan Valery ne cachait pas ses ambitions sur le site du club après la prolongation de son contrat jusqu’en juin 2020. « Je veux commencer le plus de matches possible avant la fin de la saison. Je veux aussi progresser car je sais qu’il y a beaucoup de choses que je peux améliorer car je suis un jeune joueur ». Une prolongation qui en a appelé une autre quelques semaines plus tard, mi-mars, cette fois jusqu’en 2023. Des performances suffisantes pour l’emmener en équipe de France ? Difficile à dire. Le jeune défenseur de Southampton, passé par les U17 (7 sélections) et U18 français (1 sélection), ne cesse cependant de montrer le bout de son nez. Lors des deux derniers rendez-vous face à Manchester United (2-3) et Tottenham (2-1), le numéro 43 a fait parler la poudre, s’offrant ses deux premiers buts avec les professionnels. Danger cependant pour Didier Deschamps car Alain Giresse, sélectionneur de la Tunisie, pourrait s’intéresser aux performances du Franco-tunisien. Vers un destin à la Benjamin Pavard pour Yan Valery ?