Il y a quelques années encore, Sunderland faisait partie des meubles en Premier League ; une équipe toujours compliquée à jouer et bien installée dans cette première division anglaise. Ce qui avait notamment permis aux Black Cats d’attirer des joueurs comme Didier Ndong, Wahbi Khazri, Jeremain Lens, Papy Djilobodji ou Emmanuele Giaccherini. Mais le club a rapidement sombré, étant relégué en deuxième division au terme de la saison 2016/2017. Un an plus tard, le club descendait à nouveau, en League One (D3), division dans laquelle il évolue actuellement. Et forcément, tous ces joueurs qui ont signé de longs contrats avec les Black Cats ont quitté le navire...

Sauf deux, Didier Ndong et Papy Djilobodji, qu’on connaît bien en Ligue 1. Le premier, recrue la plus chère de l’histoire du club (20M€ à l’été 2016), avait disputé la première partie de saison avec le club en D2, avant de retrouver la Premier League en étant prêté à Watford en deuxième partie de saison. Cet été, il n’a cependant pas pu trouver de point de chute, et est donc toujours au club, en D3. Même cas de figure pour Djilobodji, qui était lui prêté à Dijon la saison dernière. Et les deux n’avaient visiblement pas envie de rejouer avec les Black Cats, puisque Ndong ne s’est toujours pas présenté à l’entraînement, alors que Djilobodji est arrivé en retard et complètement hors de forme comme l’explique le Guardian. Ce dernier a été libéré de son contrat ce mercredi. Au club, on pense que le Gabonais et le Sénégalais voulaient voir leur valeur chuter afin d’être libérés de leur contrat ou être vendus pour un prix relativement bas. Une plainte pourrait donc être déposée contre les joueurs en question. En attendant, ils sont privés de salaire par le club...

« Ndong n’a affiché aucune volonté de revenir au club. On ne sait même pas où il est »

« Je suis certain que nous sommes autorisés à les sanctionner. Mais la question est : ont-ils fait assez pour que nous puissions rompre leur contrat et les poursuivre pour volonté de se dévaluer ? Didier Ndong n’a affiché aucune volonté de revenir au club. On ne sait même pas où il est. Papy est revenu mais lors de notre dernière conversation, il a dit : "vous ne me verrez plus jamais à Sunderland". On ne pense pas qu’ils se sont comportés suffisamment bien avec nous pour dire "bon d’accord, on vous paye". Et de toute façon, aucun des deux n’est en condition de jouer », a lancé le président Stewart Donald à TalkSport, avant la résiliation de l’ancien Nantais.

Il s’en est ensuite pris à Papy Djilobodji, qui est donc libre de tout contrat : « il y a une obligation pour les joueurs de revenir dans une condition physique qui leur permette de jouer au foot, mais la réalité c’est que j’aurais probablement été meilleur que Djilobodji quand il est revenu. Il était très loin des autres et il n’est pas revenu à l’entraînement suivant. Quand tu ne donnes pas signe de vie pendant 72 jours et que tu manques 8 matchs de la saison, et que tu arrives dans une condition qui fait que tu manquera probablement les 12 prochains matchs, je pense que ça dit clairement que tu n’es pas dévoué ». Les avocats de Sunderland travaillent donc sur ce dossier qui risque de beaucoup faire parler outre-Manche...