Pour sa première saison en Europe, à tout juste 18 ans, Gabriel Martinelli étonne la planète football. Arrivé en provenance d’Ituano, le jeune Brésilien est l’une des rares satisfactions d’Arsenal. Ses 10 buts et 4 passes décisives en 23 apparitions toutes compétitions confondues font de lui l’un des meilleurs joueurs des Gunners depuis le début de l’exercice. Au cours d’un long entretien accordé à Marca, l’Auriverde s’est confié sur ses premiers pas réussis au Royaume de Sa Majesté.

« Le changement a été difficile. Arriver en Angleterre, c’est compliqué, mais j’ai une motivation importante : jouer pour Arsenal. (...) C’est le meilleur championnat du monde. Chaque match me surprend un peu plus, avec les stades, les publics... et le style de jeu. Toutes les équipes attaquent et jouent avec beaucoup d’intensité », apprécie-t-il. Fan de Cristiano Ronaldo, qu’il « admire pour sa volonté », l’attaquant a reçu les compliments de Jürgen Klopp, manager de Liverpool. « C’est le meilleur talent du XXIe siècle ». « Je me sens fier que l’un des meilleurs entraîneurs du monde parle comme ça de moi. Maintenant, je dois continuer à travailler fort, à rester concentré », a-t-il réagi.

Le Real, le Barça, Ansu Fati...

Interrogé au sujet de ses compatriotes Vinicius Jr, Rodrygo et Reinier, à qui il « souhaite le meilleur », le Paulista n’a évidemment pas pu éviter les questions au sujet de la rumeur l’envoyant au Real Madrid. « Le Real ? Non, je n’ai rien reçu. Je suis concentré sur mon travail à Arsenal et ma tête est pleinement ici », a-t-il assuré. Il aurait d’ailleurs pu atterrir ailleurs en Espagne, du côté de Barcelone, avant d’arriver en Premier League. « Avant la Copinha, je me suis entraîné quelques jours à Barcelone. J’ai passé 15 jours là-bas, en octobre. (...) J’ai passé de très bons moments à Barcelone, j’en ai profité au maximum et j’ai donné le meilleur de moi-même : j’ai adoré voir comment ils s’entraînent, connaître la structure du club, la ville... C’était un rêve éveillé », a-t-il raconté.

Seulement, le Barça n’a pas transformé l’essai. « Je me suis entraîné avec Ansu Fati et nous sommes devenus amis. Il m’a beaucoup aidé et maintenant il joue en équipe première. Il mérite tout ce qui lui arrive. Il est super humble et il m’a très bien accueilli. On m’a invité à La Masia... mais, ensuite, on ne m’a plus rien dit. Je suis revenu à Ituano, j’ai joué la Copinha et je suis parti directement à Arsenal », a-t-il conclu. Tant mieux pour les Gunners. Tant pis pour les Blaugranas.