Ce jeudi, c’est jour de réunion au siège de l’UEFA. Alors que la délégation du Paris Saint-Germain est attendue à Nyon pour s’expliquer au sujet de son mercato estival 2017 XXL, l’instance dirigeante du football européen va également recevoir les dirigeants de l’AC Milan. Et si le club francilien a des chances de s’en sortir sans trop de dégâts à déplorer, son homologue italien ne serait pas vraiment dans le même cas. Récemment racheté par Rossoneri Sport Investment Lux en échange d’un chèque de 740 M€, le géant transalpin peine à séduire l’UEFA.

Dernièrement, le journal espagnol Marca annonçait en exclusivité que la commission du fair-play financier n’avait pas été convaincue par le projet milanais. En clair, de gros doutes existeraient sur la capacité financière de l’actionnaire principal chinois Yonghong Li à supporter un tel projet. Une rumeur qui en avait d’ailleurs entraîné une autre : celle d’une revente express du club. Des inquiétudes qui ont été confirmées ce matin par le quotidien au papier rose Gazzetta dello Sport. Le principal journal sportif d’Italie affirme en effet que l’UEFA va rembarrer les nouveaux patrons de l’AC Milan.

L’UEFA ne passe rien à Milan !

« Milan battu par l’UEFA. Le club rossonero n’a pas convaincu Nyon et n’aura pas d’arrangement vis-à-vis des sanctions européennes. Claque pour le projet Li Yonghong », peut-on d’ailleurs lire en une du site internet du média. En clair, la formation rossonera, qui a accumulé pas moins de 255 M€ sur les trois dernières années et qui est donc hors des clous du FPF, a préparé un document de 150 pages pour tenter de demander un « crédit » à l’UEFA afin d’éviter toute sanction. Une requête qui ne devrait pas être acceptée puisque l’instance dirigeante s’interroge fortement sur la capacité des nouveaux patrons du club à remettre le navire à flot.

Un énorme coup dur donc à venir -s’il est confirmé- pour la direction de l’AC Milan. Et ce, pour deux raisons. Premièrement, en termes d’image, le renouveau milanais, marqué par un mercato estival où près de 200 M€ ont été investis, se verrait stoppé dans son élan et perdre surtout en crédibilité. Enfin, et c’est sans doute ce que redoutent le plus les Rossoneri, si ce « non » est confirmé, des fortes sanctions (financières, suspension de coupes d’Europe) seraient plus que jamais d’actualité.