Info FM : plongée dans le Grand Stade de l'OL, ce bijou en plein chantier

Le temps passe, et le site du Montout à Décines est en pleine effervescence. En effet, depuis la pose de la première pierre le 12 novembre dernier, les travaux du Grand Stade de l'Olympique Lyonnais ont progressé à vitesse grand V. Foot Mercato a visité pour vous ce chantier.

Le Grand Stade sort doucement de terre
Le Grand Stade sort doucement de terre ©Maxppp
La suite après cette publicité

58 215 places, 105 loges, 8 000m² d'espaces réceptifs, 16 000 places de parking... Bienvenue au Stade des Lumières ! Jean-Michel Aulas en rêvait, son projet voit peu à peu le jour, la ville de Décines et son site du Montout étant le théâtre d'un chantier colossal. 900 personnes travaillent au quotidien sur ce site pour faire de ce fantasme une réalité. Alors, six mois après le début des travaux, où en est l'OL Land ? Xavier Pierrot, Stadium Manager à OL Groupe, fait le point : « Le premier et deuxième niveau, jusqu'au podium, sont avancés. Les crémaillères de la tribune basse sont faites à 75%, et la première crémaillère de la tribune intermédiaire est en train d'être coulée. Les premiers gradins arriveront le mois prochain, pour la tribune basse, et on continue à couler du gros œuvre pendant six à douze mois. La prochaine étape sera la pose de la charpente pour l'automne 2014 ».

Le chantier avance donc, et les contours de cette enceinte fermée « type Parc des Princes, avec en plus un mur de supporters sur trois niveaux derrière le but » se dessinent peu à peu. L'objectif de l'OL est d'ailleurs clair : accueillir le premier match de la phase retour de la saison 2015-2016, avec un évènement inaugural fin 2015. Et une fois le stade à disposition, le public vivra une expérience se voulant unique, le tout dans un environnement sain : « Pour ce qui est du stade 2.0, on a deux partenaires qui sont Orange et Cisco. Dans le futur stade, il y aura des connexions 3G-4G, mais aussi 25 000 connexions simultanées en Wifi, de sorte que les spectateurs puissent commander directement de leur place à la buvette, voir des statistiques ou des ralentis sur smartphone. Sur le développement durable, on a eu un fort investissement, pour faire attention aux espèces protégées. On travaille avec les associations, un suivi écologique est fait en permanence. On a conservé un bois pour que les espèces puissent continuer à nicher à l'intérieur », assure ainsi le dirigeant.

Autant d'atouts qui, sur le papier, laissent à penser que les prix pourraient exploser par rapport à ceux pratiqués à Gerland. Mais à y regarder de plus près : « On aura la même grille tarifaire par rapport à Gerland, la différence se situe dans le fait qu'on aura beaucoup plus de places avec hospitalité, c'est-à-dire salons et loges, et de places de bonnes catégories dans les tribunes latérales. Le prix moyen va donc augmenter, mais dans les virages il y aura toujours des places à 15 € comme ça se pratique à Gerland », confirme Xavier Pierrot. Une bonne nouvelle pour des supporters qui, en dehors des matches, pourront profiter de ce parc multi-activités tout au long de l'année : « À l'intérieur du stade, il y aura 3 000m² de bureaux pour l'OL. À l'extérieur, on aura un centre de loisirs, des hôtels, des bureaux pour des sociétés extérieures. On est sur un parc OL de 44 hectares, sur lequel on souhaite créer une activité au quotidien. L'objectif, c'est que les gens de l'agglomération puissent se promener, avec des restaurants, la boutique, le musée, une piste cyclable. On veut créer une activité sociale et économique au quotidien ».

Vous l'aurez compris, les enjeux dépassent donc le cadre du foot au sens restreint du terme. Car si ce Grand Stade est censé rapporter au minimum 70 M€ par an à l'OL 5 ans après son ouverture, l'enceinte peut aussi et surtout avoir un impact réel sur toute l'agglomération lyonnaise : « Il n'y a pas de grandes agglomérations sans une équipe performante et un stade performant. Lyon n'accueille plus de grands concerts car Gerland est désuet. Je pense aussi à des matches de rugby, de l'équipe de France de foot. Il y a d'ailleurs de moins en moins d'opposition. On a réussi, à force de discussions et de réunions publiques avec beaucoup de concertation. On a une clause dans les contrats de 5% d'emploi local, qu'on a largement dépassé puisqu'on est à plus de 10%. On a un objectif de 1000 emplois permanents, et 2000 au moment des évènements, ce qui est non-négligeable dans cette période de crise économique. C'est un véritable développement de l'agglomération dans l'Est », indique le Stadium Manager à OL Groupe.

Mais si tout est donc réuni pour faire du Stade des Lumières un modèle à suivre en France, encore faut-il lui trouver un nom ! Jean-Michel Aulas ne s'en est jamais caché, le naming sera utilisé. Reste à passer un accord avec une entreprise : « Le naming est géré directement par Jean-Michel Aulas. C'est un dossier important d'un point de vue financier, qui se développe en France. C'est rentré dans la culture en France, surtout quand il s'agit de nouveaux stades. Il aurait été difficile d'appeler le Stade de Gerland Foot Mercato Stadium, mais ça fait partie du modèle économique sur une nouvelle enceinte. Le naming sera annoncé prochainement ». Encore un peu de patience donc. D'ici là, les travaux auront encore bien avancé.

Plus d'infos

Commentaires