LOSC - Wolfsbourg : les notes du match

Quelle frustration pour les Dogues ! Auteurs d'un match maîtrisé de bout en bout, il ne leur a manqué qu'un but pour obtenir une victoire qui aurait été méritée. Le LOSC doit se contenter d'un nul 0-0, qui hypothèque déjà ses chances pour la suite.

Burak Yilmaz insaisissable avec le LOSC
Burak Yilmaz insaisissable avec le LOSC ©Maxppp

Après avoir récolté un seul point lors de sa dernière apparition en C1, le LOSC démarrait ce mardi soir sa phase de poules de la Ligue des Champions avec la réception de Wolfsbourg, l'un de ses adversaires dans un groupe homogène et abordable. Du moins si Lille retrouve ses vertus de la saison passée, selon les propres mots de Jocelyn Gourvennec, nouvel entraîneur visiblement adepte du travail de son prédécesseur, Christophe Galtier. Articulés dans leur classique 4-4-2, les Dogues ont, après un premier quart d'heure timoré, donné le sentiment d'avoir retrouvé du mordant. Plus agressifs sur le porteur du ballon, mieux organisés, avec plus de mouvements, ils ont peu à peu pris le pas sur un Wolfsbourg, actuel leader de Bundesliga.

La suite après cette publicité

Cependant, malgré les appels de David, la générosité de Yilmaz, la vista d'Ikoné et Gomes, Lille n'a pas su trouver la faille au cours de la première période malgré plusieurs situations intéressantes. Il manquait toujours un petit quelque chose dans le dernier geste (puissance, vitesse ou précision) pour faire vraiment mal. Au moins, l'efficacité était présente en défense, avec aucun tir subi en première période. Au retour des vestiaires, le LOSC pensait avoir trouvé la faille grâce à Jonathan David, mis sur orbite par une tête d'Ikoné. Les joueurs fêtaient longuement le but, mais l'arbitre y mettait un terme après l'intervention de la VAR qui n'était pas passé à côté du ballon sorti des limites du terrain quelques secondes avant le but...

Le LOSC a de gros regrets

Cela n'annihilait pas les efforts continus des Lillois qui repartaient à l'attaque avec son quatuor, alors que les Loups ne ressemblaient pas vraiment à la bête régnant actuellement sur le championnat allemand. Mieux, ils étaient réduits à dix suite à l'expulsion de John Brooks, le défenseur averti une deuxième fois (62e). Et David tentait de nouveau sa chance avec une frappe tendue dans la foulée, de nouveau sans réussite. Lille poussait, porté par son public et par une détermination digne de la saison précédente.

Burak Yilmaz peinait malheureusement à se montrer efficace, comme ses compères offensifs, et Wolfsbourg s'en sortait presque miraculeusement. Gourvennec lançait Yazici et Lihadji pour relayer Gomes et Ikoné, le siège de la surface allemande se poursuivait mais le but ne venait pas. Pas plus que sur penalty puisque l'arbitre accordait un dernier coup de pied arrêté juste devant la surface, sans que cela ne donne quelque chose. Le LOSC pourra nourrir des regrets après ce 0-0 initial à domicile tant il aura dominé les débats et montré un beau visage. Le voilà avec le même total de points que lors de sa dernière campagne en Ligue des Champions. Mais il reste 5 matches pour l'améliorer.

Le classement du groupe G.

Revivez le film de la rencontre sur notre live.

L'homme du match : Yilmaz (6,5) : il a fait beaucoup de bien dès le début du match, récupérant un bon coup-franc (13e) qu'il a lui-même exécuté. Sa glissade dans la surface, alors qu'il était dans une excellente position, doit lui faire nourrir des regrets (22e). Ses déplacements ou encore son jeu de tête et son pressing ont permis au LOSC de maîtriser les éléments. Parfois esseulé, il ne lui a manqué qu'un but mais il s'est mal emmené le ballon (67e) puis a vu un Casteels tout heureux de voir ce coup de casque terminé dans ses mains (69e), et enfin ses deux coups-francs repoussés (90e, 90e+8e).

LOSC :

  • Grbic (5,5) : après sa belle prestation, en vain, à Lorient, le Croate a répondu présent.Auteur de quelques sorties dans les airs osées et qui ont soulagé sa défense (17e, 29e), il n'a plus beaucoup été sollicité par la suite puisque Wolfsbourg n'a tiré qu'une seule fois au but, à l'heure de jeu, et c'était hors cadre.

  • Celik (5,5) : revenu dans le onze de départ à la place de Djalo, le Turc n'a pas très bien démarré, échappant de justesse au jaune (10e). Mieux par la suite, il a bien défendu dans son couloir, remportant la plupart de ses duels face à Roussillon notamment (53e). Montant en puissance, le latéral a retrouvé ses sensations, profitant également de l'infériorité numérique adverse pour prendre plus de risques (65e).

  • Fonte (6) : le capitaine lillois a réalisé un match sérieux. Il s'est parfois un peu précipité dans ses relances, à cause bien souvent du pressing adverse. Le vétéran portugais a su donner de la voix et rassuré les rares fois où il le fallait. Pris une fois dans son dos, il a tout de même réalisé un bon travail de couverture (77e). Son jeu de tête est presque décisif entre celle offrant cette grosse occasion de Yilmaz (69e), et une seconde hors du cadre dans les dernières minutes (90e+4).

  • Botman (6,5) : le Néerlandais n'est pas loin d'ouvrir le score sur un corner de Xeka (14e), action où il met d'ailleurs un certain moment à se relever après un choc à la tête. Très concentré, il a laissé peu de choses lui filer sous le nez (26e, 47e). Ses interventions ont toujours été justes, même s'il a finalement été rarement mis à contribution. L'ancien de l'Ajax a affiché un certain sang-froid, sans jamais se compliquer la tâche.

  • Reinildo (4) : une entame compliquée entre des passes mal assurées, un ballon perdu dans son camp face à Mbabu qui aurait pu coûter cher (18e), puis un autre permettant à Philipp de prendre sa chance (60e). Moins sollicité par la suite, le Mozambicain a tout de même été pris dans son dos à quelques reprises. Offensivement, il a su proposer des solutions, sans être toujours servi. On lui a connu de meilleures soirées.

  • Ikoné (5,5) : aligné sur le côté droit, le numéro 10 des Dogues a collé a sa ligne, tentant de prendre à revers ses adversaires. Il n'a pas toujours été en réussite, ni fait avancer le jeu de son équipe avec pas mal de déchet (33e, 57e) mais il a été surveillé comme du lait sur le feu. Sa déviation pour David aurait pu être décisive si le ballon n'était pas sorti juste avant (48e). Averti (63e) et remplacé par Lihadji (74e), dont l'entrée n'a pas apporté grand-chose.

  • André (6,5) : son duo avec Xeka a plutôt bien fonctionné. Il est souvent redescendu assez bas pour aller chercher les relances. Averti pour un pied dans le visage de Weghorst (32e), cela ne l'a pas empêché de récupérer 7 ballons rien que sur la première période. L'ancien Rennais a également été victime de quelques fautes, soulageant le collectif. Précieux même si ses passes n'ont pas toutes été assurées. Auteur d'une tentative en fin de match (90e).

  • Xeka (6) : son corner pour Botman a bien failli être décisif (14e) mais ses coups de pied arrêtés n'ont pas toujours été bien frappés. Trop de glissades en première période mais il était souvent présent dans l'entrejeu pour récupérer quelques ballons égarés. Offensivement, il a su fournir quelques munitions pour ses compères de devant, à l'image de cette transmission dans la surface pour Yilmaz (67e). Remplacé par Onana (83e), dont la frappe aurait mérité meilleur sort (90e+3). Le milieu est à deux doigts d'obtenir un penalty à l'ultime seconde mais ce fut finalement un coup-franc accordé (90e+7).

  • Gomes (6) : des choix pas toujours judicieux, comme lors de ce contre avec Yilmaz (33e) mais il a été à la hauteur de l'événement, à l'image de cette belle frappe tendue de peu à côté (39e) ou cette tentative trop appuyée (54e). Très volontaire et déterminé, il aurait mérité d'être à l'origine de l'ouverture du score mais le ballon est sorti de l'air de jeu pour quelques centimètres (48e). Remplacé par Yazici (74e), qui a su provoquer et mettre un peu de folie (79e) en cette fin de match, en dépit d'un certain déchet.

  • Yilmaz (6,5) : voir ci-dessus.

  • David (6) : préféré à Yazici dans le onze de départ, le Canadien a fait montre de son activité, revenant souvent défendre. Ses courses ont pesé sur la défense adverse, comme cette percée côté droit pour Yilmaz (22e). Il aura été un poil à gratter pour la défense allemande, comme lors de ce ballon chipé devant la surface adverse avant de tenter sa chance (21e) et ce tir puissant cadré (64e). Il a vu son but refusé pour un ballon sorti du terrain pour un rien (48e).

Wolfsbourg :

  • Casteels (6) : le capitaine des Loups a su être attentif sur le coup-franc malin de Yilmaz (13e), même si la tentative du Turc n'était pas cadrée. Derrière, il a moins de travail, mais doit rassurer ses défenseurs dans sa surface de réparation. Trop juste sur le but refusé de David, il soulage les siens sur la reprise du Canadien à l'heure de jeu (64e), sur la tête à bout portant de Yilmaz (69e) et de centres lillois en fin de match (81e, 82e, 85e, 90e+2).

  • Mbabu (4) : le latéral droit aurait pu profiter de la perte de balle de Reinildo (17e), en difficulté en première période. Malgré plusieurs pertes de balle évitables, il se mue parfois en central avec des dégagements dans ses 20 derniers mètres (67e). Beaucoup de ballons perdus (26) malgré un gros abattage sur son flanc droit (74 ballons touchés, 1er à Wolfsburg).

  • Lacroix (4) : le formé à Sochaux semblait trop juste en début de rencontre (12e, 14e), mais a réussi à revenir dans la rencontre progressivement, dominant David dans la profondeur (20e). Certes, il perd son duel derrière contre Burak mais sans danger (36e). Comme tout Wolfsburg en seconde période, c'est bien plus compliqué pour le Français, surtout face à Yilmaz. Il aura lui aussi pris son carton de la soirée, et aurait même pu tromper son propre gardien dans le temps additionnel (90e+3).

  • Brooks (2,5) : le central américain a été intéressant dans la surface de réparation (5 dégagements), mais en dehors, c'était plus compliqué : il provoque des coups-francs sur André (37e) et Yilmaz, la répétition des fautes lui valant un carton jaune logique (45e+2). Si le but de David est refusé (48e), sa passivité sur l'action aurait pu coûter cher. Une main baladeuse lui vaudra son deuxième jaune, synonyme d'expulsion (63e). Une prestation catastrophique.

  • Roussillon (4,5) : l'ancien Montpelliérain du mal à revenir sur les attaques en transition de Lille (22e). En effet, il se retrouvait souvent en position offensive pour suppléer Steffen sur son couloir gauche, mais Celik a bien réussi à contenir les assauts des deux joueurs. Sa tentative au second poteau passe bien loin des cages de Grbic (73e). Remplacé par Gerhardt (83e).

  • Guilavogui (5,5) : l'ex-Stéphanois réalise des récupérations importantes sur les offensives lillois, notamment dans la zone de vérité (4e, 7e). C'est dans le dernier geste que le milieu français pêche dans les transmissions vers l'avant. Il est sanctionné par l'arbitre après une intervention trop engagée sur Gomes (56e). La réduction à 10 réduit énormément son apport dans le rond central, et se retrouvait la plupart du temps à devoir défendre dans sa propre surface (12 ballons récupérés).

  • Arnold (5) : le pur produit du club allemand contrôle comme il peut le milieu de terrain (82% de passes réussies), même si ses coéquipiers devant prennent l'eau à chaque perte de balle. Mais en infériorité numérique, le joueur de 27 ans a eu beaucoup de mal à exister pour tenter de calmer les nombreuses contre-attaques des Dogues, qui se retrouvaient trop souvent devant la défense allemande (2 duels gagnés sur 7).

  • Baku (4) : le milieu offensif allemand a failli donner un ballon de contre aux locaux (10e), mais se rattrape bien derrière sur une belle récupération sur début de contre lillois mais centre pas assez fort (32e). C'est dans les dernières passes qu'il est moins en réussite, avec une passe en profondeur trop appuyée pour Weghorst (37e). Remplacé par Lukebakio (61e), qui n'a pas bien fait peur à l'arrière-garde nordiste.

  • Philipp (3) : techniquement, le numéro 17 semblait en difficulté à plusieurs reprises, quasi-invisible devant la défense lilloise en première période (10 ballons touchés, 3 perdus). Il apparaît enfin en seconde mi-temps avec une frappe au-dessus (59e). Remplacé par Bornauw (66e), faisant les frais de l'expulsion de Brooks. Le jeu de tête du Belge a soulagé les siens.

  • Steffen (4) : il faudra attendre la fin de la demi-heure pour assister à son premier appel dangereux, suivi d'un beau contrôle mais pas concrétrisé par Mbabu et Baku derrière (33e). Défensivement, l'ailier gauche fait de bons retours sur Ikoné (41e, 42e), mais offensivement, c'est bien plus compliqué. Remplacé par Waldschmidt (62e), dont l'apport a été trop maigre.

  • Weghorst (4) : avec son gros gabarit, l'international néerlandais aurait pu peser sur la charnière centrale adverse avec son jeu au dos imposant, peu de ballons touchés et ne les bonifie pas. Le meilleur buteur du club subit un gros pied haut d'André (30e), son seul fait d'armes dans la moitié de terrain adverse. Remplacé par Nmecha (65e), qui prend le deuxième jaune de la rencontre.

Plus d'infos

Commentaires