Manchester City : John Stones, la surprise inattendue de Pep Guardiola

Parfois remplaçant, souvent annoncé sur le départ, en décalage avec les exigences sportives de Manchester City et sujet à moqueries pour ses erreurs régulières, John Stones s'est endurci face à toutes ses épreuves. Celui qui partait comme 5e défenseur central dans la hiérarchie préétablie en début de saison par Pep Guardiola a complètement inversé la tendance. Il est désormais titulaire aux côtés de Ruben Dias et ça ne semble pas près de s'arrêter.

John Stones est de nouveau titulaire à Manchester City
John Stones est de nouveau titulaire à Manchester City ©Maxppp

Avec du recul, l'arrivée de Ruben Dias à Manchester City fait sourire John Stones. Pourtant quand le Portugais a posé ses valises au club l'été dernier en échange d'un chèque de 70 M€ (bonus inclus), le défenseur avait de quoi s'inquiéter. Il devait se douter qu'une fois de plus, il allait être promis au banc de touche, voir à la tribune. Surtout que Nathan Aké était lui aussi venu garnir les rangs des Citizens contre 45 M€ quelques semaines plus tôt. Une belle preuve du manque de confiance de Pep Guardiola envers l'ancien joueur d'Everton, dont on doutait de le voir poursuivre au club. Annoncé sur le départ depuis un an quasiment, un jour à Arsenal, une autre fois vers Chelsea, Stones est finalement resté. C'est sans doute sa meilleure décision.

La suite après cette publicité

Surclassé dans la hiérarchie par Dias, Laporte, Aké, et même Eric Garcia, qui a bénéficié de beaucoup de temps de jeu durant le restart, l'Anglais partait de loin. De très loin même. Seulement après six mois de compétition, le constat est implacable. C'est lui qui joue le plus aux côtés de l'impressionnant Ruben Dias. Il a disputé l'intégralité de 8 des 9 derniers matches de championnat de Manchester City. Cerise sur le gâteau, il s'est même offert un doublé le week-end dernier face à Crystal Palace. «Chaque joueur a besoin de confiance, mais tout le mérite lui revient, encensait Guardiola après le match. S’il y a un joueur pour lequel je suis content que tout se passe bien, c'est lui. Il mérite le meilleur. Il a surmonté cette situation tout seul. Il joue parce qu'il le mérite et je suis content pour lui.»

Guardiola n'en voulait plus

Le technicien catalan sait de quoi il parle. Il n'a pas toujours été tendre avec l'international anglais, évoquant même devant la presse il y a un an un certain blocage psychologique. «Il a les caractéristiques pour être l'un des meilleurs défenseurs du monde, mais pour être le meilleur, vous devez jouer une saison entière, jouer des matches tous les trois jours. C'est difficile d'atteindre le potentiel qu'il a. Il doit être au niveau pour jouer régulièrement, avouait le tacticien, un brin résigné à l'époque. Mais dans le cas de John, je ne sais pas pourquoi il n'a pas pu jouer régulièrement. (...) Nous essayons de faire de notre mieux pour l'aider depuis le premier jour des trois ans et demi que nous sommes ici. Nous faisons tout pour lui mais cela dépend de lui maintenant. C'est entre ses mains et dans sa tête de devenir l'un des meilleurs.»

C'est désormais du passé. Depuis, John Stones a profité de nombreux éléments favorables. Otamendi est parti, Fernandinho qui lui était parfois préféré en défense centrale, vieillit, Laporte et Aké sont en méforme et Eric Garcia est un peu bloqué par sa situation contractuelle. D'un naturel bienveillant, trop aimable diront certains pour le métier qu'il exerce et le poste qu'il occupe, le défenseur de 26 ans maintenant s'est fait violence pour passer un cap mental. La venue de Ruben Dias l'a également aidé à prendre confiance en lui et à gagner en maturité. Il est devenu le gregario parfait du Portugais et les chiffres s'en ressentent. Sur les 9 rencontres disputées en Premier League cette saison, il a connu 8 fois la victoire pour un nul (contre Manchester United) et seulement 2 buts encaissés.

Un cap psychologique est passé

«Je suis retourné à l'essentiel et je me suis d'abord regardé. J'ai observé ce que je pouvais améliorer sous tous les aspects. Vous devez être capable de vous regarder dans le miroir et de dire : "est-ce que je fais tout pour moi et pour l'équipe ?" J'ai continué à travailler dur. J'ai gardé la foi et j'ai continué à m'améliorer», assurait l'intéressé après le succès sur les Eagles. Son retour en forme arrive au meilleur des moments. En fin de contrat en 2022, le natif de Barnsley fait enfin parler ses qualités de manières régulières, et parvient à gommer ses défauts comme son manque de concentration, de sérénité parfois et d'impact dans les duels. Les moqueries nourries d'un énorme transfert en 2016 à 55 M€ ne sont pas oubliées mais elles sont derrière lui. Il est même encensé par les différents consultants stars des chaînes de télévision comme Micah Richards, Graeme Souness et même Roy Keane. Certains réclament même son retour chez les Three Lions qu'il n'a plus côtoyé depuis novembre 2019.

«Il est venu ici en tant que jeune homme, de seulement 21 ou 22 ans. Il a immédiatement commencé à jouer avec l’équipe d’Angleterre, et ici en Ligue des Champions, qu’il n’avait encore jamais connue auparavant, rembobinait au mois de décembre un Guardiola déjà emballé. Parfois, il faut du temps et un tout un processus pour se régler. Certains joueurs ont besoin de plus de temps que d'autres. Nous connaissons sa qualité et je suis particulièrement heureux parce que c’est une personne incroyable. Dans les bons moments, il est toujours là et dans les mauvais moments, il se bat pour l’équipe. Ce comportement l’aidera à avoir une longue, très longue carrière, et à vivre longtemps de ce travail incroyable ; sa mentalité et la positivité. Il a renversé la vapeur et j’espère qu’il pourra continuer pour les saisons à venir.» De sacrés encouragements pour la suite.

Plus d'infos

Commentaires