Mediapro, Droits TV : Noël Le Graët appelle au calme mais...

Le président de la Fédération Française de Football s'est exprimé sur les difficultés de Mediapro et du football français.

Noël Le Graët en tribunes
Noël Le Graët en tribunes ©Maxppp

La situation est difficile entre Mediapro et la Ligue de Football Professionnel. Alors qu'il n'a pas encore payé à temps l'échéance des droits télé, le groupe sino-espagnol n'a pas rassuré sur sa solvabilité. Un coup dur également pour les clubs de Ligue 1 et de Ligue 2, qui vont devoir se passer de recettes qui auraient été bienvenues, surtout dans cette période de huis clos total dans les stades.

La suite après cette publicité

Pas de doutes, le football français peut vivre de prochains mois très (très) compliqués si la situation persiste. « Il ne faudrait pas que cette situation d'absence de paiement des droits TV dure trop longtemps, cela risquerait d'abîmer l'image, la qualité, et in fine la valeur de la Ligue 1. Déjà, nous le voyons, les gens s'en détournent. On observe par ailleurs une véritable explosion du piratage depuis le lancement de Téléfoot… », prévenait notamment le président de Canal Plus Maxime Saada vendredi.

Le Graët calme le jeu

En tant que président de la FFF, Noël Le Graët s'est livré au Parisien sur cette situation. Et s'il s'est d'abord montré pessimiste, il a ensuite cherché à rassurer : « tout cela m'inquiète… Surtout que dans la somme globale promise par Mediapro, une partie doit revenir à la Fédération et donc à nos clubs amateurs. Si Mediapro ne paye pas ou si Canal + récupère les droits et paie moins, tout le monde sera en difficultés. Mais il n'est pas encore l'heure de céder à la panique. On a encore un peu de temps devant nous. Mediapro n'a pas encore déposé le bilan ou déclaré qu'il arrêterait définitivement de payer. En tant que président de la Fédération, je demande donc à tout le monde de se calmer et d'attendre la fin du match. »

« C'est vrai que les inquiétudes sont légitimes. Les clubs ont pris des engagements, ce qui était naturel car des ressources devaient arriver. Il faut pouvoir passer ce mauvais moment tous ensemble. Mais je vais peut-être en choquer certains en disant ça : le foot français rebondira plus facilement que toutes ces PME en grosses difficultés. Quand tout redémarrera, les gens reviendront au stade et ça repartira », a-t-il ajouté. Une attente qui sera sûrement longue pour les clubs français…

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires