Frédéric Longuépée décrète l'état d'urgence à Bordeaux !

Englué dans les bas-fonds du classement de Ligue 1, le club au scapulaire flirte dangereusement avec la relégation. Son président a décidé de sortir du silence.

Frédéric Longuépée, le président des Girondins de Bordeaux
Frédéric Longuépée, le président des Girondins de Bordeaux ©Maxppp
La suite après cette publicité

Qu’il est loin le temps où les Girondins de Bordeaux survolaient la Ligue 1 avec Laurent Blanc aux commandes. Incapables de retrouver le podium du championnat depuis leur dernier sacre national en 2009, les Marine-et-Blanc jouent désormais avec leur survie parmi l’élite. En grande difficulté depuis la vente du club par M6 et les rachats par GACP et King Street, les Girondins pointent à une inquiétante 15e place au classement et ne comptent que six points d’avance sur le premier relégable, à six journées du terme.

Un bilan catastrophique ponctué dernièrement par une victoire, un nul et neuf défaites lors des onze derniers matches de L1. De quoi obliger le très décrié président Frédéric Longuépée à sortir du silence. Dans les colonnes de Sud-Ouest, le patron des Girondins a tout simplement tiré la sonnette d’alarme, avant d’appeler à une réaction de la part des joueurs de Jean-Louis Gasset.

« Il faut essayer de garder la tête froide mais oui, nous sommes en danger : si on continue comme ça, notre sort dépendra des autres. Malheureusement, nous n'avons pas une équipe habituée à jouer le maintien contrairement à d'autres. (…) Je ne cherche pas d'excuse, j'appelle à la fierté individuelle des joueurs. Ce sont eux qui sont sur le terrain, ce sont eux qui nous sortiront de cette situation »

Un appel à la remobilisation des troupes suivi d’une confirmation. Non, Gasset ne sera pas remercié avant la fin de la saison en guise d’électrochoc, même si ce dernier continue de faire planer le doute sur son futur. « Non. Encore une fois, je ne suis pas dans la recherche d'un électrochoc de cette nature. On échange. La première chose est que les joueurs réussissent à se mobiliser. La situation appelle à l'unité ». Le message est passé !

Plus d'infos

Commentaires