Le Bayern Munich surclasse le Bayer Leverkusen et s'adjuge la Coupe d'Allemagne

Pour cette finale de Coupe d’Allemagne, le Bayern Munich n’a fait qu’une bouchée (4-2) du cinquième du dernier exercice allemand. Les Bavarois ont donné une véritable leçon de football à un Bayer Leverkusen dépassé et sans aucune inspiration ce soir.

Alaba et Havertz à la lutte
Alaba et Havertz à la lutte ©Maxppp

Dans le cadre de cette finale de Coupe d’Allemagne à l’affiche pour le moins alléchante, le Bayern Munich de Hans-Dieter Flick recevait le Bayer Leverkuzen de Peter Bosz à l’Olympiastadion de Berlin. Les Bavarois, sacrés champions il y a quelques semaines, abordaient donc cette affiche de la meilleure des manières. D’autant qu’il y a de cela un mois, les deux formations s’affrontaient déjà pour le compte de la 30e journée de Bundesliga et les Munichois s’imposaient sans surprise (2-4) à la BayArena de Leverkusen. Les tenants du titre espéraient conserver leur sacre et ainsi faire le doublé coupe-championnat. À l’inverse, le Bayer Leverkusen avait pour espoir de glaner la seconde Coupe d’Allemagne de son histoire après celle obtenue en 1993. Pour ce choc, le technicien allemand alignait un 4-2-3-1 classique avec sans surprise, Manuel Neuer dans les cages. En défense, Lucas Hernandez, une nouvelle fois sur le banc, Pavard et Davies occupaient donc les couloirs aux côtés de Alaba et Boateng. On retrouvait un milieu de terrain composé de Goretzka et l’indéboulonnable Kimmich. Devant, le trio d’attaque Coman-Müller-Gnabry tentait d’épauler l’attaquant vedette Robert Lewandowski, seul en pointe. De son côté, le cinquième du dernier exercice de Bundesliga optait également pour un 4-2-3-1 avec la présence notamment des frères Bender en défense. À noter la titularisation du français Moussa Diaby présent ce soir afin de servir son attaquant Kai Havertz titulaire à la pointe de l'attaque.

La suite après cette publicité

Le Bayern Munich mettait rapidement le pied sur le ballon dès le coup d’envoi de cette rencontre. Après un décalage côté gauche, l’ailier français n’avait besoin que de deux petites minutes pour inquiéter la défense adverse avec un centre précis sur la tête de Lewandowski qui voyait le ballon finalement passer au-dessus du cadre. Le portier finlandais tout heureux de voir ce ballon s’échapper du cadre, remotivait ses troupes et Léon Bailey réussissait à inquiéter la défense du Bayern en obtenant un coup-franc dangereux aux abords de la surface, sans succès. À peine dix minutes plus tard, les Bavarois et Robert Lewandowski obtenaient un coup franc aux vingt mètres après un jeu dangereux de Edmond Tapsoba. Une aubaine pour l’international autrichien David Alaba, grand spécialiste de l’exercice, qui ne se faisait pas prier pour trouver la lucarne droite du portier du Bayer (1-0, 16e).

Lewandowski brille encore

La machine bavaroise était alors enclenchée et plus rien ne semblait pouvoir contrer les multiples assauts des attaquants munichois. Loin d’être rassasié, Thomas Müller se retrouvait cinq minutes plus tard seul face au gardien et avait tout le temps pour tromper Lukas Hradecky mais son tir vers le coin inférieur droit du but était brillamment stoppé. Un face à face manqué anecdotique puisque trois minutes passaient avant le nouveau but des hommes de Hans-Dieter Flick. Idéalement lancé par un Joshua Kimmich inspiré sur cette passe tranchante, Serge Gnabry reprenait le ballon rapidement et trompait le portier adverse d’une belle frappe croisée (2-0, 24e). Les joueurs du Bayer Leverkusen, incapables de mettre le pied sur la balle, tentaient de se réveiller par l’intermédiaire du Jamaïcain Leon Bailey qui voyait finalement le premier tir des siens passé bien au-dessus du cadre (31e).

Après une première mi-temps outrageusement dominée par le champion en titre, les joueurs de Peter Bosz revenaient sur la pelouse avec une équipe remaniée. Les entrées en jeu de Demirbay à la place de Baumgartlinger et de Volland aux dépens de Amiri ne changeaient rien. Et comme si ça ne suffisait pas, les joueurs du Bayer rataient l’immanquable sur une action rondement bien menée par Diaby qui tardait tout de même à donner son ballon. Seul face à Neuer, l’international allemand Kevin Volland, tout juste entré en jeu, manquait la balle qui terminait sa course en touche. Un raté qui amenait quelques minutes plus tard le troisième but des Munichois par l’intermédiaire de son serial buteur Robert Lewandowski auteur de son 50e but de la saison. Sur un long dégagement, le portier allemand trouvait la poitrine du polonais qui enchaînait d’une frappe surpuissante de l’extérieur de la surface qui transperçait littéralement Hradecky. Le gardien malheureux sur cette action ne pouvait qu’observer le ballon terminer sa course dans le but pour la troisième fois de la soirée (59e). Au bord du gouffre, le Bayer n’avait plus rien à perdre et s’est décidé à jouer plus haut jusqu’à cette 63e minute et ce corner tiré par Demirbay. Il trouvait la tête de Sven Bender, qui finissait au fond des filets (3-1). Une réduction du score assez anecdotique tant les Bavarois dominaient. Lewandowski, comme à son habitude, pensait terminer le travail et inscrivait son 51e but cette saison d'un lob millimétré (89e), avant la réduction du score sur penalty du prodige Kai Havertz dans les dernières secondes du temps additionnel. Le calvaire s’arrêtait à 4-2 pour les hommes de Peter Bosz qui s’inclinaient ainsi pour la troisième fois de la saison contre l’ogre bavarois.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires