Premier League : Manchester City sacré champion d'Angleterre

Après la défaite de Manchester United contre Leicester, Manchester City s'est emparé du titre de Champion d'Angleterre, le septième de son histoire et le troisième de l'ère Guardiola.

Phil Foden et Kevin De Bruyne célèbrent face à Chelsea.
Phil Foden et Kevin De Bruyne célèbrent face à Chelsea. ©Maxppp

Après 1937, 1968, 2012, 2014, 2018, 2019, il y a maintenant 2021. Sept jours après avoir décroché une qualification historique pour la finale de la Ligue des champions en éliminant le Paris Saint-Germain en demi-finale (2-1, 2-0), Manchester City a mis fin au suspense en Angleterre en remportant son septième sacre dans la compétition dès la 36e journée, le troisième en quatre ans. C'est son voisin de United, en perdant face à Leicester (2-1), qui officialise la nouvelle. City revient à hauteur d'Aston Villa sur la cinquième marche du palmarès de la première division anglaise, derrière Everton (9), Arsenal (13), Liverpool (19) et Manchester United (20).

La suite après cette publicité

Une septième couronne loin d'être volée au regard des statistiques. En effet, les Skyblues disposent de la meilleure attaque du championnat (72 buts) et de la meilleure défense (26 buts encaissés, 18 clean sheets). Mais plus que les chiffres, c’est surtout l’impression sur le rectangle verte qui met tout le monde d’accord depuis décembre. La manière dont Pep Guardiola a su redonner un second souffle à son équipe quand on la pensait en fin de cycle. Le poste hybride de João Cancelo - un coup latéral, l’autre dans le double-pivot -, la renaissance d’Ilkay Gündogan (11 buts entre mi-décembre et mi-février), la montée en puissance toujours plus irrésistible de Kevin De Bruyne, la révélation Phil Foden, le dispositif sans véritable neuf ou encore la trouvaille Rúben Dias, tout cela a participé à en (re)faire la formation la plus séduisante du continent sur cette période.

Passation de pouvoirs brutale

On notera aussi une série invraisemblable de 17 matches sans défaite, entre le 21 novembre et le 7 mars, en Premier League, alors qu’elle est considérée comme le championnat le plus dense et homogène au monde. Dingue. Il y a aussi eu la correction infligée à Liverpool en février (4-1), en forme de passation de pouvoirs. Et s’il n’y aura pas de quadruplé historique, l’EFL Cup est déjà en poche depuis un succès court face à Tottenham (1-0), le 25 avril. Autant dire qu’avec une finale de Ligue des champions dans le viseur, la saison du club longtemps perçu comme « le deuxième Manchester » est hors-norme.

La seule petite ombre au tableau restera peut-être la sortie mitigée du meilleur buteur de l'histoire du club, Sergio Agüero. Avec seulement 682 minutes disputées cette année et une panenka loupée devant Edouard Mendy, entre autres. Une fin d'histoire que l'on imaginait en conte de fées, un peu comme elle avait réellement débuté le 13 mai 2012, face à QPR. Mais qui sait, la suite sera peut-être lui offrir la tribune qu'il mérite.

Plus d'infos

Commentaires