Exclu FM Süper Lig

Fenerbahçe : les dessous du mercato d’Alexander Djiku

Par Dahbia Hattabi
3 min.
Alexander Djiku (à droite) face à Cristiano Ronaldo @Maxppp

Libre depuis la fin de son contrat à Strasbourg, l’ex-capitaine Alexander Djiku a pris le temps d’étudier les différentes offres avant de se lancer dans un nouveau challenge pour faire le bon choix.

Durant le mercato, chaque club a sa technique de drague. Certains vont promettre monts et merveilles alors que d’autres vont parler football, terrain, projet sportif. De quoi faire perdre la tête aux joueurs ainsi qu’à leur entourage. Mais cela n’a pas été le cas d’Alexander Djiku et son représentant. Le Ghanéen aurait pu continuer son histoire d’amour avec Strasbourg. D’autant que le club alsacien lui avait proposé de poursuivre l’aventure main dans la main.

La suite après cette publicité

Mais, malgré son fort attachement pour le RCSA, il a hésité puis décliné, pensant que le projet prendrait trop de temps à se développer pour qu’il puisse en tirer les bénéfices, c’est-à-dire une qualification européenne récurrente. En effet, à bientôt 29 ans, le joueur a fait du projet sportif une priorité. Jouer une coupe d’Europe était très important à ses yeux. L’aspect financier beaucoup moins. Si cela l’avait été, il aurait rejoint Nottingham Forest, qui lui proposait un salaire mirobolant.

À lire Amicaux : Strasbourg écrabouillé par le Fenerbahçe de José Mourinho

Djiku a choisi Fenerbahçe

Malgré le fait que la Premier League l’attirait, Djiku a finalement dit non aux avances du club anglais. Le cadre de vie mais surtout le projet sportif n’ont pas convaincu le joueur (les ambitions du club et le nombre trop importants de joueurs sous contrats ne facilitaient pas une adaptation optimale pour sa réussite, ndlr). Djiku a donc décidé de rejoindre le mythique club de Fenerbahçe, où il a signé un contrat de 3 ans plus une année en option. Avec l’écurie basée en Turquie, il disputera la Ligue Europa Conférence.

La suite après cette publicité

Il aura aussi l’opportunité de se battre pour d’autres titres. Le premier étant la Supercoupe de Turquie, début août, contre l’ennemi de toujours, Galatasaray. Le fait d’avoir plus de visibilité à Istanbul a aussi compté au moment de faire son choix. Il est bien conscient qu’il sera plus observé par des clubs d’un calibre supérieur en étant au Fener, une écurie qui depuis plusieurs années sait vendre ses meilleurs éléments (Kjaer à Séville, Elmas et Kim Min-jae au Napoli, Muriqi à la Lazio et plus récemment le jeune prodige Arda Güler au Real Madrid). Enfin, le cadre de vie a compté pour le natif de Montpellier.

Un choix réfléchi

Il sera dans une ville qui vibre pour le foot avec des ambiances folles dans les stades. Le perfectionnement sportif, dans les infrastructures, et le perfectionnement médical, dans les méthodes de développement et de récupérations sportives, sont aussi reconnus à l’international. Enfin, la qualité de vie pour lui et sa famille ont fini de le convaincre tout naturellement. Ce, malgré une concurrence féroce de Besiktas et une offensive de dernière minute de Villarreal.

La suite après cette publicité

Le joueur n’a pas voulu aller plus loin avec le club ibérique car les conditions sportives évoquées n’étaient pas totalement satisfaisantes, notamment le fait de ne pas pouvoir jouer pleinement la CAN 2024 avec les Blackstars du Ghana, en janvier. Il a aussi repoussé des offres mirobolantes venues d’Arabie saoudite, ainsi que d’autres projets européens comme ceux de Mayence, du Torino, de Feyenoord ou encore de Braga. Sa tête était déjà tournée vers Fenerbahçe, un club avec lequel il est prêt à performer.

La suite après cette publicité
La suite après cette publicité