OM : André Villas-Boas est-il au fond du gouffre ?

André Villas-Boas avait la mine des très mauvais jours en conférence de presse d'après-match. Comme s'il était abattu, qu'il ne trouvait plus de solutions. Il s'est présenté quasiment sans réponse devant les médias. Ce qui n'est pas dans ses habitudes...

André Villas-Boas lors du match de Ligue des Champions contre Porto
André Villas-Boas lors du match de Ligue des Champions contre Porto ©Maxppp
La suite après cette publicité

Il convenait de voir André Villas-Boas, le coach de l'Olympique de Marseille, ce mercredi soir après une quatrième défaite, pour lui, et une treizième de suite, pour le club, en Ligue des Champions. Il avait l'air abattu, les traits tirés, fatigués. S'il a bien entendu défendu ses joueurs, bec et ongles, comme il l'a toujours fait, on se demande bien, en le regardant, s'il peut encore trouver des solutions.

« Ce sont des mots durs. On a des joueurs qui ont de l'expérience. Si on prend les buts qu'on a pris jusqu'à ce moment-là, neuf buts et il y a beaucoup de choses qu'on peut faire mieux. On a payé trop cher le prix d'être là pour le rêve qu'on a eu. Les autres sont meilleurs, on n'a pas été encore au niveau, c'est dur », a-t-il ainsi répondu lorsqu'il lui a été demandé si ses joueurs avaient le niveau Ligue des Champions ou si cette compétition n'était plus dans les cordes de l'OM.

Il était extrêmement touché

Récemment, on a eu la chance - ou pas - d'avoir, en conférence de presse ou en réaction d'après-match, un André Villas-Boas combatif, même parfois à tort et à travers, demandant qu'on le juge sur les résultats et pas sur le fond de jeu. Ce mercredi soir, rien de cela. Il espère juste redorer un peu l'image de l'OM, ou en tout cas ce qu'il en reste.

« L'Europa League ce n'est pas un bonus. Être troisième avec quatre points ou six points... Ce n'est pas un gros bonus. Ça a déjà été dur. Sortir bien de cette compétition avec une bonne image. En tout cas ce qu'il en reste », a-t-il lâché désemparé. Il faut préciser aussi qu'AVB semblait très touché par le décès de Diego Maradona, mais aussi d'un dirigeant historique de Porto, Reinaldo Teles.

Plus d'infos

Commentaires