Bordeaux : King Street jette l'éponge !

Unique propriétaire des Girondins de Bordeaux depuis un peu plus d'un an, King Street a décidé de ne plus aider le club de Ligue 1 financièrement. La crise continue du côté du Matmut Atlantique.

Frédéric Longuépée, le PDG des Girondins de Bordeaux
Frédéric Longuépée, le PDG des Girondins de Bordeaux ©Maxppp

Seizièmes de Ligue 1 après 33 journées, les Girondins de Bordeaux sont au bord du précipice en cette fin de saison. Sportivement, le club au scapulaire n'y arrive plus avec une seule victoire toutes compétitions confondues sur les treize derniers matches (11 défaites, 1 nul) et une réaction est toujours attendue par les supporters qui ne veulent pas voir leur équipe descendre en Ligue 2.

La suite après cette publicité

Mais il n'y a pas que sur le plan sportif que le FCGB est dans la tourmente. Cible des critiques depuis plusieurs semaines, le président Frédéric Longuépée vit une passe difficile, et encore plus lorsqu'il faut regarder la situation financière du club. Actionnaire unique depuis le rachat des parts de GACP en décembre 2019, King Street a trop souvent couvert les dettes bordelaises ces derniers temps, la faute notamment à cette crise financière liée au Covid-19. Mais trop, c'est trop.

Les Girondins se retrouvent sans le moindre financement

Alors que des rumeurs de vente étaient de plus en plus persistantes, la société américaine a décidé ce jeudi de lâcher les Girondins de Bordeaux. «Le contexte économique lié à la pandémie de la Covid-19 et au retrait de Mediapro a provoqué une baisse sans précédent des recettes des clubs de football français. Ces évènements s’ajoutent aux conséquences financières ayant déjà durement touché les clubs la saison dernière en raison de l’arrêt du Championnat et de la perte des revenus qui en a découlé», peut-on d'abord lire dans le communiqué.

Mais derrière, King Street va plus loin : «alors que le FC Girondins de Bordeaux est fortement impacté, King Street, son actionnaire, après avoir investi 46 M€ dans le Club depuis son rachat, a fait savoir qu’il ne souhaite plus soutenir le Club et financer ses besoins actuels et futurs. Ces circonstances ont conduit le Président à protéger le Club en le plaçant sous la protection du Tribunal de Commerce de Bordeaux. Un mandataire ad hoc a été nommé, il sera chargé d’assister le FC Girondins de Bordeaux dans sa recherche d’une solution durable.» Les Girondins vont donc vivre une fin de saison très mouvementée, entre maintien à assurer et nouvel actionnaire à trouver.

Plus d'infos

Commentaires