Manchester City-Chelsea : les notes du match

Au terme d'une finale haletante jusqu'à la dernière seconde, Chelsea remporte la Ligue des champions (1-0) grâce à une réalisation de Kai Havertz. Une revanche pour Thomas Tuchel et Thiago Silva, après la finale perdue avec le PSG face au Bayern Munich la saison dernière.

N'Golo Kanté et Chelsea remportent la Ligue des champions
N'Golo Kanté et Chelsea remportent la Ligue des champions ©Maxppp
La suite après cette publicité

C'était une affiche de rêve 100 % Premier League qui était proposée ce soir en finale de Ligue des Champions à l'Estádio do Dragão de Porto. Pep Guardiola annonçait la couleur avec une composition en 4-3-3 très offensive avec Raheem Sterling aligné d'entrée en lieu et place de Fernandinho placé à la surprise générale sur le banc. Un choix audacieux qui tentait à prouver que l'ancien coach du Barça voulait plus que tout glaner une nouvelle coupe aux grandes oreilles. Du côté de Thomas Tuchel, un onze classique, également était proposé en 4-3-3, avec comme petite surprise, Kai Havertz aligné en lieu et place de Christian Pulisic.

D'entrée de jeu, City menait la première estocade par Raheem Sterling. Parti dans le dos de Reece James, l'attaquant des Citizens se présentait dans la surface devant Edouard Mendy qui parvenait à détourner le ballon en corner en fermant l'angle et par le biais d'un plongeon. Les Blues réagissaient vite par l'intermédiaire d'un Timo Werner très actif sur le front de l'attaque mais qui ratait encore trois grosses occasions en 5 minutes (10e, 14e, 15e). Chelsea faisait alors mieux que se défendre et malgré la sortie sur blessure de Thiago Silva sur blessure (38e) parvenait à ouvrir le score par le biais de Kai Harvetz à la suite d'une magnifique action collective et une passe décisive merveilleuse en profondeur de Mason Mount. A la mi-temps, Thomas Tuchel dominait tactiquement et au score Pep Guardiola (1-0).

Des bobos, de l'intensité et au bout un sacre des Blues !

La deuxième période repartait sur un rythme et une intensité incroyable. Si les occasions étaient moins nombreuses, le physique des 22 acteurs était mis à rude épreuve et sur un contact avec Antonio Rudiger, Kevin De Bruyne quittait ses coéquipiers en larmes et finissait la rencontre dans les tribunes avec un sacré coquard à l'oeil. À la 68e minute, Manchester City, qui pouvait désormais compter sur un Fernandinho fraîchement entré en jeu et qui avait cruellement manqué jusqu'alors, sonnait la révolte par l'intermédiaire de Phil Foden qui décalait Riyad Mahrez qui centrait pour Gundogan. Mais Cesar Azpilicueta sauvait les siens d'un tacle salvateur et manquait de quitter les siens quelques instants plus tard sur un choc au genou.

Les Blues, qui se contentaient de gérer leur court avantage, se montraient encore dangereux et Christian Pulisic (73e) manquait de donner un avantage définitif aux siens d'une frappe trop croisée alors qu'il était idéalement placé. Manchester City poussait durant le dernier quart d'heure et manquait d'égaliser par l'intermédiaire de Gabriel Jesus qui ratait sa Madjer (75e). L'entrée en fin de match de Sergio Aguero pour sa dernière avec Manchester City n'y changeait rien malgré une incroyable occasion de Riyad Mahrez dans les ultimes secondes du match. Malgré les efforts des Citizens, les Blues réussissaient à tenir ce score de 1-0 jusqu'à la fin et remportait la deuxième Ligue des Champions de son histoire. Du côté de Thomas Tuchel, c'est une incroyable revanche puisqu'il avait échoué lors de la dernière édition face au Bayern Munich et avait été mis à la porte du PSG cet hiver. Enfin, Pep Guardiola et Manchester City, qui étaient encore invaincus avant cette finale cette saison en C1, échouaient encore une fois dans une compétition qui ne réussit vraiment pas au club mancunien...

Retrouvez le film du match sur notre live commenté.

L'homme du match : Kanté (8) : disponible pour cette finale après une blessure aux ischio-jambiers, le milieu français s'est distingué par son volume de jeu habituel. Toujours présent dans les zones chaudes du terrain, l'international tricolore a essayé d'orienter le jeu de son équipe. Très présent comme à l'accoutumée au niveau des interceptions. Omniprésent dans l'entrejeu, l'ancien joueur de Leicester était aux quatre coins du terrain ce soir. Le champion du monde 2018 n'a pas hésité à apporter offensivement quand les circonstances l'exigeaient. On ne compte plus les kilomètres parcours par le chouchou des supporters des Blues. Un match encore exceptionnel ce soir.

Manchester City

  • Ederson (3) : dans son style habituel de gardien de but qui participe au jeu, il a essayé d’être le premier relanceur, à l’image de ce superbe ballon pour Sterling qui reçoit une balle de but du gardien brésilien tôt dans le match (7e). Alors qu’il n’avait pas eu grand chose à faire en première mi-temps (une seule parade), il loupe sa sortie dans les pieds de Kai Havertz en un-contre-un et laisse le milieu offensif allemand tout seul face, au but vide, pour ouvrir le score (43e). Il a également loupé plusieurs relances longues en seconde période, dans les derniers instants du match. Pas énormément de parades à réaliser mais pas une grande performances pour autant.

  • Walker (3,5) : pas très à l’aise défensivement ce soir, l’Anglais a été plus juste lorsqu’il fallait jouer de l’avant et monter sur son côté. Souvent haut sur le terrain, il a trop peu centré dans cette rencontre et a manqué de précision dans ce registre (aucun centre réussi sur deux tentés) alors qu’il est habituellement si intéressant dans ce rôle. Défensivement il a été plutôt solide (7 duels remportés sur 9) et la majorité des offensives des Blues ne sont pas passées par son côté.

  • Ruben Dias (4) : le roc portugais a rendu une copie mitigée. Dans les premières minutes de la rencontre il a dû redoubler d’efforts pour pallier la fébrilité de son compère de la charnière. Son sens du placement et sa lecture des trajectoires ont été redoutables (22e). Pourtant il est fautif sur l’ouverture du score de Havertz avant la mi-temps avec un placement douteux (43e). En seconde période, les Blues sont moins à l’attaque et il passe donc une seconde moitié de partie plus tranquille. 3 interceptions, 2 dégagements, un tacle, 6 duels remportés sur 9 et une seconde période qui relève le niveau de la première.

  • Stones (3) : très hésitant en début de match avec plusieurs mauvaises relances dangereuses qui ont mené à des occasions de but (8e, 11e, 13e), le duo offensif Werner-Havertz lui a posé énormément de soucis, que ce soit dans la profondeur ou dans les duels au sol comme sur ce duel remporté par le second nommé qui fait du défenseur anglais sa chose avant de donner un excellent ballon à Christian Pulisic (72e). Au final, l’ancien d’Everton sort 4 dégagements, un tir bloqué et 2 duels remportés sur 3.

  • Zinchenko (3,5) : le latéral ukrainien a fait parler sa science de l’attaque avec de nombreuses montées sur son côté gauche. En première période la majorité des occasions de City viennent de son côté et l’ancien milieu offensif n’y est pas étranger. Défensivement il a aussi été solide à l’image de ce retour importantissime devant Havertz (37e) mais l’ancien de Leverkusen se défait de son marquage avant la pause et ouvre le score en éliminant Ederson (43e). Sa seconde période est moins intéressante car il déborde moins sur son côté et n’apporte plus autant offensivement. 2 dégagements, 3 tacles, une intervention mais aussi et surtout 3 dribbles subis.

  • Gündogan (5) : le milieu de terrain allemand, qui réalise la saison de sa vie sur cet exercice, a été le véritable chef d’orchestre des Skyblues. Positionné plus bas sur le terrain, il a été celui par qui tous les ballons sont passés. À la pause il affiche 43 ballons touchés (meilleur total pour un joueur offensif) et 95% de réussite sur ses passes, souvent tournées vers l’avant. Mais il a dû faire face à un N’Golo Kanté XXL ce soir, absolument monstrueux et qui lui a posé de nombreux problèmes au milieu. Averti en première période (34e), il a fait beaucoup de fautes (3) et il aurait pu être sanctionné une seconde fois et être exclu.

  • Foden (4) : la pépite du centre de formation de City a fait énormément d’efforts dans cette rencontre avec un pressing précieux et une combativité remarquable. Devant le but il a eu plus de mal comme sur ce face à face mal joué à la suite d’une très belle passe de De Bruyne (27e). Il a été trop hésitant et pas assez précis, même sur ses coups francs (47e). En seconde période il prend un peu plus part à la construction du jeu et est à la création de plusieurs occasions intéressantes (67e). Difficile d’en vouloir au jeune joueur de 21 ans qui disputait ce soir, comme la plupart de ses coéquipiers, la première finale de Ligue des Champions de sa carrière.

  • Bernardo Silva (3,5) : en première période, l’ancien joueur de Monaco touche très peu de ballons dans l’entrejeu (22e), où il est positionné ce soir. Pas assez influent offensivement, il n’a pas eu l’occasion de faire parler la dynamite comme il sait si bien le faire habituellement. En seconde période, il est remplacé par Fernandinho (63e) sans avoir rien montré depuis le retour des vestiaires. 20 passes, 2 dribbles subis, 4 ballons perdus, aucune occasion crée et pas un tir. Bref une finale ratée pour l’international portugais (52 sélections).

  • Mahrez (3) : le fossoyeur du PSG a été bien muselé en première période et a touché trop peu de fois le cuir (20) pour se montrer intéressant et pour apporter le danger. Aucun centre réussi ni aucun tir tenté à la pause. En seconde période il se procure une première grosse occasion mais son excellent centre pour Bernardo Silva est coupé par Cesar Azpilicueta (67e) et juste avant le coup de sifflet final, son tir en dehors de la surface passe juste au dessus du cadre. À part ça il n’a rien eu à se mettre sous la dent et il termine sa finale sans avoir cadré la moindre fois. Un véritable échec pour l’Algérien qui était attendu au tournant à cette occasion.

  • De Bruyne (4) : en l’absence de Fernandinho dans le onze de départ c’était lui le capitaine du soir. Le Belge n’a que rarement su bonifier les ballons qu’il avait. Aucun tir à la pause, 75% de réussite sur ses passes et un seul dribble réussi, c’est trop peu pour un joueur de cette classe et de ce talent mais il a été à l’image des joueurs offensifs de City en première période, transparent. En début de seconde période, l’ancien joueur de Chelsea est percuté par Antonio Rüdiger et est sonné par la charge du défenseur allemand. Il laisse alors sa place à Gabriel Jesus (58e). Sortie compliquée pour le génie belge qui ne s’est pas montré ce soir. Le buteur brésilien a été intéressant dans son jeu dos au but mais ne s'est pas procuré d'occasions.

  • Sterling (3,5) : titularisé pour la première fois en Ligue des Champions depuis le huitièmes de finale aller face au Borussia Monchengladbach le 24 février dernier, l’ailier anglais n’a pas été un choix payant du technicien catalan. En début de première période il a plusieurs occasions mal négociées (7e, 9e) et Reece James lui a régulièrement posé problèmes. En seconde période il est remplacé par Sergio Agüero (77e) et sort au moins avec le mérite d’avoir tenté à plusieurs reprises de débloquer le compteur des Citizens. 2 tirs tentés, mais 13 ballons perdus et aucun dribble réussi. Il est lui aussi passé à côté de sa finale, comme la majorité de ses coéquipiers et des joueurs offensifs de Pep Guardiola. La légende argentine du club mancunien s’est procuré une occasion mais son centre dans la surface est bien capté par Edouard Mendy (84e).

Chelsea

  • Mendy (6) : l'ancien gardien du Stade Rennais a passé une première mi-temps globalement tranquille. La qualité de son jeu au pied reste intéressante. Toujours vigilant quand il le fallait, le portier des Blues a su rester sérieux pendant tout le match.

  • Rudiger (6) : titulaire indiscutable au sein de la défense des Blues depuis l'arrivée de Tuchel, le défenseur allemand sauve les siens avec un tacle rageur dans sa surface devant Foden (28e). Très solide dans les duels et sur le plan défensif, l'international allemand est averti à la 56e pour une vilaine faute sur De Bruyne.

  • Thiago Silva () : pour sa deuxième finale consécutive de Ligue des champions, le défenseur central brésilien a essayé de relancer proprement et de contenir les assauts mancuniens. Malheureusement pour l'ancien Parisien, il quitte prématurément les siens suite à une blessure aux adducteurs. Remplacé à la 37e par Christensen (6) qui s'est mis au diapason et a apporté sa vista en charnière centrale. Auteur d'une intervention héroïque en fin de match sur une frappe de Foden (90e).

  • Azpilicueta (6,5) : le capitaine de Chelsea a alterné le bon et le moins bon dans la première demi-heure. Parfois dépassé quand les Citizens accéléraient, le défenseur espagnol a réalisé de belles interventions défensives en parallèle. L'ancien Marseillais n'a rien lâché dans les duels et s'est accroché. Beaucoup plus à son avantage au fil du match notamment dans sa vision du jeu. Son intervention sur un centre de Mahrez est décisive (68e). Un match solide de l'Espagnol ce soir.

  • James (6) : le jeune Anglais titularisé dans le couloir droit a connu une entame compliquée comme l'ensemble de ses partenaires. Le numéro 24 est pris dans son dos sur une longue transversale d'Ederson pour Sterling (8e). L'intéressé s'est bien repris par la suite en se montrant solide dans les duels et discipliné défensivement. Très généreux dans l'effort il a semblé parfois au bord de la rupture mais il s'est toujours accroché.

  • Kanté (8) : voir ci-dessus.

  • Jorginho (4,5) : on a pas trop vu le milieu italien dans le premier acte. Comme étouffé par l'adversité, l'ancien Napolitain a peiné à exister en première mi-temps. Bien aidé par Kanté qui était partout ce soir, l'international transalpin a essayé d'apporter en pressant ses adversaires.

  • Chilwell (6) : dans son couloir gauche, le défenseur anglais s'est rapidement mis en évidence en réalisant un merveilleux sauvetage sur un centre de Sterling (10e). L'international britannique a manqué de se faire surprendre par Walker dans son couloir (30e). Son activité couloir gauche a été intéressante en première mi-temps. Un peu plus discret au retour des vestiaires, notamment à cause de la volonté de City d'aller vers l'avant. Très appliqué et courageux sur le plan défensif.

  • Mount (6,5) : le prometteur ailier anglais démarrait cette finale comme titulaire au sein du onze façonné par Tuchel. Ce dernier s'est montré rapidement dangereux en distillant un caviar pour Werner (14e). Très intéressant dans l'utilisation du ballon. Ce qui s'est vu notamment sur son ouverture lumineuse qui amène le but d'Havertz (0-1, 42e). Le numéro 19 a un peu disparu de la circulation au retour des vestiaires suite à la domination territoriale mancunienne. Remplacé à la 79e par Kovacic

  • Havertz (8) : le numéro 29 des Blues sait se distinguer par sa clairvoyance avec le ballon. Son excellent centre pour Werner aurait pu être décisif (10e). L'international allemand n'a pas hésité à prêter main forte à ses partenaires dans l'entrejeu pour récupérer des ballons. Récompensé de ses efforts par un but, où il profite d'un excellent service en profondeur de Mount pour éviter la sortie d'Ederson et pousser le ballon au fond (0-1, 42e). Son repli défensif a été un modèle ce soir. Après une belle chevauchée, son service pour Pulisic est une merveille (71e). Une étincelante copie rendue ce soir.

  • Werner (5,5) : en pleine crise de confiance, l'attaquant allemand gâche une énorme opportunité au six mètres sur un excellent centre d'Havertz (8e). Pas très inspiré en début de match, l'ancien buteur du RB Leipzig manque une belle occasion sur un caviar de Mount (14e). Très précieux cependant dans le jeu dos au but ou par la qualité de ses appels. L'intéressé a causé des difficultés à la défense de City dans le jeu. Remplacé à la 66e par Pulisic qui rate la balle du KO sur un excellent service d'Havertz (71e).

Plus d'infos

Commentaires