La triste fin de Keylor Navas au PSG

Par Maxime Barbaud
3 min.
Keylor Navas à l'échauffement lors du match Real Sociedad-PSG @Maxppp

Numéro 2 dans la hiérarchie derrière l’excellent Gianluigi Donnarumma, Keylor Navas vit des derniers mois pénibles au PSG, où il arrive en fin de contrat. Il a même perdu sa place en Coupe de France et ses rares titularisations en Ligue 1 mettent en exergue son manque de compétition.

La fin de l’aventure se précise pour Keylor Navas au PSG. En fin de contrat en juin prochain, le gardien doit se contenter de miettes cette saison, dépassé par l’excellent niveau affiché par Gianluigi Donnarumma, et même poussé dans son dos par le jeune Arnau Tenas. Toujours doublure de l’Italien, le portier de 37 ans ne joue plus beaucoup, si ce n’est face à Lille et Reims en Ligue 1. Depuis deux tours en Coupe de France, Luis Enrique a décidé de confier les buts du PSG au titulaire habituel, privant de fait le Costaricien d’un peu de temps de jeu qui lui aurait pourtant été bénéfique.

La suite après cette publicité

La preuve, son manque de compétition s’est fait ressentir face à Reims le week-end dernier. Sur le premier but champenois, et alors qu’il était à portée du ballon et face au jeu, il a préféré laisser son partenaire Achraf Hakimi s’en emparer, alors même que le Marocain était pressé et en délicatesse. Le mauvais choix du latéral de revenir vers l’intérieur ne l’a pas aidé non plus mais vient invalider sa première appréciation. Il est ensuite ajusté par Diakité, malgré son bon choix de plonger sur sa gauche. Il n’est pas responsable, pas décisif non plus.

À lire Leny Yoro impressionne déjà en Angleterre, le PSG entame une révolution pour son milieu de terrain

Navas a perdu sa place en Coupe de France

Notre rédaction lui a accordé à petit 4/10 dimanche dernier, avec un seul arrêt au compteur. Navas n’a pas su profiter de l’opportunité accordée par Luis Enrique, lequel ne veut surtout pas laisser s’échapper la Coupe de France. Après l’avoir fait jouer lors des deux premiers tours face à Revel et Orléans, l’entraîneur a remis Donnarumma depuis le 8e de finale contre Brest. «Avoir un gardien top comme lui, c’est très important, revendiquait le coach avant Reims. On est tous très heureux de voir ses performances, sa réussite, sa capacité à s’améliorer. On veut que ce soit un leader dans l’effectif. »

La suite après cette publicité

Forcément, Navas en fait les frais. Alors que le débat entre les deux gardiens pouvait encore se poser en début de saison, il n’a désormais plus lieu d’être. Malgré trois erreurs de suite à l’automne, les performances de Donnarumma valident le choix de Luis Enrique. L’ancien Madrilène aurait pu partir cet hiver où Newcastle et les Tigres se sont intéressés à lui. Prêté à Nottingham Forest lors de la seconde partie de saison dernière, le gardien a cette fois le choix de rester à Paris où son rôle a changé dans le vestiaire. Il est devenu une sorte de tuteur pour ses jeunes coéquipiers.

Le débat n’a plus lieu d’être avec Donnarumma

Il n’empêche que la compétition manque forcément à la légende des Ticos (112 sélections). Autre indice qui va vers un départ en fin de saison, le PSG cherche un nouveau gardien pour entrer dans la hiérarchie. Le nom de Gregor Kobel (BvB) a même été cité récemment. Reste à savoir si Navas sera tenté par un nouveau challenge ou s’il prendra sa retraite sportive. En attendant, le Parc des Princes ne l’a pas oublié. Face au LOSC à la mi-février, rencontre qu’il a disputée en intégralité avec à la clé une performance correcte (6/10 selon notre rédaction), bien aidée par la faiblesse offensive adverse, il a été ovationné. Ses performances des premières saisons, avec en point d’orgue ses campagnes de Ligue des Champions, sont toujours dans les mémoires du public parisien.

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité