PSG-Borussia Dortmund : les choix gagnants de Thomas Tuchel

Le Paris SG convaincant et qualifié, Thomas Tuchel a vu ses choix face au Borussia Dortmund validés.

Thomas Tuchel, ici avec son staff, explose de joie après la victoire contre Dortmund
Thomas Tuchel, ici avec son staff, explose de joie après la victoire contre Dortmund ©Maxppp
La suite après cette publicité

Le doute était permis. Depuis plusieurs semaines, et le match aller à Dortmund (2-1), Thomas Tuchel donnait l'impression de ne pas savoir quoi faire et qui aligner pour ce 8e de finale retour de Ligue des Champions au Parc des Princes contre le Borussia. L'Allemand a pris ses responsabilités et opéré quelques choix. Contraint, suite à la défection de Thiago Silva, de positionner Marquinhos en charnière centrale, le technicien parisien a décidé de préférer Juan Bernat à Layvin Kurzawa, qui partait pourtant avec la faveur des pronostics.

Interrogé en fin de rencontre, il a expliqué pourquoi. «Le gars est calme, on a décidé hier, il est calme. Thiago m'a dit :"je ne me sens pas au top". J'ai pris la décision d'avoir Juan, un gars calme, il a des automatismes avec Neymar. Contre Liverpool, la saison passée, c'était la même situation. Il a marqué contre Naples aussi, il a marqué des buts importants, on a eu ça en tête, il a joué un bon match», a-t-il indiqué, conforté dans son choix par le but et la prestation de l'Espagnol.

Bernat et Sarabia décisifs

Dans le cœur du jeu, en l'absence de Marco Verratti suspendu, il a misé sur Leandro Paredes pour accompagner Idrissa Gueye. Et si l'Argentin n'a pas forcément été aussi en vue que son acolyte sénégalais, il s'est révélé précieux par sa capacité à trouver des passes entre les lignes du BvB, mais aussi sa faculté à mettre de l'impact, en ralentissant le jeu adverse par des fautes tactiques. Enfin, devant, pour remplacer un Kylian Mbappé malade et diminué au pied levé, TT a opté pour Pablo Sarabia plutôt que pour Mauro Icardi ou Julian Draxler restés sur le banc tout le match.

L'Ibère, lui aussi, a parfaitement répondu. Son pressing incessant aux côtés d'Edinson Cavani a considérablement gêné la défense du club de la Ruhr, l'obligeant quasi systématiquement à jouer de longs ballons. Surtout, fidèle à lui-même depuis le début de l'année 2020, il s'est montré décisif en délivrant une offrande à Bernat sur le deuxième but parisien. Des choix gagnants donc qui lui offrent une bouffée d'oxygène après de longues semaines sous pression.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires