OM-PSG : les dessous de la commission de discipline

Ce mercredi, la commission de discipline de la Ligue de football professionnel a rendu son verdict. Voici comment se sont déroulés les évènements.

Neymar face à l'arbitre de PSG-OM
Neymar face à l'arbitre de PSG-OM ©Maxppp
La suite après cette publicité

Les sanctions post-Classique sont tombées, du moins une partie. Layvin Kurzawa a pris six matches de suspension, trois matches (dont un avec sursis) ont été donnés à Neymar et Paredes. Côté Olympique de Marseille, Jordan Amavi a écopé de trois matches fermes et Dario Benedetto d'un match, qui sera purgé contre l'Association sportive de Saint-Étienne, ce jeudi soir. Voici comment s'est déroulée la soirée.

Pour commencer, la commission de discipline s'est réunie aux alentours de 18h00. Les auditions des joueurs ont ensuite duré un long moment, puisque sur les coups de 21h00, elles n'étaient pas terminées. Jacques-Henri Eyraud n'était pas présent et l'OM avait dépêché son avocat, Régis Rebufat, son secrétaire général, Alexandre Mialhe et sa juriste, Angélique Pecout. Concernant les Olympiens, il a été retenu que Jordan Amavi n'avait fait que réagir à l'agression de Layvin Kurzawa, ce qui explique totalement la différence de sanction. Le carton jaune de Pape Gueye a, lui, été un point de crispation.

Paredes est entré pour en découdre

Scandalisés par cette sanction, les Phocéens avaient fait appel et espéraient voir cet avertissement retiré. Cela n'a pas été le cas. Selon nos informations, certaines personnes de la commission étaient d'accord pour enlever ce carton jaune. Jérôme Brisard n'a pas reconnu d'erreur et d'autres ont considéré que la décision était juste. Faute d'unanimité, l'avertissement a donc été conservé.

Ce mercredi, en conférence de presse, Thomas Tuchel expliquait qu'il ne comprenait pas du tout pourquoi Leandro Paredes avait écopé de deux matches plus un ferme pour deux cartons jaunes. La raison est simple. Pour la commission, Leandro Paredes est entré pour en découdre, il arrive aussi très rapidement dans la bagarre entre Layvin Kurzawa et Jordan Amavi. En outre, après visionnage des images, il s'essuie un petit peu les crampons sur Alvaro Gonzalez, qui se roule au sol à ce moment précis.

Di Maria va être sanctionné à son tour

Pour Kurzawa, cela a été assez clair. Le latéral gauche a démarré la bagarre de fin de rencontre et a même fait le tour du groupe de joueurs pour aller chercher Jordan Amavi. Les gens étaient, ce mercredi soir, assez étonnés de la sanction clémente concernant Neymar. La commission a conclu que le geste (une claque derrière la tête d'Alvaro Gonzalez) était évidemment sanctionnable, mais que ce n'était pas si violent que cela et que le défenseur espagnol avait un petit peu amplifié.

Concernant les injures supposées racistes d'Alvaro Gonzalez, Neymar s'est expliqué en visio-conférence, en compagnie de Leonardo. Il a précisé les insultes qu'il a entendues («mono hijo de puta», qu'on traduirait par *fils de p** de singe). Le dossier est placé en instruction, le temps que les images soient correctement analysées. Sébastien Deneux, le président de la commission de discipline, expliquait ce mercredi soir, que le calendrier de cette affaire allait être affiné dans les prochains jours.

Enfin, toujours selon nos informations, Angel Di Maria, qui va être entendu mercredi prochain par l'instance, devrait être sanctionné. Les images sont très claires pour la LFP et il sera entendu pour essayer d'expliquer son crachat vers Alvaro Gonzalez. Ces affaires sont encore loin d'être terminées et on devrait en apprendre encore un peu plus dans les prochains jours.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires