Frosinone : le grand test pour les trois pépites sud-américaines prêtées par la Juventus

Par Valentin Feuillette
5 min.
Matías Soulé et Enzo Barrenechea à Frosinone @Maxppp

La Juventus accueille le promu de Frosinone, sur sa pelouse de l’Allianz Stadium, dimanche midi, dans le cadre de la 26ème journée de Serie A. Une rencontre importante pour les Bianconeri qui ne parviennent plus à gagner depuis quatre journées. Ce duel contre les Leoni romains aura en toile de fond un tout autre objectif pour les protagonistes de ce bras de fer. La Juventus et Frosinone ont été liés dans plusieurs rumeurs, lors du dernier mercato d’été.

«Tendre le bâton pour se faire battre», telle est l’expression qui rythme la préparation de la Juventus depuis plusieurs jours. En effet, la Vieille Dame va ouvrir les portes de son Juventus Stadium au promu de Frosinone. Une rencontre, pour le compte de la 26ème journée de championnat, qui revêt un tout autre visage derrière la simple journée de championnat italien. Pour mieux comprendre les enjeux de ce match, il faut remonter au dernier mercato d’été, lorsque les deux directions ont longuement négocié pour un dossier impliquant pas moins de trois joueurs turinois. Le match entre la Juventus et Frosinone aura lieu ce dimanche midi est un révélateur symbolique des transferts qui ont amené cet été Enzo Barrenechea, Matias Soulé et Kaio Jorge à la Ciociaria prêtés par la Juventus. Le 15 août, les Bianconeri décident d’envoyer son jeune milieu argentin, Barrenechea (22 ans), en prêt à Frosinone afin de parfaire sa formation. Quatorze jours plus tard, le natif de Villa María a été rejoint par la paire offensive composée du Brésilien, Kaio Jorge (22 ans), et de l’Argentin, Soulé (20 ans). Trois jeunes pépites au destin similaire : chiper en Amérique du Sud par la Juventus et prêter à Frosinone avec l’objectif de briller sous l’entraîneur italien, Eusebio Di Francesco. La saison des trois joueurs de La Ciociaria a suscité l’intérêt des clubs étrangers mais a ouvert des scenarii intéressants pour l’avenir des trois sous le maillot noir et blanc, principalement pour Matias Soulé.

La suite après cette publicité

Depuis de l’eau a coulé sous les ponts à Frosinone et les trois pépites sud-américaines ont brillé, à différents degrés, sous le maillot des Leoni. La saison de l’attaquant argentin, Matías Soulé, se déroule de la meilleure des façons avec des performances de haute voltige. Jusqu’à présent cette saison, il affiche un compteur de 10 buts et 2 passes décisives en 23 apparitions de championnat et une croissance exponentielle à tous points de vue. Leadership, régularité, maturité… Le natif de Mar del Plata marque beaucoup de points et face à la Juventus, il voudra confirmer pour donner du fil à retordre à sa direction, lorsque son prêt prendre fin en juin prochain : «Il m’a beaucoup appris. Occuper des espaces, jouer de multiples rôles. Avec lui, j’ai aussi joué comme milieu défensif, comme milieu central, comme milieu offensif mais aussi en latéral droit dans un 4-3-3. Et il m’a beaucoup aidé en phase défensive», a déclaré Soulé au sujet de Massimiliano Allegri. Sa forme olympique pose une question légitime à la Juventus : considérer le joueur comme partie intégrante du futur projet articulé autour des jeunes ou vendre sa pépite à la valeur marchande grandissante pour une meilleure rentabilisation économique afin d’amener d’autres joueurs avec l’enveloppe. Un vrai dilemme donc pour la Vieille Dame. Mais cette rencontre dimanche peut déterminer et donc changer beaucoup de choses sur l’élaboration du prochain plan d’effectif de la Juventus.

À lire Edon Zhegrova sur les tablettes d’un grand club européen

Un timing idéal pour envoyer un message !

L’avenir de Matias Soulé à la Juventus est loin d’être certain, surtout que le jeune Argentin sera un élément compliqué à intégrer au dispositif en 3-5-2 d’Allegri. Le système de jeu adopté cette saison sera donc une clef centrale des négociations estivales avec notamment les présences de Dušan Vlahović, Federico Chiesa, Arkadiusz Milik et aussi Moise Kean, après l’échec du transfert à l’Atlético de Madrid lors du mercato de janvier. : «J’ai vu Soulè comme toujours. J’essaie toujours de le mettre en mesure de s’exprimer au mieux. Il doit comprendre qu’il doit s’amuser mais ne jamais en abuser avec le dribble qui est sa meilleure qualité. Mais c’est un gars extraordinaire qui a juste besoin d’apprendre à aller plus vite», a encore récemment expliqué Eusebio Di Francesco. Mais Soulé peut espérer marquer des points s’il venait à briller contre la Juventus dimanche, devant les tifosi turinois, surtout que les dirigeants veulent miser sur la jeunesse, en témoigne les installations de Kenan Yildiz, Fabio Miretti, Hans Nicolussi Caviglia et Andrea Cambiaso. Mais aussi les recrues hivernales Tiago Djaló et Carlos Alcaraz. Sans oublier les présences de Nicolò Fagioli et Samuel Iling-Junior. Une belle bande de jeunots qui espèrent redonner ses lettres de noblesse à la Juventus après une saison blanche sur la scène européenne. Face à une Juventus en proie aux doutes qui n’a plus gagné un match de championnat depuis le 21 janvier et qui, de surcroît, voit l’avenir avec des jeunes pépites, Matias Soulé a une situation presque idyllique. Tout comme ses deux comparses prêtés aussi par la Vieille Dame.

La suite après cette publicité

Quant à Enzo Barrenechea, l’Argentine représente l’emblème du meneur de jeu à l’ancienne qui pourrait être utile aux Bianconeri pour mieux seconder Manuel Locatelli, voire même être replacé plus haut dans un rôle résolument plus offensif pour faire office d’assistant du milieu de terrain italien. Mais même dans son cas, l’avenir reste une énigme puisque certains clubs se sont relayés et ont demandé des informations en contactant son entourage. Parmi eux, Brighton de Roberto De Zerbi et Girona en Espagne. C’est une autre histoire pour Kaio Jorge qui avait moins d’espace dans la rotation pour se montrer compte tenu des problèmes physiques qui le handicapaient. À noter une véritable progression ces dernières semaines en marquant 3 buts en 15 apparitions : «Dès la première séance d’entraînement, j’ai senti la confiance qui régnait autour de nous et j’ai tout de suite compris que nous pouvions faire un très bon championnat. Nous avons un bon groupe avec beaucoup de jeunes et quelques vétérans qui nous aident beaucoup. Quand je suis arrivé, je n’avais probablement pas beaucoup d’intensité. Il travaille beaucoup sur cet aspect et, honnêtement, je peux dire aujourd’hui que j’ai grandi», a expliqué le milieu argentin. La Juventus en arroseur arrosé ce dimanche ? Réponse demain midi, mais les trois Sud-américains se tiennent prêts à frapper un grand coup contre des Bianconeri en plein doute, dans l’espoir d’envoyer un message à cette nouvelle direction articulée autour de Cristiano Giuntoli, Federico Cherubini, Maurizio Scanavino et Gianluca Ferrero.

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité