Au tour du Maroc et de la République Démocratique du Congo d’entrer en scène. Après le nul 0-0 entre le Togo et le tenant du titre la Côte d’Ivoire, les deux formations du soir avaient l’occasion de prendre la tête du groupe C. À la tête des Lions de l’Atlas et double vainqueur de la CAN, dont il est lui aussi le tenant du titre puisqu’il entraînait les Elephants en 2015, Hervé Renard a bien l’intention de retrouver le sommet du continent.

Manque de chance pour lui tout de même, il est privé de nombreux joueurs importants (Boufal, Tannane, Amrabat, Belhanda). Il organisait alors un 3-4-3 avec Benatia et Saïss en défense, Dirar côté droit et le jeune Mendyl à gauche. Cette formule fonctionnait bien car le Maroc entrait dans la rencontre avec les meilleures intentions. El Kaddouri était d’ailleurs à deux doigts de trouver le chemin des filets, mais sa frappe limpide s’écrasait sur la barre (2e).

Le Maroc loupe le coche

Outsider dans cette rencontre, les Léopards se défendaient avec leurs armes. Bien en place, ils subissaient le jeu mais étaient rarement déséquilibrés par leurs adversaires. Ils se contentaient de se dégager sans vouloir construire le jeu. Malgré les bons déboulés de Mendyl (22e, 31e, 39e), les Marocains peinaient à s’approcher de la surface et ils devaient se contenter de ce résultat nul à la pause. Il leur manquait une étincelle dans les derniers mètres.

Les Lions de l’Atlas tentaient d’imprimer un rythme encore plus élevé en seconde période mais ils se faisaient surprendre par des Congolais très réalistes. Un centre venu de la gauche rebondissait sur le poteau de Munir et Kabananga était le plus rapide à reprendre le cuir pour le catapulter au fond (1-0, 55e). Surpris et pas vraiment aidés par le jeu haché des Léopards, les Marocains donnaient tout pour égaliser. Malgré l’expulsion pour un second jaune de Mutambala (81e), ils se heurtaient à un Matampi des grands soirs à l’image de cet arrêt décisif sur une tête à bout portant d’El Arabi (87e). Décidément, il ne fait pas bon d’être favori en ce début de CAN.