La Coupe du Monde 2018 pointe le bout de son nez. Et parmi les principaux favoris, on retrouve le Brésil. La Canarinha a réalisé un parcours quasi-parfait en qualifications, dans la dure zone CONCACAF, et connaît un nouvel élan avec des joueurs comme Neymar ou Coutinho comme têtes d’affiche. Si la colonne vertébrale et le gros du groupe brésilien qui volera vers la Russie en juin est déjà plus ou moins défini, certains joueurs peuvent venir s’y greffer au dernier moment, dans le secteur offensif notamment. C’est le cas de Willian José, appelé pour la première fois par Tite lundi. Du haut de ses 26 ans, le Brésilien fait partie de ces attaquants capables de garantir une bonne dizaine de buts dans des équipes de première partie de tableau de Liga. Son parcours est assez classique.

Il fait ses classes au Brésil, où il débute avec son club formateur de Grêmio Prudente à seulement 17 ans, puis défend les couleurs de São Paulo ou de Santos, sans forcément briller. Entre temps, le fameux Deportivo Maldonado, club uruguayen bien connu en Europe pour servir de passerelle pour joueurs sudaméricains, s’était emparé de ses droits. Il arrive en Europe en 2013, à 22 ans, où il réalise quelques prestations intéressantes avec le Real Madrid Castilla, débutant même avec l’équipe première sous Carlo Ancelotti. S’en suit une bonne saison 2014/2015 avec Saragosse, toujours en D2 espagnole, puis le saut dans l’élite, avec un nouveau prêt, cette fois à Las Palmas. Pour sa première saison en Liga, il offre de belles prestations, terminant la saison avec 9 buts chez un promu, en partageant la pointe de l’attaque avec Sergio Araujo. La Real Sociedad flaire le bon coup et achète ses droits au Deportivo Maldonado à l’été 2016. Après une première saison intéressante à 12 buts, il confirme, ayant déjà inscrit autant de buts que l’an dernier à plus de 10 journées de la fin.

Il aurait pu jouer avec la Roja

Son profil semble en tout cas complémentaire à celui des cracks brésiliens. Plus que celui d’autres joueurs comme Fred ou Tardelli qui ont récemment occupé la pointe de l’attaque auriverde. L’attaquant de la Real Sociedad est effectivement capable de jouer en dehors de sa surface, dos au but, pour combiner et servir de relais à ses partenaires. Et dans la surface, il ne tremble pas, bien au contraire. Il est particulièrement létal dans le jeu aérien. En somme, c’est un attaquant très complet, avec un profil plus espagnol que brésilien, tout aussi à l’aise dans la construction et l’élaboration des actions offensives qu’à la finition. A la Real Sociedad, équipe qui a toujours eu des défenseurs particulièrement bons balle au pied, on l’a souvent vu être lancé - via de longs ballons - en profondeur dans le dos de la défense rivale.

A l’image de Diego Costa ou d’autres joueurs brésiliens présents en Espagne depuis quelque temps comme Leo Baptistao, le goleador des Txuri-Urdines avait la possibilité de défendre les couleurs de la Roja. « Je suis en train d’obtenir le passeport (espagnol). Je serais enchanté. J’aime beaucoup la sélection brésilienne, mais aussi celle d’Espagne et je crois que je suis plus près de cette dernière. J’espère que je pourrais avoir le passeport et jouer avec l’Espagne si on m’appelle. Au Brésil ça fait 2 ou 3 ans que ce sont les mêmes qui sont appelés, en Espagne le sélectionneur change », confiait-il en novembre dernier. La donne a donc visiblement changé depuis, et l’attaquant s’est exprimé sur ses réseaux sociaux : « un jour spécial dans ma carrière ! Je remercie, d’abord, Dieu pour cette convocation avec la sélection brésilienne. Je remercie aussi ma famille, mon staff, mes amis, la Real Sociedad, mes partenaires en club et nos supporters pour ce grand moment. Je vais continuer à travailler fort et avec toute mon implication pour bien me présenter au stage et représenter notre pays. C’est une fierté et une grande satisfaction de revêtir à nouveau ce maillot ». A lui de se monter au niveau !