Alors qu’au fil des mois, l’Euro de la catégorie se rapproche pour les Espoirs (le premier pour l’Équipe de France depuis 12 ans), Sylvain Ripoll, le sélectionneur, essaye de trouver la bonne formule afin que les Bleuets arrivent prêts en Italie en juin prochain. Cependant, l’ancien coach de Lorient n’a sans doute pas pu essayer ce qu’il avait en tête lors de ce premier match amical du mois de novembre face à la Croatie (2-2). Privé de nombreux joueurs, dont Houssem Aouar au milieu de terrain, Ripoll a dû faire confiance à des nouveaux, comme Mattéo Guendouzi. Et c’est peu de dire que l’actuel joueur d’Arsenal a répondu présent pour sa première sélection dans cette catégorie.

Associé à Lucas Tousart, le capitaine, au milieu de terrain, l’ancien Lorientais, qui évolue habituellement avec les U20, a ébloui les plus de 4 000 spectateurs présents hier soir au stade Pierre-Brisson, de Beauvais. Toujours là à la récupération, n’hésitant pas à enchaîner les courses, à boucher les trous, Guendouzi a aussi été très en vue sur le front de l’attaque. Tel déjà un véritable joueur de Premier League box to box, il a porté le danger en se projetant dans la surface, mais aussi en distillant de très bons ballons à ses attaquants. Décisif sur le deuxième but où il décale parfaitement Mukiele pour un centre gagnant pour la tête de Bamba, Guendouzi aura quasiment tout réussi ce jeudi soir.

Une soif de vaincre de tous les instants

Mais en zone mixte, le principal intéressé, interrogé sur sa performance, a préféré rester humble et saluer le travail de ses partenaires. « Ils m’ont mis très à l’aise, ils m’ont facilité les choses aujourd’hui (jeudi). Ils m’ont donné beaucoup de ballons, j’ai pu créer beaucoup de choses donc c’est aussi grâce à mes coéquipiers si j’ai réalisé une bonne performance ce soir. J’essaye toujours de m’adapter par rapport à l’équipe avec laquelle j’évolue. » « Adaptation » est un mot qui est ressorti plusieurs fois de sa bouche devant les micros. Comme si le gamin de 19 ans pouvait jouer dans n’importe quelle équipe, tout en gardant la tête froide et en jouant avec ses qualités.

Mais au-delà de ses qualités, ce qui frappe chez Guendouzi sur le terrain, c’est son attitude, son caractère. Cette soif de vaincre jaillit à chaque instant. Comme lorsque l’arbitre lui signale qu’il n’a pas joué un coup franc au bon endroit, le milieu de terrain s’empare du ballon et le cogne au sol - au bon endroit cette fois-ci - pour bien faire comprendre à l’homme en noir qu’il a été légèrement tatillon à ce moment-là. Alors quand un journaliste lui explique que, vu des tribunes, tout le monde avait l’impression qu’il était un cadre de l’équipe, Guendouzi joue encore une fois la carte de l’humilité. « Il y a déjà des cadres dans l’équipe qui sont en place. J’essaye d’être comme je suis que ce soit à Arsenal, à Lorient ou ici avec les Espoirs. Je reste comme je suis, c’est mon attitude sur le terrain. Je veux toujours gagner donc ça se retranscrit par des gestes sur le terrain, mais je ne vais pas changer pour autant. »

Quoi qu’il en soit, le Gunner, avec ce match, s’est révélé être une formidable alternative au milieu de terrain pour l’Euro en juin. Que ce soit en tant que suppléant en cas de blessure ou comme membre à part entière désormais du groupe Espoirs, Guendouzi vient de prouver qu’il avait le niveau. Et si Sylvain Ripoll l’emmenait avec lui en Italie ? À la vue des performances du natif de Poissy avec Arsenal ou avec les Espoirs, la question est plus que jamais légitime. Les seuls déçus dans l’histoire pourraient être le staff et ses coéquipiers de l’Équipe de France U20, à qui il pourrait manquer désormais au sein de leur milieu de terrain.