Les 12 M€ dépensés par l’Olympique de Marseille pour Nemanja Radonjic coûtent cher, et pas seulement dans les finances du club. Jeudi soir, l’ailier serbe s’est distingué de la mauvaise manière avec une relance interdite à ce niveau qui a déclenché l’action du deuxième but de l’Eintracht Francfort, précipitant la défaite de l’OM (1-2). La Provence n’y est pas allée de main morte pour commenter cette action : « Jusqu’à ce que Radjonjic commette cette cagade fatale, cette relance suicidaire plein axe dont l’Eintracht se délecte encore ».

Entré en jeu à la 72e minute à la place de Lucas Ocampos, Nemanja Radonjic avait la possibilité, pour la deuxième fois après son entrée en fin de rencontre contre Guingamp dimanche dernier, de montrer ses qualités et d’aider l’OM à repasser devant au score. Offensivement, il n’a pas créé de danger, manquant même un contrôle sur un contre qui aurait pu faire mouche. Et il a donc commis l’irréparable en fin de rencontre.

Bien sûr, il a été défendu par ses coéquipiers, à l’image de Maxime Lopez. « Ce sont des choses qui arrivent, on fait tous des erreurs. On perd tous des ballons. Il vient d’arriver. Il faut qu’on l’aide. On va l’aider. Il était dégoûté, c’est normal. Il rentre, malheureusement il fait cette erreur. Mais ça arrive, tout le monde en fera des erreurs. On a besoin de tout le monde cette année », a glissé le milieu de terrain en zone mixte. Rudi Garcia n’a pas voulu l’accabler lui non plus. « C’est une erreur de jeunesse. Si on a perdu, c’est de notre faute, on n’est pas obligés non plus de leur donner des situations favorables ». Il faudra du caractère à Radonjic pour se remettre de ces débuts délicats avec son nouveau club.