Antoine Griezmann dit avoir appris à aimer courir et défendre sous les ordres de Diego Simeone. Il a donc dû se régaler hier soir à l’Emirates Stadium (1-1 entre Arsenal et l’Atlético Madrid), où l’expulsion précoce de son coéquipier Vrsaljko a chamboulé le déroulement de la rencontre. L’attaquant français, qui devait composer le duo d’attaque avec son compatriote Gameiro, s’est retrouvé milieu droit, avant de retrouver l’axe de l’attaque après la sortie de son compère. Et c’est là qu’il a frappé en fin de rencontre, en profitant de l’erreur d’un autre Français, Laurent Koscielny, pour aller crucifier Ospina.

Auteur du fameux but à l’extérieur, Griezmann pouvait avoir le sourire face à la presse, et se délecter d’un tel scénario. « Le match était un peu fou. Nous étions à dix mais nous avons défendu comme des fous. C’est tout nous ! Nous avons profité d’une erreur adverse et maintenant nous attendons le retour avec impatience. » Tout à sa joie, le Français de 27 ans a également accepté de parler de son avenir.

« Nous parlons avec le club, pour voir ce qui peut être fait », a-t-il glissé au sujet d’un avenir possible avec les Colchoneros. Une phrase qui, ce matin, est largement reprise par les médias espagnols. Car ces derniers envoyaient allègrement Griezmann du côté du FC Barcelone la saison prochaine. Visiblement, l’Atlético Madrid n’a pas dit son dernier mot. Deuxième de Liga et en course pour la victoire finale en Ligue Europa, le club madrilène a des arguments pour convaincre son meilleur buteur de rester encore un peu. D’autant qu’il est encore sous contrat jusqu’en 2022.