« Un coup de sang ». « Le mal-être ». Les mots sont forts ce mercredi dans les colonnes de Marca. Diego Costa (30 ans) serait déçu de sa situation à l’Atlético de Madrid. L’attaquant colchonero, revenu dans la capitale espagnole en janvier, aimerait être considéré à sa juste valeur, lui qui a inscrit 7 réalisations la saison passée toutes compétitions confondues, participant au sacre en Ligue Europa, et offert la Supercoupe d’Europe aux siens au cœur du mois d’août grâce à son doublé contre le Real Madrid (2-4).

L’international espagnol (24 sélections, 10 buts) aurait même posé un ultimatum à sa direction il y a quelques semaines selon le quotidien sportif espagnol, réclamant une augmentation mettant son avenir au sein du club dans la balance. Le n°19 rojiblanco vivrait plutôt mal le gouffre salarial qui le sépare désormais de son compère d’attaque et ami, le champion du Monde Antoine Griezmann.

Le cas Grizi interpelle Costa

S’il a pesé de tout son poids pour convaincre le natif de Mâcon de rester, l’imprévisible natif de Lagarto ne pensait pas que ses dirigeants feraient une telle différence entre eux (il perçoit 8 M€ par an quand l’international tricolore touche plus de 20 M€ annuels). Il n’a donc pas manqué d’exprimer sa déception. Pour l’heure, les pensionnaires du Wanda Metropolitano jouent la montre.

« Ce n’est qu’un coup de chaud, rien de plus », dit-on en substance dans les travées de l’enceinte madrilène. L’Atlético reste sur ses gardes, conscient qu’à son âge, l’ancien pensionnaire de Chelsea pourrait se laisser tenter par un gros contrat en Chine, au Qatar ou ailleurs. L’état-major de l’Atléti attend surtout que le goleador, muet depuis quatre matches toutes compétitions confondues, retrouve le chemin des filets. Les problèmes les uns après les autres.