Les frères Hernandez ont la cote en Espagne. L’aîné, Lucas (21 ans), a prolongé son contrat avec l’Atlético Madrid jusqu’en 2022 et représente l’avenir des Colchoneros. Quant à son frère cadet Theo (19 ans), qui appartient aussi au club rojiblanco, ce dernier jouit d’une formidable cote d’amour auprès des deux ténors espagnols (le FC Barcelone et le Real Madrid) et ne laisse également pas insensible le Bayern Munich. Prêté cette saison au Deportivo Alavés, ce jeune latéral gauche réalise un exercice 2016/2017 plus que prometteur (3 passes décisives en 30 matches de Liga).

Et face à de tels courtisans, l’Atlético risque d’avoir énormément de mal à conserver un élément dont le contrat s’achève en 2021. Un scénario qu’avait en partie laissé entendre le président du club colchonero Enrique Cerezo le 2 mai dernier. « Theo est un joueur de l’Atlético et, jusqu’à présent à ce que je sache, personne ne nous a contactés. Nous ne pouvons pas parler de choses hypothétiques. Il y a une procédure à suivre, comme avec tous les clubs. Quand on veut un joueur, on parle d’abord avec son club, puis avec lui. Theo est un joueur de l’Atlético Madrid. Si demain il ne l’est plus, nous étudierons les raisons. »

Le Real Madrid a encore toutes ses chances

Depuis, les choses ont évolué. Et visiblement, des contacts existent bel et bien entre l’Atlético Madrid et les courtisans du Français. C’est en tout cas ce que nous a confirmé son agent Manuel Garcia Quilon qui en a toutefois profité pour démentir l’accord annoncé avec le Barça. « Pour le moment, il n’est proche d’aucuns des deux clubs (Barça, Real Madrid). Les deux équipes sont bien intéressées, mais nous n’avons rien conclu avec elles. Il y a des offres concrètes. Les deux ont fait une proposition à hauteur de la clause du joueur (24 M€, ndlr), mais nous n’avons pas encore choisi. »

Si le mystère reste entier quant à la future destination de Theo Hernandez, les propos de son représentant laissent toutefois peu d’espoirs aux dirigeants de l’Atlético de pouvoir conserver leur jeune espoir. D’autant qu’un départ chez le grand rival merengue est tout à fait possible, et ce, malgré l’existence du pacte de non agression entre les deux frères ennemis. En effet, à la question de savoir si l’appartenance de son poulain à l’Atlético pourrait faire capoter un transfert vers la Casa Blanca, la réponse de l’agent est claire. « Non. Le petit décidera où il veut aller. Ils paient la clause et ensuite c’est le joueur qui va décider où aller. » C’est dit.