Un grand défi attend Ferland Mendy. Débarqué officiellement au Real Madrid depuis mercredi, le latéral gauche va faire face à une grosse concurrence. Pour le poste, il va devoir se bagarrer avec Marcelo, l’un des meilleurs (si ce n’est le meilleur) au monde depuis dix ans. Ses deux belles saisons passées à l’OL sont récompensées, d’autant qu’il a obtenu le statut d’international durant son passage lyonnais. Recruté 4,5 M€ il y a deux étés au Havre, Mendy a rapporté un peu plus de dix fois plus au club cher à Jean-Michel Aulas.

Le président lyonnais est resté discret depuis le début du mercato et la présentation du duo Sylvinho-Juninho. Il a fini par s’exprimer dans un entretien accordé à Marca et a donné la marche à suivre. Selon lui, ce transfert est la suite logique pour le latéral gauche, qui franchit très vite les étapes. « Il est arrivé il y a deux saisons à l’Olympique Lyonnais. Il venait du Havre, une équipe penchée sur la formation et a commencé à jouer avec l’équipe nationale à tout juste 22 ans. Son ascension a été très rapide. »

Aulas tient déjà le remplaçant de Mendy

Ce transfert a parfois pris quelques longueurs. La faute notamment au Real Madrid qui voulait s’assurer de la bonne condition physique du joueur. Ce dernier a dû se faire soigner à l’âge de 14 ans d’une arthrite (inflammation de l’articulation) à la hanche. Les médecins ne lui donnaient plus beaucoup de chance de rejouer au football un jour. Il a donc su forcer son destin et le voilà au cœur d’un des plus gros transferts de l’été 2019. Une belle preuve d’abnégation pour celui qui était ardemment courtisé par Zidane.

« Florentino Pérez et moi sommes très amicaux et cela influence toujours les négociations. (...) C’était une demande de Zidane, oui. Quand il (Zidane, ndlr) a appelé, Mendy n’a pas pu résister » explique Aulas, qui ne sait pas qui sera le titulaire entre Mendy et Marcelo. « C’est à Zidane de décider (rires) ! » La perte du latéral gauche a de quoi inquiéter mais le patron l’assure, l’OL a de la réserve. « Nous avons engagé un autre joueur, Heritier Deyonge, qui a les mêmes caractéristiques et c’est un pari pour l’avenir. C’est belge et il a 17 ans. » Gouverner, c’est prévoir et Aulas le sait depuis plus de 30 ans.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10