C’est une grande victoire pour Jean-Michel Aulas. Selon les informations du quotidien L’Equipe, le président lyonnais a enfin convaincu Junhinho d’occuper un poste à l’Olympique Lyonnais. L’ancien joueur brésilien du club rhodanien devrait devenir le prochain directeur sportif, ou manager général, pour la saison à venir. L’intitulé exact du poste n’aurait pas encore été défini, mais une chose est sûre, Juninho s’est déjà mis au travail depuis Los Angeles, où il habite actuellement avec sa famille.

Joueur emblématique des grandes années lyonnaises, Juninho a plusieurs fois été annoncé sur le retour. Son nom servait d’ailleurs souvent à calmer les supporters lyonnais lorsque la contestation montait. Mais cette fois-ci, c’est la bonne pour Juni, qui a évolué durant 8 ans (2001-2009) sous le maillot lyonnais. N’ayant jamais été tenté par le poste d’entraîneur, le Brésilien aujourd’hui âgé de 44 ans se dirige donc vers celui de directeur sportif, une dénomination qui avait disparu de l’organigramme lyonnais ces dernières années.

Quel entraîneur pour l’accompagner ?

Juninho va désormais devoir attendre avant de découvrir, à moins qu’il ne le sache déjà, le nom du futur entraîneur, qui devra forcément composer avec lui. Cela sera donc un élément important pour Jean-Michel Aulas, à l’heure de dénicher son nouveau coach. Ce dernier devra bien s’entendre avec Juninho. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’OL se penche, par exemple, sur le profil de Tiago, ancien joueur et coéquipier de Juni, qui officie comme adjoint de Diego Simeone à l’Atlético Madrid.

Par contre, la nomination annoncée de Juninho semble condamner la piste menant à Laurent Blanc, qui serait désormais très froide selon L’Équipe. Ce qui n’est pas le cas de celle conduisant à Sabri Lamouchi. Le prochain entraîneur de l’OL sait en tout cas qu’il devra composer avec Juninho, mais aussi avec les conseilleurs du président, Gérard Houllier et Bernard Lacombe. En attendant, les supporters lyonnais peuvent déjà se réjouir des futures retrouvailles avec leur ancien numéro 8 fétiche. Même si cette fois-ci, ce n’est plus lui qui tirera les coup-francs.