Et voilà que Saint-Etienne replonge dans ses doutes. La nouvelle défaite à Metz samedi dernier (3-1) a ouvert une nouvelle période de trouble au sein du club. Désormais 15es, les Verts pouvaient pourtant maintenir l’écart avec le dernier wagon du championnat. Au contraire, ils ont relancé les Messins qui reviennent à deux petits points derrière. Le maintien ne devrait pas être trop compliqué à obtenir puisque le matelas de neuf points sur Amiens (l’actuel barragiste) reste confortable mais face au rythme actuel, il n’y aura plus que ça à jouer en fin de saison en Ligue 1 pour les hommes de Claude Puel.

« On avait amorcé à nouveau une bonne direction contre Nîmes. On n’a pas su enchaîner. Cette défaite fait mal vu le scénario. Le score est lourd vu la physionomie du match. Mais on a la volonté de repartir de l’avant » a tenté de rassurer Puel. Malgré un doux répit en Coupe de France (victoires au Paris FC et à Monaco), les Stéphanois sont sur une dangereuse série de 5 défaites sur les 6 derniers matches de championnat (1 petite victoire à domicile face à Nîmes). Durant cette période, ils ont en plus affrontés des équipes qu’ils sont censés rivaliser à part le PSG (Metz, Nantes, Strasbourg et Reims).

La défaite à Metz illustre les maux des Verts

À Saint-Symphorien, Saint-Etienne a montré toutes ses difficultés du moment entre un Ruffier franchement pas irréprochable, une défense fébrile, un milieu de terrain parfois perdu et un manque consistance criant en attaque. Comme Khazri, Hamouma n’est pas un buteur, le jeune Charles Abi est encore trop tendre et Beric est parti. La gestion de l’effectif par Claude Puel pose aussi question même si les blessures l’ont handicapé. Outre l’affaire Kolodziejczak, Trauco n’est pas fait pour une défense à quatre. Enfin revenu (on espère pour de bon cette fois), Saliba n’est pas encore prêt à côté d’un Perrin qui fait son âge. Plutôt convaincant, le jeune Fofana est lui retourné sur le banc. Même chose pour Youssouf qui offre pourtant une toute autre impulsion au jeu stéphanois qu’un Cabaye.

« On n’a pas été assez réalistes. On a eu pas mal d’occasions. Mais on se doit de faire mieux dans tous les domaines face à ce genre d’équipe. On sait qu’ils vont nous mettre de l’impact, se donner à fond. Et on n’est pas une équipe qui va rentrer dans les duels. On se doit donc d’être plus justes techniquement » constatait Franck Honorat après la défaite de ce week-end. Qu’il semble loin le temps où les Stéphanois occupaient la 3e place de Ligue 1. Ils avaient alors 21 points au soir de la 13e journée le 10 novembre et pouvaient regarder vers le haut du classement après un début de saison très compliqué sous les commandes de Ghislain Printant. C’est finalement un coup de l’épée dans l’eau.

Des problèmes à chaque ligne

« Il faut se reconstruire physiquement et psychologiquement en termes de confiance » expliquait Puel après la victoire en Coupe de France face au PFC il y a dix jours. Le travail est aussi tactique. Le retour depuis un mois au 4-2-3-1 n’assure pas une meilleure animation offensive, ni une plus grande assise défensive. Les Verts continuent d’encaisser trop de buts (8 matches de suite en L1 en encaissant au moins un but) et les solutions tardent à être trouvées, alors qu’une série de 5 rencontres difficiles en championnat se profile (réception de l’OM ce mercredi puis déplacement à Montpellier et Brest avant de recevoir Reims et de disputer le derby au Groupama Stadium). C’est à se demander s’il ne faudrait pas tout miser sur la Coupe de France et le quart de finale face Épinal pour tenter de sauver une saison décidément compliquée.