Relégué à seize points de la troisième place du classement de Ligue 1 occupée par l’OGC Nice, l’Olympique Lyonnais devait profiter de son match en retard face au FC Metz pour, avant toute autre chose, prendre ses distances avec ses poursuivants directs dans la course à la quatrième place. Dans un Stade Saint-Symphorien à huis-clos suite aux incidents et aux jets de pétards sur Anthony Lopes qui avaient incité l’arbitre à mettre un terme à la partie en décembre dernier, les Gones se présentaient donc dans un système en 4-2-3-1 où Nabil Fekir évoluait dans l’axe en soutien d’Alexandre Lacazette. Non-qualifié pour cette rencontre, Memphis Depay n’était lui pas du voyage.

Et en dépit d’une ambiance champêtre dans une enceinte vide, les 22 acteurs mettaient d’entrée de l’intensité à l’image d’un Mollet (4e) qui écopait d’un carton jaune pour un pied haut au visage de Tousart. Les hommes de Bruno Genesio, qui n’avaient toujours pas gagné le moindre match en déplacement en 2017, étaient eux en difficulté dans l’entame du match, peinant à imposer leur rythme face au promu. Brouillon, le club septuple champion de France ne parvenait pas à se montrer dangereux et le jeu collectif n’était pas au rendez-vous. Alors, Nabil Fekir (23e) jouait la carte individuelle en enchaînant contrôle de la poitrine et demi-volée pied gauche aux abords de la surface messine, le ballon s’écrasant au final sur la barre transversale.

24ème but en Ligue 1 pour Alexandre Lacazette

De quoi réveiller les téléspectateurs qui entamaient une nouvelle sieste, mais aussi les deux équipes, et le FC Metz répondait par l’intermédiaire de Nguette (30e) qui, lancé, déclenchait une frappe du droit sur laquelle Lopes s’interposait parfaitement. Mais la meilleure occasion était à mettre à l’actif des Lyonnais puisque, sur un corner de Valbuena, Diakhaby (45e+1) parvenait à reprendre le cuir de volée sans que sa frappe ne trouve toutefois le cadre. 0-0 à la pause, pas grand-chose à signaler dans cette rencontre où les Gones balbutiaient leur football dans le premier acte. Au retour des vestiaires, Lacazette (47e) voulait prendre les choses en main mais, comme pour son jeune compère, le cadre se refusait à lui. Les visiteurs revenaient avec des intentions autres, et Valbuena (50e) s’essayait ensuite au coup franc, sans succès cependant.

Mais l’OL n’avait pas de marge, et la moindre erreur pouvait coûter cher. Diakhaby était par exemple pris de vitesse par Nguette (56e) sur le flanc droit de l’attaque mosellane, et l’attaquant formé à Valenciennes s’en allait défier Lopes, contraignant le portier portugais à détourner son tir en corner. Une énième tentative messine qui touchait les Gones dans leur orgueil, et ces derniers allaient enfin trouver la faille. D’un amour de passe, Lucas Tousart lançait Alexandre Lacazette (60e) dans la profondeur et ce dernier se jouait astucieusement de ses vis-à-vis pour ajuster avec sang-froid Didillon. 0-1, l’OL prenait les commandes et aggravait la marque en fin de partie, l’entrant Jordan Ferri (0-2, 87e) marquant d’un remarquable petit piqué au terme d’une contre-attaque rondement menée avant que Tolisso (0-3, 90e+1), bien servi par Fekir, ne vienne aggraver le score. Grâce à ce succès, Lyon compte sept points d’avance sur l’OM, cinquième.

Cliquez ici pour retrouver le classement de Ligue 1