Suite de la 30ème journée de Ligue 1 avec une rencontre entre les Girondins de Bordeaux et le Stade Rennais, respectivement 6ème et 9ème de Ligue 1. Pour continuer à croire à l’Europe, les hommes de Gustavo Poyet devaient absolument l’emporter. D’autant plus que le club au scapulaire restait sur une série de quatre matchs sans victoire. En ce qui concernait Rennes, la victoire était impérative pour mettre la pression sur les concurrents directs. Du côté des compositions des équipes, les deux tacticiens alignaient leurs onze habituels. Bordeaux évoluait dans un 4-3-3 avec un trio d’attaque composé de Malcom - Laborde - Braithwaite. Côté breton, Sabri Lamouchi alignait un 4-4-2 avec la doublette Khazri-Sakho chargée de faire trembler la défense adverse, épaulée par Sarr et Bourigeaud sur les ailes. Le début de rencontre entre les deux formations était particulièrement équilibré. Aucune des deux équipes ne parvenait à prendre le pas sur des défenses très bien regroupées.

La seule solution était de passer par les côtés, et de s’appuyer sur le génie des feux-follets des deux formations, à savoir Malcom pour le FCGB et Ismaïla Sarr pour le SRFC. Ce dernier remisait par ailleurs intelligemment en retrait un centre de Sakho, mais le manque de présence dans la surface était criant (5e). Cinq minutes plus tard, c’était au tour de l’ailier virevoltant Malcom de s’illustrer avec une percée dans la défense rennaise, mais son tir croisé ne trouvait pas le cadre. Entre temps, le Danois Martin Braithwaite était sorti sur blessure à la suite d’une béquille reçue sur la hanche droite (14e). Le Stade Rennais monopolisait le ballon dans cette rencontre, pendant que les Girondins de Bordeaux procédaient en contre. Face au manque d’imagination offensive des deux équipes, les supporters venus en nombre n’avaient pas grand-chose à se mettre sous la dent, comme en témoigne la statistique affligeante de 0 tir cadré dans cette première période.

Ismaïla Sarr opportuniste, Gourcuff punit son ancien club

Fort heureusement, le second acte démarrait sur des chapeaux de roues. Pas attaqué par la défense bordelaise, Khazri décochait une frappe de loin à ras de terre que Costil négociait mal en laissant le cuir filer sur son poteau droit. Ismaïla Sarr, qui avait bien suivi l’action, n’avait plus qu’à pousser le ballon au fond des filets (0-1, 49e). Une ouverture du score qui allait enfin lancer ce match. Le FCGB réagissait par l’intermédiaire de Sabaly, mais sa volée filait au-dessus de la barre transversale (51e). Laborde tentait à son tour de forcer le verrou rennais, mais son pointu était bien capté par Koubek (57e). Mené au score, le club au scapulaire se dévoilait un peu plus, ce qui offrait une rencontre un peu plus débridée...

Pour le plus grand plaisir de Sarr, Khazri et consorts se faisaient à cœur joie d’exploiter les espaces laissés par la défense bordelaise, à l’image de cette percée de l’attaquant tunisien... sauvé in extremis grâce à un tacle magnifique du jeune Koundé (68e). Dans le dernier quart d’heure, les hommes de Poyet poussaient, mais sans jamais parvenir à se montrer dangereux, malgré les entrées combinées de Sankharé et de Kamano. Pire, ces derniers étaient punis par l’un de leurs anciens joueurs emblématiques... Yoann Gourcuff, qui venait tout juste de faire son entrée. A la suite d’une relance manquée par Pablo, le milieu offensif faisait trembler les filets d’un tir croisé du gauche (0-2, 86e). Beau joueur, Gourcuff ne célébrait pas son but face à son ancien club, et s’excusait même auprès de ces derniers. Incapable de se créer des opportunités dans ce match, les Girondins de Bordeaux s’inclinaient face à une équipe rennaise opportuniste et réaliste. Le FCGB restait dans le ventre mou de la Ligue 1, pendant que le SRFC poursuivait sa lutte pour l’Europe.