Dans cette saison 2018/2019 complètement folle de l’AS Monaco, le retour express de Thierry Henry sur le Rocher n’a pas manqué de faire parler. Annoncé comme le messie pouvant sauver l’ASM de la noyade, l’ancien consultant de Skysports a finalement été une erreur de casting. Débarqué après seulement trois mois d’exercice, Henry n’aurait pas su faire passer ses messages à son groupe. Pire, selon certains échos en provenance de la Principauté, le champion du monde 98 aurait entretenu des relations compliquées avec certains joueurs de l’effectif.

Cela aurait été le cas avec Radamel Falcao. Pilier de l’ASM, le Colombien aurait été vexé par les remarques et les critiques d’Henry. Info ou intox visant à charger le plus possible Henry afin de justifier son départ ? Personne ne peut l’affirmer. Mais toujours est-il que France Football a pu s’entretenir avec El Tigre afin de recueillir ses impressions sur l’ère Thierry Henry. Et visiblement, l’ancien serial buteur de l’Atlético de Madrid estime que le timing de la nomination de son illustre aîné n’a pas été bon. « Je pense qu’il a de bonnes idées. Il lit bien le foot. Mais trois mois, c’était trop peu pour les développer. Je ne sais pas ce que c’est d’être entraîneur ! Mais je crois que c’est comme tout : c’est mieux quand vous avez de l’expérience et du temps. (...) Il y avait eu beaucoup de départs, beaucoup d’arrivées. Ça prend du temps de bien se connaître. Une équipe, c’est comme un orchestre, ça ne s’improvise pas. Il faut du travail, des répétitions et du temps pour être en harmonie », a-t-il déclaré, mais ce n’est pas tout.

Pas le bon timing selon Falcao

S’il pense que le timing n’a pas été bon, Falcao n’oublie pas non plus de rappeler qu’Henry a dû faire face à chaque fois au grand nombre de blessés. Obligé de composer presque à chaque match avec énormément de forfaits, cela n’a également pas joué en faveur du technicien français qui s’était alors résolu à lancer pas mal de jeunes. Le match de Ligue des Champions à Madrid face à l’Atlético en avait d’ailleurs été un parfait exemple. Et pour Falcao, ça a joué. « Si vous regardez partout en Europe, les grandes équipes qui perdent un joueur important ont toutes du mal à redémarrer après. Elles souffrent ».

Pas rancunier, le Sud-Américain n’a donc pas chargé son ancien entraîneur. Mieux, le natif de Santa Marta pense qu’Henry a , malgré son cuisant échec monégasque, toutes les qualités pour devenir un bon technicien. « Titi connaît très bien le poste que j’occupe. Là où il peut apporter, c’est dans une situation spécifique du match, quelque chose qu’il a vécu et qu’il peut transmettre.Il a la science du jeu. Je pense qu’il a tout pour être un grand entraîneur ». Mais pour le moment, le Français a durement appris les réalités de la vie d’entraîneur. Silencieux pour le moment, le champion du monde 98 aura peut-être à coeur de répondre à Falcao. Ou pas.