Le parallèle était saisissant. Les supporters du Paris SG se souviennent encore tous de la réaction de Marquinhos après une intervention défensive réussie lors d’une victoire contre le FC Barcelone (3-2, phase de poules de Ligue des Champions en 2014). Son compatriote Andrei Girotto a offert le même genre de célébration lors de la réception du Stade de Reims (1-0, 5e journée de Ligue 1). Le Brésilien de Nantes a donné son corps pour dévier une frappe de Rémi Oudin qui prenait le chemin des filets, hurlant sa joie et serrant les poings tel un guerrier. La comparaison entre les deux Auriverdes s’arrête là.

Si le Parisien est monté d’un cran sur le terrain ces derniers mois pour devenir un n° 6 plus qu’intéressant, le Canari, lui, est descendu, depuis près de deux mois, en charnière centrale pour surprendre agréablement les supporters du FCN. « Je suis content que vous l’ayez vu. C’est un garçon sérieux, avec une super mentalité. (...) L’apport d’Andrei est fantastique », s’est d’ailleurs réjoui Christian Gourcuff en conférence de presse après le succès face aux Champenois. Arrivé en cours de saison en lieu et place de Vahid Halilhodzic, qui appréciait beaucoup l’Auriverde, le coach expérimenté a repris une idée du Bosnien.

Ce dernier s’est même laissé aller à une petite boutade au sujet de son n° 20, suite au succès face à l’OGC Nice (1-0, 9e journée de L1), après une nouvelle prestation réussie de son protégé. « Je pense que Andrei Girotto risque de finir avec la Seleção s’il continue à performer comme cela ! », a souri CG en conférence de presse d’après-match. Il faut dire que le natif de Bento Gonçalves est l’un des atouts défensifs majeurs de l’actuel dauphin du Paris SG au classement, détenteur de la troisième meilleure défense du championnat de France (5 buts encaissés seulement).

Il était attaquant à ses débuts au Brésil !

Un changement qui n’a pas spécialement perturbé l’habituelle sentinelle de 27 ans, comme nous l’a confié son représentant Sandro Wienhage. « Tout se passe très bien avec le nouveau staff. Andrei est un des joueurs les plus humbles et sympathiques que je connais. Il s’entend bien avec tout le monde », a confié ce dernier, évoquant ensuite le repositionnement de son protégé. « Je me souviens quand Andrei était encore en formation ici, au Metropolitano de Blumenau, et était parti faire un essai au Grêmio Porto Alegre. Il était attaquant et il n’avait pas été pris. De retour dans son club, il avait demandé à commencer à jouer milieu défensif. Maintenant, il a encore reculé et, pour l’instant, nous sommes tous heureux de son comportement jusqu’ici », s’est-il souvenu.

Heureux du visage affiché par son poulain, élu joueur du mois de septembre par les supporters nantais, son représentant est conscient que la roue peut aussi rapidement tourner. « Il s’adapte encore à sa nouvelle position, nous savons que, comme ça s’est bien passé pour lui à ce poste-là contre Reims, il y aura aussi des matches où ça se passera moins bien », a-t-il glissé, laissant tout de même une promesse. « Mais je peux vous affirmer une chose. Il ne manquera jamais d’envie. Son engagement total me rappelle un autre de nos défenseurs qui a évolué en France, Rafael Schmitz (ex-Lille, VA », a-t-il indiqué avant de conclure.

« Andrei est très professionnel et très impliqué. Il cherche à bien s’entendre avec tout le monde, les employés, les joueurs, le staff technique et la direction. Son objectif est simplement d’être sur le terrain ». Et qu’importe si, pour cela, il faut reculer sur le terrain. Comme Marquinhos, Andrei Girotto, qui semble également s’être acheté une nouvelle conduite à un poste pourtant bien plus exposé (1 seul jaune depuis le début de la saison contre 9 et un rouge toute la saison passée), fait passer le collectif avant tout.