L’impact de l’arrêt des championnats est parfois terrible pour les clubs. Ces derniers perdent ainsi - temporairement du moins - tous leurs revenus liés aux droits TV, à la billetterie et à leurs différentes boutiques officielles. Le FC Barcelone ne s’en est d’ailleurs pas caché et négocie actuellement une baisse de salaire au sein de tous ses effectifs, allant de l’équipe première de la section foot à celle de basket. Mais forcément, il n’y a pas que les Catalans qui sont dans de sales draps à cause de ce confinement forcé et cette interruption totale du football.

Les clubs de Ligue 1 sont eux aussi touchés, et beaucoup, comme Angers ou Dijon, ont décidé de mettre leurs joueurs en chômage partiel. Qu’en est-il du PSG ? Les Parisiens pensaient également à cette option, et le quotidien l’Equipe en dit un peu plus dans son édition du jour. Le président Nasser Al-Khelaïfi voudrait s’inspirer du modèle barcelonais et serait ainsi favorable à une baisse des salaires des joueurs. Il l’a ainsi fait savoir lors de la réunion téléphonique entre les clubs de Ligue 1 et de Ligue 2 qui s’est tenue lundi. Il faut dire qu’au PSG, la masse salariale totale s’élève à 371 millions d’euros, pour un budget de 637 millions d’euros, soit environ 60% des dépenses du club.

Le FC Barcelone tourne à 70% à titre d’exemple. Les dirigeants du Paris Saint-Germain ont donc deux options : négocier directement avec leurs joueurs pour qu’ils acceptent de revoir leurs émoluments à la baisse pendant cette trêve forcée, ou alors attendre une décision commune des clubs de Ligue 1 afin d’uniformiser la baisse des salaires des joueurs, qui s’appliquerait ainsi à toutes les formations françaises dans les mêmes conditions. Plus qu’à espérer que certains comme Neymar, Kylian Mbappé ou Cavani, qui sont les trois joueurs les mieux payés du championnat, acceptent de jouer le jeu...