Foot Mercato : Vous quittez Zulte-Waregem cet été. Quels souvenirs gardez-vous de votre passage au sein du club belge ?

Soualiho Meité : Je pars de ce club avec de très bons souvenirs. C’est comme une famille pour moi. Je n’oublierai jamais ce club parce qu’il m’a accueilli, il m’a ouvert ses portes. Quand je suis arrivé de Lille, c’était compliqué. Je n’avais plus confiance en moi, je n’avais plus rien. Mais ils ont cru en moi. Ils m’ont redonné de la confiance. Je me devais de toute façon de leur rendre la confiance qu’ils m’ont donnée. En partant comme ça, je leur rends.

FM : Vous avez signé en faveur de l’AS Monaco. Pourquoi ce choix ?

SM : Tout d’abord parce que Monaco est un grand club qui fait jouer les jeunes joueurs. On l’a bien vu cette saison, Leonardo Jardim a varié entre les jeunes. Malgré le manque d’expérience, la jeunesse, ça ne l’a pas empêché d’être champion de France devant Paris, d’aller en demi-finale de Ligue des Champions. Mon choix, c’est aussi par rapport aux structures, au travail, à l’organisation, etc...Tout ça a fait que je me suis dirigé vers Monaco.

FM : On le sait aussi, Monaco est un vrai tremplin. Est ce que cela a aussi joué au moment de prendre votre décision ?

SM : Oui, c’est clair. On sait que vu ce qu’ils ont fait cette saison, Monaco sera un club encore plus en vue. Si cette saison j’ai la chance de prouver ce que je vaux, mes qualités, ça pourrait être pas mal pour la suite.

FM : Vous venez de le dire, Leonardo Jardim a été important dans votre choix. Avez-vous déjà échangé avec lui ?

SM  : Non, je n’ai pas encore discuté avec lui. Mais ça ne saurait tarder. Sa manière de voir les choses, sa manière de faire, tout ça me plaît beaucoup.

FM : Le jeu très offensif pratiqué par l’ASM doit aussi vous plaire...

SM : Oui, il y a beaucoup de bons joueurs. Quand dans une équipe vous avez beaucoup de talents, vous vous comprenez plus vite et le jeu devient automatiquement plus facile. Rentrer dans une équipe comme Monaco, ça ne peut que me faire progresser et aller de l’avant.

Hâte de jouer avec Mbappé

FM : Dans cette formation monégasque, il y a un certain Kylian Mbappé. Que vous inspire-t-il ?

SM : Ils nous a tous choqués, il nous a tous surpris, c’est vrai. Faire tout ce qu’il a fait aussi jeune, c’est quand même incroyable. Je ne sais pas ce qu’il en est pour lui, s’il part, s’il reste. Mais c’est vrai que si je peux jouer à ses côtés, ce serait un grand plaisir pour moi.

FM : Ce qui est certain, c’est que vous jouerez avec Youri Tielemans (transféré d’Anderlecht). C’est un joueur que vous avez beaucoup croisé en Belgique. Que pouvez-vous nous dire à son sujet ?

SM : J’ai joué contre Youri au moins 7 ou 8 fois depuis que je suis en Belgique. Je le connais. Je connais ses qualités. C’est vrai que c’est toujours mieux d’avoir Youri dans son équipe que contre soi.

FM : En plus de Bernardo Silva, plusieurs joueurs pourraient s’en aller cet été. Est-ce que cela vous inquiète ?

SM : Non, je ne calcule pas trop ça. Vous savez, si vous voulez arriver au haut niveau, dans tous les cas vous devez passer par la concurrence. Même si ce n’est pas maintenant, ce sera plus tard. Je crois en moi qu’il y ait des départs ou pas, pour moi ça ne change rien. Je vais rester le même et je bosserai pour m’imposer.

FM : Quelles sont justement vos ambitions avec Monaco ?

SM : Pour l’instant, déjà c’est d’arriver à Monaco pour essayer d’avoir une place de titulaire. Ensuite, tenter de devenir titulaire indiscutable. Au fur et à mesure, on avisera.

FM : Vous revenez en France par la grande porte. Avez-vous une pression particulière ? L’envie de prouver des choses aussi ?

SM : Non, je n’ai pas de pression. Cette saison en Belgique, j’ai retrouvé la confiance que je n’avais plus. Maintenant, j’arrive à Monaco avec un plein de confiance. Je dirai que ce retour en France par la grande porte, c’est plus une confirmation qu’une revanche. Je veux prouver à tout le monde que ce qu’il s’était dit sur moi avant que j’arrive à Lille était vrai.

FM : En parlant de Lille, ils ont essayé de vous rapatrier cette saison. Est-ce que c’était clair pour vous qu’un retour était difficile ou le nouveau projet vous a fait réfléchir ?

SM  : Vous savez, on n’a jamais fermé la porte à Lille. Mais je ne pense pas que la meilleure solution, pour moi, était de revenir au LOSC. On a étudié les solutions qu’on avait en fin d’année. Monaco était la meilleure. Le choix était rapide.

Il rêve encore de la Premier League

FM : Beaucoup de gros clubs ont été intéressés par vous cet été, notamment en Allemagne et en Angleterre. Pourquoi leur avoir dit non ?

SM : Comme je vous ai dit, le projet était le plus important. J’aurais pu aller directement dans un plus gros club, mais je n’aurais pas été sûr de jouer. Ce n’est pas ce que je voulais. Mon idée, c’était d’aller vers un projet où je n’étais pas sûr de jouer, mais où je pouvais avoir des chances de le faire. Pour le futur de ma carrière, je pense que Monaco c’est le club parfait.

FM : Quand nous nous étions parlé, vous m’aviez dit que vous rêviez de la Premier League. Cela est toujours le cas ?

SM : Oui, c’est toujours un rêve. On ne sait pas de quoi est fait le foot. On ne sait pas comment cela se passe. Mais c’est vrai que j’ai toujours rêvé de la Premier League. C’est un championnat que j’aime beaucoup. C’est, pour moi, le meilleur d’Europe. Pourquoi pas par la suite... Mais pour le moment je me concentre sur Monaco, sur la reprise et sur mon année.

FM : Vous m’aviez aussi dit que l’équipe de France était dans un coin de votre tête.

SM : Oui. Après, chaque chose en son temps. Mais c’est vrai que c’est dans un coin de ma tête. Je vais travailler dur pour essayer d’y parvenir.

FM : Sur le Rocher, plusieurs joueurs ont intégré l’équipe de France ces derniers mois. Est-ce un exemple à suivre ?

SM : Oui. Vous en avez eu la preuve. Ils ont fait fort en Ligue des Champions et cette saison en général. On a bien vu ce qu’il s’est passé. Ils sont tous allés chez les Bleus. Pourquoi pas suivre leurs traces...