Jean-Michel Aulas n’a pas sa langue dans sa poche. Le président de l’Olympique Lyonnais est réputé pour ses punchlines et ses tweets savoureux. Ce mardi, JMA a de nouveau fait le show lors de la conférence de presse de la nouvelle recrue Maciej Rybus. Le patron rhodanien n’a pas hésité à voler la vedette au Polonais au moment de répondre aux questions des journalistes. Invité à s’exprimer sur l’avancée du dossier Hatem Ben Arfa, le président Aulas en a profité pour tacler sévèrement le Paris Saint-Germain.

Jean-Michel Aulas a déclaré : « Je vais vous dire quelque chose qui ne me concerne pas. Mais qui concerne le Paris Saint-Germain. J’ai lu dans la presse en débarquant de l’avion tout à l’heure qu’ils envisageaient de mettre un terme au contrat de leur entraîneur avec des indemnités qui doivent représenter le chiffre d’affaires des clubs de Première Division. Je suis atterré. S’ils viennent en plus perturber le marché des joueurs qui peuvent venir à Lyon. Je pense qu’il y a matière à y regarder de plus de plus près (...) Quand on parle d’indemnités pour une équipe de coaches qu’elle que soit sa valeur, qui vient de remporter des titres en France, qui est du montant du chiffre d’affaires de la plupart des clubs de la L1, je ne sais pas si ça vous fait vous poser des questions. Moi, ça m’interpelle. Comme je suis nature. On dira demain sur les réseaux sociaux que je me mêle de ce qui ne me regarde, mais quand même... Il faut qu’il y en ait qui parlent. Parce que si je suis le seul à parler en France, on ne va pas aller très loin. Déjà que sur le plan économique on peine, mais si sur le plan sportif on fait les mêmes erreurs, on va se retrouver très bas »

En effet, le PSG, qui avait prolongé son entraîneur Laurent Blanc en février dernier, pourrait payer des indemnités de licenciement d’au moins 30 M€.. Un chiffre qui fait halluciner le président rhodanien. JMA accuse le PSG : « On est en plein dans un contexte qui est déraisonnable et qui porte préjudice à l’image et à l’éthique du football français. On est dans une compétition internationale où tout le monde essaye de parler d’éthique quand il y a un certain nombre de difficultés, je pense qu’il faut faire le ménage devant notre porte et éviter qu’on crée une perturbation avec des chiffres qui effrayent le public. À l’aéroport, il y a plein de gens qui m’ont interpelé en me disant : "Est-ce que les journalistes ne se sont pas trompés de deux zéros ?". (...) C’est aussi possible qu’Hatem vienne ici. Si c’est une décision de cœur je suis sur de l’endroit où il viendra. Je suis président du financial fair-play. Sur le plan européen, ça ne va pas dans le sens, ça fait poser des questions profondes ». Le message est clair. Pas sûr en revanche qu’il plaise au club de la capitale.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10