Après le Paris Saint-Germain hier, l’AS Monaco retrouvait la Ligue des Champions ce soir à l’occasion d’un déplacement sur la pelouse du Bayer Leverkusen, à l’occasion de la 5e journée des phases de poules. Un match sans grand enjeu étant donné que l’ASM disputera une « finale » dans 15 jours face au Zenit Saint-Pétersbourg pour valider, ou non, sa présence en huitième de finale. Et pour cette rencontre, Jardim a décidé d’aligner une équipe compétitive, avec Berbatov en pointe, épaulé par Ferreira-Carrasco et Dirar sur les ailes. A noter la titularisation d’Abdennour en défense centrale.

Le match démarre et les Allemands pressent d’entrée de jeu les Monégasques. Au terme d’un joli mouvement, le Bayer se procure même une première occasion via Calhanoglu (2e), capté par Subasic. Leverkusen gêne beaucoup l’ASM, qui reste groupé dans son camp en ce début de rencontre. Les Allemands font le siège du but de Subasic mais la défense asémiste veille au grain. Bender parvient tout de même à faire la différence, mais sa tentative heurte la barre transversale (26e). Les débats sont houleux entre les joueurs et il faut attendre la 38e minute pour voir la première frappe monégasque, signée Berbatov. A la mi-temps, les deux équipes regagnent le vestiaire dos à dos.

En seconde période, Monaco est revenu avec d’autres intentions. Berbatov et Dirar combinent bien mais les Monégasques manquent de soutien. Abdennour fait le travail en défense ce soir et dégage tous les ballons chauds de la surface asémiste. Finalement, Monaco parviendra à tromper le Bayer. A peine entré en jeu, Ocampos profite d’un centre parfait de Dirar, au préalable parfaitement servi par Berbatov, pour inscrire un but de la tête (72e). 0-1, le public allemand n’y croit pas et Leverkusen fait désormais le siège de la surface monégasque. Rien n’y fera, Monaco s’impose finalement sur la plus petite des marges. Un nul face au Zenit lors de la dernière journée suffirait à la qualification. Avec seulement deux buts inscrits, l’ASM est deuxième du Groupe C.

L’homme du match : Lucas Ocampos (non noté). Un choix payant pour Leonardo Jardim qui l’a fait entrer à la 70e minute puisque l’Argentin délivrera les siens sur l’un de ses premiers ballons, bien servi par Dirar. Le joueur le plus cher de la Ligue 2 a réalisé une entrée pleine d’entrain et d’enthousiasme sur le front de l’attaque pour offrir la victoire aux Monégasques. Décisif.

Leverkusen :

- Leno (6) : le portier allemand a dû trouver le temps long ce soir. En première période, il n’a absolument rien eu à faire puisque l’ASM n’a pas frappé. Dans le deuxième acte, il n’a guère été inquiété jusqu’à la 72e minute, où il se fait crucifier à bout portant par Ocampos. Terriblement frustrant. En fin de rencontre, il aura permis aux siens de rester dans le match.

- Donati (5) : le latéral droit du Bayer s’est livré à corps perdu dans la bataille. Plein d’énergie, il a été actif sur son couloir, costaud dans les duels. Sa faute grossière sur Ferreira Carrasco (11e) terne en revanche sa copie, tout comme son marquage très laxiste sur le but monégasque.

- Toprak (6,5) : modèle de sobriété, le défenseur turc n’a pris aucun risque dans sa relance. Il a livré avec brio un duel musclé face à Berbatov, ne refusant jamais le combat. Une belle copie.

- Spahic (6) : l’ancien montpelliérain a été averti sur sa première faute pour une obstruction grossière (26e). Mais pour le reste, il a livré une prestation sérieuse, et surtout très propre, malgré l’impact physique de Berbatov. Il aura quelque peu manqué de tranchant face à Dirar sur l’action qui fait basculer la rencontre.

- Wendell (6,5) : dans le premier acte, il n’a pas été très inquiété par Dirar dans son couloir. C’est finalement dans le camp adverse qu’on l’a le plus vu, avec de nombreux débordements et même une frappe lointaine non cadrée (15e). Malheureusement, sa tendance à se porter vers l’avant a quelque peu déséquilibré sa défense sur le but.

- Bender (7) : celui qui aurait dû être champion du Monde (il a dû déclarer forfait avant la compétition) a longtemps régné en maître dans l’entrejeu. Précis dans ses transmissions, présent dans les duels, il aurait même pu faire basculer la rencontre, si sa frappe n’avait pas heurté la barre (26e). Une belle partition du capitaine allemand. Fatigué, il est remplacé par Rolfes (76e).

- Castro (6) : le récupérateur allemand a beaucoup couru ce soir, asphyxiant totalement João Moutinho. Parfait complément de Bender, il a cependant baissé le pied en fin de rencontre, à l’image de son équipe.

- Bellarabi (5) : déjà auteur de 5 buts et deux passes décisives en Bundesliga, l’ailier s’est montré bien moins inspiré ce soir. Plutôt discret dans l’animation offensive, il n’a pas beaucoup combiné avec Donati. Dommage, tant on a senti sa capacité à déstabiliser une défense sur quelques gestes isolés. Remplacé par Brandt (77e).

- Çalhanoglu (7) : toujours aussi élégant balle au pied, il a été le joueur le plus percutant et le plus dangereux tout au long de la rencontre. Ses coups de pied arrêtés ont souvent été bien tirés, mais ses quelques frappes ont été soit trop molles (2e, 22e), soit non cadrées (69e). Dommage.

- Son (5) : principale arme offensive du Bayer dans cette Ligue des champions (3 buts), le Coréen a livré une prestation décevante. Pas en réussite dans ses dribbles, ses passes et ses frappes, il n’a cependant pas démérité dans l’engagement. Remplacé par Drmic (59e), qui s’est signalé par un gros raté (66e).

- Kießling (3) : soirée bien difficile pour le numéro 11 du Bayer qui s’est montré extrêmement discret. Bien muselé par la charnière monégasque, il s’est crée moins d’occasions en 90 minutes que son compère Drmic, entré dans la dernière demi-heure.

Monaco :

- Subasic (7) : énorme match de la part du portier monégasque ! Très souvent sollicité ce soir, le gardien asémiste a multiplié les arrêts de grande classe (2e, 29e, 75e) pour conserver sa cage inviolée. En réussite, il est même sauvé par sa barre transversale en première période (26e). Un très bon match.

- Raggi (4) : match pauvre pour le défenseur italien de l’ASM, positionné latéral droit ce soir. En grande difficulté dans les duels, notamment face à Wendell qui évoluait très haut aujourd’hui, l’ancien joueur de Palerme a perdu beaucoup de ballons. Offensivement très discret, il n’a rien apporté.

- Carvalho (6) : pour son 87e match de Ligue des Champions de sa carrière, l’ancien international portugais a offert une prestation somme toute solide. Concentré dans les duels, il ne s’est que rarement fait dépasser ce soir, offrant d’ailleurs de bonnes relances pour projeter son équipe vers l’avant. Averti pour une main stupide, il ne disputera toutefois pas le dernier match de l’ASM dans cette phase de poule...

- Abdennour (6,5) : très peu utilisé cette saison, l’international tunisien a profité du match de ce soir pour montrer ses qualités en défense centrale. Dur sur l’homme, mais toujours à la limite, l’ancien Toulousain s’est montré intraitable dans les duels. Maître des airs dans sa surface, il a multiplié les grosses interventions. Un bon match.

- Echiejile (3,5) : match très compliqué pour le latéral monégasque. Peu à son aise dans les duels, il a subi la loi de Bellarabi sur son couloir. Les Allemands choisissaient d’ailleurs systématiquement son côté en attaque. Offensivement intéressant par à-coup, il a offert quelques bons centres à ses partenaires tout de même.

- Toulalan (7,5) : comme à son habitude, l’ancien joueur de Malaga et de l’OL a été le meilleur monégasque dans l’entrejeu ce soir. Très actif à la récupération, il a proposé un énorme travail de sape au pressing et récupéré de nombreux ballons. Serein dans ses relances, il a maintenu à flot le navire asémiste, notamment en première période. Un gros match et un joueur indispensable pour son intelligence de jeu et sa science du placement.

- Moutinho (4,5) : prestation quelconque du milieu de terrain portugais, une nouvelle fois pas à son meilleur niveau aujourd’hui. Loin d’être créatif dans l’entrejeu, il a connu beaucoup de déchet dans la transmission vers l’avant, en plus de perdre la majorité de ses duels. Un bon travail à la récupération tout de même.

- Bakayoko (5) : prestation moyenne du jeune milieu de terrain de 20 ans. Titulaire ce soir, il a connu des difficultés dans la conservation du ballon, bien gêné par le pressing haut des Allemands et pas mal de déchet dans ses passes. Généreux dans les duels, il a fait montre d’une attitude parfaite tout au long du match et est monté en puissance en fin de rencontre.

- Dirar (6) : très actif dès le début du match, l’ailier du soir a pourtant vécu une soirée compliquée. Alors qu’il s’est constamment heurté à la défense du Bayer Leverkusen sur son couloir, le Marocain a été peu en réussite jusqu’à ce fameux centre décisif pour le but d’Ocampos. Suffisant pour remporter les trois points ce soir. Remplacé par Fabinho (83e).

- Ferreira-Carrasco (6,5) : alors que l’AS Monaco était apathique en première période, le virevoltant ailier belge était le seul à surnager. Capable de faire la différence balle au pied, il aura été le seul à véritablement déstabilisé la défense adverse, même s’il a parfois fait preuve de précipitation dans ses choix de passes. Toujours aussi remuant après la pause, il est remplacé par Ocampos (non noté) : voir ci-dessus.

- Berbatov (6) : de retour dans l’un de ses anciens clubs, le Bulgare est progressivement monté en puissance dans cette rencontre. Nonchalant et très discret en début de match, il a métamorphosé le jeu monégasque après la pause grâce à sa technique toujours aussi impressionnante. Auteur du premier tir monégasque de la partie, c’est lui qui est à l’origine du but victorieux d’Ocampos après un festival sur le côté droit. Indispensable. Remplacé par Traoré (90e).