Avec la victoire de Nice, plus tôt dans la soirée, le Paris Saint-Germain n’avait pas d’autres choix que de l’emporter pour ne pas se laisser distancer de la course à la tête de la Ligue 1. Si les Parisiens rentraient bien dans la partie en monopolisant le cuir, ils devaient se méfier des flèches angevines. Ainsi, Pepe, frappait de loin et un silence parcourait le Parc des Princes, antre qui pouvait à nouveau respirer quand il vit la frappe de l’international ivoirien frôler le poteau d’Areola (4e). Mais le PSG allait se reprendre, après une belle combinaison à trois entre Motta, Ben Arfa et Lucas, le Brésilien frappait au but, mais manquait le cadre de peu (14e).

Malgré sa domination, le PSG se mettait en danger. Sur un centre venu de la gauche (du pied de Martinez), Cheikh Ndoye envoyait une tête hors de portée d’Areola, mais Thiago Silva, le capitaine, sauvait les siens d’une tête sur sa ligne de but (26e). Puis le sauveur se muait en buteur ! Sur un coup franc, très bien frappé par Lucas, le capitaine du PSG s’élevait plus haut que tout le monde et coupait au premier poteau pour l’ouverture du score (1-0, 34e). Mais, une nouvelle fois, les visiteurs allaient se montrer menaçants ! Toko Ekambi envoyait une lourde frappe de loin qui plongeait sous la barre, mais Areola claquait magnifiquement (41e). À la pause, le PSG avait repris la place de dauphin de l’OGC Nice.

Cavani marque son 100e but

Au retour sur le terrain, le Paris Saint-Germain avait du mal à se remettre en ordre de marche et laissait le cuir aux visiteurs. Il n’est donc pas étonnant de voir Manceau tenter sa chance de trente mètres alors qu’il avançait tranquillement sans être attaqué par les défenseurs parisiens (54e). Mais Hatem Ben Arfa avait décidé que ce serait sa soirée. Sur un superbe enchaînement, il poussait Thomas à la faute et causait un penalty (63e). Cavani s’élançait et trompait Michel, marquant ainsi son 100e but sous les couleurs parisiennes (2-0, 64e).

Dès lors, les hommes d’Unai Emery attendaient patiemment les Angevins dans leur camp en espérant les contrer rapidemment. Ainsi, sur une récupération, Thomas Meunier, encore excellent ce soir, remontait le cuir et le transmettait à Jesé. L’ancien du Real Madrid tentait de trouver avec un centre Lucas mais le retourné accrobatique était contré (76e). Peu après son entrée en jeu, Jean-Kévin Augustin, bien lancé par Hatem Ben Arfa, effaçait Michel mais il était trop excentré et voyait sa tentative passer dans le petit filet (82e). Les Parisiens s’imposent donc (2-0) et récupèrent la place de dauphin de Nice et repassent devant Monaco.

L’homme du match : Thiago Silva (8) : le défenseur brésilien est toujours très propre. Le capitaine du club de la capitale a guidé à la perfection le jeune Presnel Kimpembe. En outre, il a sauvé un ballon sur sa ligne sur une tête Ndoye (26e). L’international auriverde est aussi à la réception du corner de Lucas pour l’ouverture du score parisienne (34e).

PSG :

- Areola (6) : le portier français n’a pas eu grand-chose à faire en début de match hormis quelques relances. Il est tout chanceux de voir la tentative de Pepe passer juste à côté (4e). Il prend le ballon à la main en dehors de la surface, mais ne se fait pas prendre par l’arbitre (30e). Le gardien sort une énorme parade sur une frappe de Toko Ekambi (40e)

- Meunier (6,5) : dans la lignée de son match contre Arsenal, Thomas Meunier a une nouvelle fois évolué très haut dans le couloir droit. Le latéral belge sait toujours se trouver au bon endroit et faire les bons appels. Il a été à l’origine des actions dangereuses en seconde période grâce à sa vitesse lors des contres.

- Silva (8) : voir ci-dessus.

- Kimpembe (6) : récemment appelé chez les Bleus par Didier Deschamps et formé au PSG, le défenseur central était de retour dans le onze parisien aux côtés de Thiago Silva et il a été plutôt sérieux. Il a même couvert son compère de la défense à de nombreuses reprises. Toujours aussi intéressant en deuxième période quand il s’agissait de couper les trajectoires de passes.

- Maxwell (5,5) : le latéral brésilien est toujours très sérieux, il se place intelligemment, et ne se fatigue pas pour rien. L’ancien du Barça a joué très haut en première période, mais, étrangement, on ne l’a pas vraiment vu offensivement. Un peu mieux en deuxième période après le deuxième but du PSG. Le vétéran a tenté une triste frappe (45e).

- Motta (5) : le milieu de terrain italien régule le jeu de son équipe tant dans la passe que dans le placement. Même si on ne le voit que (trop ?) peu, son apport est inestimable. L’international azzurro a eu un peu plus de mal au retour des vestiaires, perdant beaucoup plus de ballons qu’à l’habitude.

- Krychowiak (6) : l’international polonais devait se rattraper après sa piètre performance contre Arsenal. Et il l’a plutôt bien fait. Évidemment, ce n’est ni Verratti ni Matuidi, mais l’ancien du FC Séville joue avec ses armes et cela suffit, en Ligue 1 tout du moins. Du mieux encore en deuxième période où il a été au contact, il récolte même un carton jaune pour un trop grand engagement (85e).

- Lucas (6,5) : l’ailier brésilien est en jambes et ça se voit. Il a souvent été à l’origine des actions de son équipe, mais on peut regretter le fait qu’il fasse souvent des mauvais choix. Il frappe en revanche parfaitement le corner sur le but de Thiago Silva (34e). Toujours aussi en jambes en deuxième période, il aurait pu marquer sur un joli retourné sur un centre de Jesé (76e). Remplacé par Callegari (87e).

- Ben Arfa (6,5) : un peu en délicatesse face à l’Olympique Lyonnais ce dimanche, l’ancien Niçois a retrouvé des jambes comme en témoignent ses deux raids dans la défense angevine (6e,16e). Au retour des vestiaires, le feu follet était toujours en jambes et permettait à Cavani, en provoquant un penalty (63e), de corser l’addition pour son équipe.

- Ikoné (4) : l’ailier formé au Paris Saint-Germain a été un peu plus discret que les autres ce soir. Pourtant, il s’est donné en tentant de débouler sur son côté droit. Le titi parisien n’a reçu que très peu d’aide de son latéral (Maxwell) et a donc dû se débrouiller seul. Remplacé par Jesé (58e) qui offre un beau centre pour Lucas sans que le Brésilien ne concrétise (76e). Il trouve le poteau sur une belle frappe enroulée (89e)

- Cavani (6) : l’attaquant international uruguayen a eu du mal à se positionner en première période comme peuvent en témoigner les deux hors-jeu stupides (sur le premier il marque un but) qui étaient totalement évitables. Avant la pause, il a continué à multiplier les hors-jeu. Il marque son 100e but sous les couleurs parisiennes grâce à un penalty (64e). Remplacé par Jean-Kévin Augustin (76e) qui aurait pu marquer après avoir effacé Michel, mais il a tiré à côté (82e).

Angers :

- Michel (5,5) : très peu inquiété en début de match, mis à part sur cette frappe sans angle de Lucas qui fuit finalement le cadre (14e). Puis il intervient bien dans les pieds de Cavani (23e). Il ne peut rien sur le but de Silva (34e) et part du bon côté sur le penalty d’Edinson Cavani (64e). Deux buts encaissés, mais peu de travail à fournir. Un match frustrant en somme.

- Manceau (6,5) : il a bien défendu face à la vivacité de de Ikoné et s’est rarement laissé prendre à défaut. Appliqué à la relance, solide dans les duels, il a fourni un match très correct, à l’image de son joli duel remporté face à Cavani (51e). Il ne s’est jamais démonté et à fait preuve de beaucoup d’application dans ses initiatives. Jusqu’au bout il aura tenté d’apporter le danger. Une intervention salvatrice pour éviter le troisième but parisien (86e).

- Traoré (5) : rarement mis en danger en première mi-temps, il est des trois défenseurs centraux celui qui a été le moins en vue, ce qui témoigne au final au final de la faiblesse des offensives parisiennes. Plutôt précis dans la relance, il n’a commis aucune erreur majeure. Il est remplacé par Sunu (74e), entré pour apporter davantage de percussion.

- Thomas (5,5) : à l’instar de ses deux compères de l’axe dans cette défense à cinq, Thomas s’est rarement laissé prendre à défaut face aux attaquants parisiens. Non, il n’a pas vraiment souffert de la comparaison. Sauf que c’est lui qui fauche Ben Arfa dans la surface de réparation et offre donc le but du break à Cavani (64e). Un match solide.

- Pavlovic (6) : le Croate a fait preuve de beaucoup de solidité face aux attaques parisiennes. Une belle intervention sur une tête d’Ikoné (32e). Il n’est pas fautif sur l’ouverture du score parisienne même si sa grande taille n’a au final pas servi à grand-chose. Sa deuxième mi-temps est du même acabit, sobre et efficace. Deux belles dernières interventions sur deux tentatives d’Augustin (88e et 89e).

- Martinez (5) : opposé à Lucas sur son côté droit, il s’est montré plutôt solide, et a tenté d’apporter le danger dès qu’il le pouvait. Problème, il s’est montré trop lâche au marquage sur le but de Silva (34e). C’est l’une de ses seules heures, mais elle a été fatale à son équipe. Remplacé par Mangani après l’heure de jeu (65e).

- Ndoye (5,5) : le capitaine angevin et son mètre 90 ont fait le ménage au milieu de terrain. Il se crée une très belle occasion sur une tête repoussée sur sa ligne par Thiago Silva (26e). Comme à son habitude, il a mis beaucoup d’impact dans ses duels, jouant à la perfection son rôle de leader. En fin de match, c’est lui qui tente d’apporter le surnombre pour parvenir à réduire au moins la marque. Une belle dernière tête (93e).

- Saihi (4,5) : peu en vue en première mi-temps, il a toutefois fait preuve d’une technique dans ses transmissions. Il a toutefois manqué d’impact dans l’entrejeu, ne remportant qu’un seul de ses cinq duels. Il s’est davantage montré lors du second acte, prenant plus l’initiative de se projeter vers l’avant. L’ancien Montpelliérain a fourni une prestation sobre et sans bavures. Sans folie non plus.

- Capelle (5,5) : son pied gauche peut faire des merveilles ; à l’image de cette belle passe pour Pepe (15e). Beaucoup d’impact au milieu de terrain et beaucoup de justesse dans ses choix de jeu. Plus discret en deuxième mi-temps, il a toutefois quelques fulgurances techniques intéressantes et bien senties. Il a ensuite pris la place de Martinez sur le couloir gauche.

- Toko Ekambi (4) : à l’inverse de son compère de l’attaque, Toko Ekambi s’est très peu montré, manquant de tranchant dans ses appels et de précision technique dans ses prises de balle. En revanche, sa frappe en fin de première mi-temps est sublime (41e). Puis il s’est à nouveau endormi, jusqu’à être transparent à partir de l’heure de jeu.

- Pepe (6) : très remuant et souvent dans la percussion, il s’illustre d’entrée par une frappe aussi spontanée que dangereuse (4e). Il possède une vraie capacité à déstabiliser une défense par ses appels et ses qualités de dribbles. Il est indéniablement l’un des Angevins à la plus forte marge de progression, même s’il a eu tendance à se faire plus discret en deuxième période. Visiblement fatigué, il est remplacé par l’habituel buteur Diedhiou (68e) qui ne tarde d’ailleurs pas à être averti (79e).