Voilà 5 ans que Sochaux est au purgatoire. 5 longues années que le club végète dans une Ligue 2 dont il n’est même pas certain d’avoir le niveau pour se maintenir. La situation du club est préoccupante en plusieurs points. Il y a d’abord la mauvaise gestion du propriétaire chinois Li Wing Sang. Les Doubistes sont sous le coup d’une rétrogradation administrative à titre conservatoire de la DNCG. Sur le pré, les résultats ne sont pas à la hauteur et le club occupe une inquiétante 17e place, à un point seulement du barragiste.

Pour tenter d’enrayer cette mauvaise spirale, Sochaux a confié les rênes du club à un ancien de la maison jaune et bleue. Après avoir porté le maillot 220 fois comme joueur, Omar Daf est revenu aux affaires en novembre dernier mais sur le banc cette fois-ci. En remplaçant l’Espagnol José Manuel Aira, l’ancien latéral droit aujourd’hui âgé de 41 ans doit remettre de l’ordre. Cela commence par un chamboulement profond de l’effectif. Cet hiver, Sochaux s’est débarrassé de pas mal d’éléments.

Le fiasco Baskonia-Alavés

Avant même le mercato, le groupe Baskonia-Alavés, qui assurait la gestion sportive du club depuis le mois d’avril, a annoncé le 14 décembre dernier son départ en fin de saison. Venue pour assainir les finances et faire du FCSM un club satellite de la galaxie Alavés (avec JS Hercules en Finlande et NK Rudes en Croatie), l’entité basque aura finalement tenu douze mois, alors qu’elle avait signé un contrat de 3 ans. Outre son directeur sportif David Vizcaino, qui a mis fin à ses fonctions le 31 janvier, elle ramène un à un dans sa valise tous les joueurs qu’elle avait emmenés grâce à son puissant réseau de scouting. Après le coach, Josema, Galilea, Pavic, Nando, Budkivskyi, Demirovic partaient tous en même temps au cœur du mois de janvier. Autant d’éléments au niveau et à la culture très différente. Un poids selon le président du FCSM.

Pour rattraper ce fiasco, Sochaux a entrepris ses grands travaux mais doit la jouer serré. La DNCG étouffe le club, dont le déficit est estimé à 6 M€. Outre la prolongation d’Omar Daf, moins de deux mois après son intronisation, les Lionceaux n’ont d’autre choix que de miser sur leur centre de formation toujours aussi performant. Les jeunes sont promus en équipe première comme Maxence Lacroix (18 ans), Boris Moltenis (19 ans), Romain Sans (18 ans), Salem M’Bakata (20 ans) et Lucien Agoumé (16 ans). Ce dernier a même enchaîné de superbes prestations avant d’être élu joueur du mois et d’alerter les plus grands clubs d’Europe. Quelques prêts de joueurs prometteurs en manque de temps de jeu sont accordés. Hamza Sakhi (22 ans), Cyrille Bayala (22 ans) et Christopher Rocchia (20 ans) sont ainsi arrivés en Franche-Comté. L’ancien Bordelais Younès Kaabouni (23 ans) a lui posé ses valises en tant qu’agent libre alors que Gaëtan Weissbeck a débarqué en provenance de Haguenau en national 2.

Sissoko, Mollo et Etoundi pour encadrer les jeunes pousses

Mais pour encadrer cette classe biberon, Daf avait prévenu qu’il allait avoir besoin de joueurs d’expérience. « Le président va valider les choix que l’on va faire. On a une équipe très jeune. Pour bonifier tout cela, il faut des cadres. En priorité, des joueurs qui connaissent le championnat. Après, aura-t-on les capacités de le faire ? Des équipes ont davantage de moyens que nous. On fera avec nos moyens en essayant d’être le plus fin possible sur ces choix. » La marge de manœuvre du club est réduite mais les réseaux de la nouvelle cellule recrutement ont fait leur travail.

Après ses expériences de globe-trotter entre la Chine, l’Inde, l’Indonésie et le Mexique, Mohamed Sissoko retrouve les terrains hexagonales et se veut conquérant face ce nouveau défi. « J’ai eu la chance de jouer dans des grands clubs, les gens me respectent. Donc le fait que je sois à Sochaux aujourd’hui, à 34 ans, je le prends comme une bonne chose. Je pense que le club mérite vraiment de jouer les premiers rôles si on arrive à se sauver cette saison. » L’international malien se donne deux semaines avant d’être opérationnel, lui qui s’est engagé pour six mois.

Le futur du club toujours incertain

Autre recrutement surprise, celui de Yohan Mollo (29 ans). Après avoir résilié il y a deux semaines son contrat avec le club russe de Krylia Sovetov, l’ancien Stéphanois a préféré s’engager jusqu’à la fin de la saison avec Sochaux. « J’ai quitté mon pays il y a trois ans et j’ai résilié en Russie pour retrouver la France. Je viens pour le jeu et vraiment pas pour l’argent. Je suis là pour tenir mes responsabilités et apporter des buts et des passes afin d’aider l’équipe (...) J’ai joué pour de grands clubs ! Je veux maintenant m’entraîner et travailler pour aider ce club à remonter. À 29 ans, j’aurais pu choisir d’autres challenges mais c’est là que je voulais être. » Enfin, Franck Etoundi (28 ans) a débarqué dans les derniers instants du mercato. L’avant-centre camerounais s’est engagé pour six mois afin d’aider à la mission sauvetage.

Avec ce tout nouvel effectif, Sochaux ne visera pas autre chose que le maintien sportif. En coulisses, c’est moins évident. Même si le controversé Li Wing Sang a assuré qu’il comblerait le déficit en fin de saison, il laisse toujours la porte ouverte à une vente du club, seulement trois ans et demi après l’avoir acheté. « Je ne souhaite pas vendre le club. Après, si quelqu’un a envie d’investir ou de racheter des parts du club, je suis ouvert à la discussion », affirmait-il début janvier. Difficile de tirer des plans sur la comète dans un contexte instable mais les Doubistes ont bien entamé leur mission, notamment grâce aux bons débuts des recrues. Hier lors de la précieuse victoire à Auguste-Bonal face à Clermont (2-1), Sakhi a marqué le premier but et Bayala le second sur une passe de Mollo. De quoi s’offrir un petit matelas de 5 points sur le barragiste et un peu de soleil dans la saison maussade des Doubistes. Sochaux, qui n’a jamais connu la 3e division de son histoire, en a besoin.