Une page va se tourner à Arsenal. Après vingt-deux années de bons et loyaux services, Arsène Wenger va céder son fauteuil d’entraîneur. Une place prestigieuse qui lui a permis de voir passer un bon paquet de joueurs depuis 1996. Si certains éléments n’ont pas brillé, d’autres ont clairement marqué les esprits. Ils font partie du onze de rêve de l’ère Wenger que La Rédation FM a concocté. Une formation qui évolue dans un système en 4-4-2. Dans les buts, impossible de se passer de David Seaman. Entre 1990 et 2003, le portier anglais a disputé 563 rencontres toutes compétitions confondues sous le maillot londonien.

Le temps pour lui de remporter 13 trophées dont 3 Premier League. Devant lui, la défense mise en place a fière allure avec les latéraux Lee Dixon (1988-2002) et Ashley Cole (1998-2006) et les centraux Sol Campbell (2001-06, puis 2010) et Tony Adams (1980-2002). Une arrière-garde de luxe qui pèse à elle seule 1727 matches sous le maillot des Gunners ! Au milieu de terrain, on retrouve quelques Frenchies. Une des marques de fabrique d’ailleurs d’Arsène Wenger, qui n’hésite jamais à aller piocher dans l’Hexagone. Au cœur du jeu, on retrouve ainsi Patrick Vieira (1996-2005). Celui qui fait partie des potentiels successeurs de l’Alsacien a été une référence à son poste lors de son passage à Londres.

Trois Frenchies dans le onze de l’ère Wenger

Là-bas, il a pu donner la pleine mesure de son talent lors des 406 rencontres qu’il a disputées. À ses côtés figure Cesc Fabregas. Wenger est parti piocher dans la Masia du Barça. Mais il était convaincu du talent du milieu de terrain espagnol âge de 16 ans à l’époque. Et il a eu du flair puisque celui qui a joué 303 matches à Arsenal (2003-11) a été l’un des éléments phares des Gunners durant plusieurs années. Il a même porté le brassard de capitaine. Robert Pires prend aussi place dans ce onze de gala. Entre 2000 et 2006, l’ancien Messin a remporté quatre titres dont deux en championnat d’Angleterre. Il figure dans la dernière équipe d’Arsenal à avoir été sacrée en Premier League en 2002. Une équipe que n’a pas connue Marc Overmars, passé chez les Gunners entre 1997 et 2000.

Trois années fastes pour le Hollandais qui a connu le doublé coupe d’Angleterre-championnat en 98. Une épopée à laquelle son compatriote Dennis Bergkamps a aussi participé, lui qui a défendu les couleurs londoniennes entre 1995 et 2006. Le temps pour lui de claquer 122 réalisations en un peu plus de 400 rencontres. Thierry Henry a, lui aussi, marqué un paquet de buts à Arsenal (1999-2007, puis 2012). Au total, 228 pour celui qui est le meilleur buteur de l’histoire du club anglais devant Ian Wright (185 buts) et Cliff Bastin (178 buts). Une vraie légende qui a marqué sans conteste l’ère Wenger. Une ère qu’ont aussi marquée à leur façon Robin van Persie, Ian Wright, Jens Lehmann, Freddie Ljungberg, Emmanuel Adebayor ou encore Alexis Sanchez, qui ne sont pas présents dans ce onze.