« Je suis une personne avec un gros caractère ». Quand vous discutez avec Enzo Robise, le moins que l’on puisse dire c’est que vous savez tout de suite à qui vous avez à faire. À 17 ans, ce jeune joueur de Southampton ne manque pas de personnalité et se distingue par sa franchise mais aussi sa bonne humeur. « J’aime bien sortir quelques petites blagues. Dans le vestiaire, je suis souvent parmi ceux qui chambrent les joueurs de mon âge. Mais pas les pros. J’ai des limites (rires) ». Un vent de fraîcheur chez les Saints qu’il a rejoint il y a maintenant plus d’un an. Car c’est en France, dans la région parisienne, qu’il a tapé ses premiers ballons. « J’ai commencé le football à 7 ans à Mantes-la-Jolie, au FC Mantois. J’y suis resté jusqu’en U15 avant de rejoindre le Stade de Reims. Je n’ai fait qu’une année là-bas. J’étais jeune mais j’évoluais souvent avec les U17 Nationaux. En parallèle, quelques clubs professionnels avaient un œil sur moi. Southampton avait entendu parler de moi et ils sont venus me voir jouer à plusieurs reprises ».

Un intérêt qui n’a pas laissé insensible l’ailier âgé de 16 ans à l’époque. « Je me suis dit que c’était très flatteur d’être suivi par un grand club comme Southampton, qui a une très bonne réputation. C’est vraiment un bon club formateur en Angleterre. Ils ont formé de grands joueurs. Quand j’ai su qu’ils me suivaient, j’ai commencé à me renseigner sur internet. J’ai vu leurs infrastructures. C’était d’un autre niveau ». Les choses se sont enchaînées assez naturellement ensuite. « Il me restait un an de Convention de formation à Reims. Quand Southampton m’a fait une proposition, j’ai beaucoup réfléchi au départ. Mais quand un tel club vient, c’est difficile de dire non. On connaît bien leur réputation, les joueurs qui sont sortis de là-bas. Donc c’était évident pour moi de dire oui à leur proposition et de signer là-bas (les Saints ont acheté sa dernière année de contrat 300 000 euros + un intéressement à la revente). C’était Southampton et rien d’autre ». Même si plusieurs Frenchies se sont cassés les dents outre-Manche, Enzo Robise n’a pas hésité à prendre son envol. « Je n’ai pas du tout eu peur. Je n’ai pas du tout pensé à l’échec. Quand je suis parti, je n’ai pas regardé derrière moi et j’ai foncé ».

Une adaptation réussie à Southampton

Et son choix a été payant. « Je ne regrette à aucun moment ma décision. Je suis très bien à Southampton. Si c’était à refaire, je referais exactement la même chose sans hésitation ». Il poursuit : « Ma première année s’est vraiment très bien passée. Le seul petit truc c’est que je n’ai commencé à jouer qu’au mois de janvier, car il s’agissait d’un transfert international. J’ai débuté en janvier et j’ai marqué pratiquement à tous les matches. J’ai joué en U18 et je montais en U23. Je m’entraînais aussi parfois avec les pros. Donc tout allait très bien pour moi ». En 17 rencontres, il plante 9 buts et délivre 4 passes décisives. Des débuts parfaits sur comme en dehors du terrain pour cet adolescent qui a dû laisser les siens. « J’avais déjà quitté ma famille pour vivre à Reims. Mais là, c’était autre chose. J’ai essayé de ne pas trop y penser. Je savais pourquoi je rejoignais Southampton et pourquoi je devais quitter mes proches. Je vis tout seul. C’est une autre vie pour moi ».

Robise doit se responsabiliser. Mais il peut compter sur le soutien de ses aînés. « J’ai connu Jérémy Pied, Sofiane Boufal et Mario Lemina. Ils m’avaient bien accueilli et ils m’ont dit que si j’avais besoin ils seraient là pour moi. Ils m’ont donné quelques conseils. En Angleterre, ils aiment bien les bosseurs. Je pense être un travailleur. Ici c’est obligé ». Pour être le plus intégré possible et mieux appréhender cette nouvelle culture, il a appris l’anglais rapidement. « Quand je suis arrivé, je ne parlais même pas un mot d’anglais. Mais c’est venu vite. À force de parler tous les jours avec des gens qui parlent, tu apprends vite ». À force de s’entraîner et de jouer en Angleterre, Enzo Robise a aussi évolué. « L’Angleterre c’est différent. C’est très physique. L’intensité est forte. Ça va vraiment très vite. Que ce soit aux entraînements ou en matches, ça va vite, toujours de l’avant. Au niveau des infrastructures, je n’avais jamais vu ça. C’est la classe au-dessus. On nous met dans les meilleures conditions pour travailler et y arriver ».

Enzo Robise affiche ses ambitions

D’autant que le jeune homme, qui évolue avec les U18 et les U23, a de grandes ambitions cette saison. « J’aimerais atteindre l’équipe de France U18. C’est l’un de mes objectifs. Je veux aussi marquer 15 à 20 buts cette saison. Si possible, j’aimerais faire quelques apparitions chez les pros ». Il faudra convaincre Mark Hughes. Mais son adjoint semble déjà conquis. « L’adjoint du coach en pro m’apprécie. Donc il discute avec moi, me demande si tout va bien. Il me dit continuer à travailler. Je bosse et j’attends le jour où ils m’appelleront avec les pros ». En attendant son heure, le joueur se perfectionne, lui qui possède un certain nombre de qualités. « Je pense que je suis bon en un-contre-un. Mes autres qualités sont ma percussion, ma puissance sur quelques mètres et ma qualité de centres et sur coup de pieds arrêtés. Mais je pense que je dois encore faire plus les efforts défensifs, savoir mieux placer le ballon et gérer les temps faibles et les temps forts ».

Pour cela, il s’inspire de certains de ses modèles. « Moi j’aime beaucoup Eden Hazard. C’est mon modèle. Il va toujours vers l’avant, il percute ». Puis il ajoute : « J’aime aussi Kylian Mbappé pour sa qualité sur les un-contre-un ». De beaux exemples à suivre. Mais contrairement à eux, c’est en Premier League qu’Enzo Robise espère faire ses grands débuts en professionnels. Pourtant, celui qui a signé un contrat pro de 3 ans cet été a été approché récemment par le LOSC et l’Olympique de Marseille, comme l’ont révélé nos confrères de Goal.com. Mais Enzo Robise n’imagine pas encore un retour dans l’Hexagone, lui qui n’est focalisé que sur les Saints. « C’est flatteur. Mais je ne pense qu’à Southampton. Je veux progresser avec ce club. Pour le reste, on verra plus tard. Je me vois prouver ici y faire mes débuts. Quand j’aurai prouvé, je pourrai réfléchir à ces choses ». D’ici là, Enzo Robise a encore beaucoup de chemin à faire pour atteindre son objectif et s’imposer chez les Saints.