Chaque dimanche, FM vous propose de découvrir un jeune talent français. Mais ce weekend, c’est hors de l’Hexagone que nous faisons escale, puisqu’il faut se rendre de l’autre côté de la Manche pour rencontrer Moussa Dembélé. Le joueur vous raconte son parcours : « Je suis né à Pontoise, j’ai joué à Cergy, puis ensuite au PSG jusqu’en 2012. Lors de ma dernière année là-bas, j’avais 16 ans et je m’entrainais parfois avec les pros. Je savais qu’avec la nouvelle politique du club ça allait être dur de jouer avec les pros malgré les 33 buts que j’ai marqués lors de ma dernière saison en U19. J’avais d’ailleurs battu le record d’Ongenda si mes souvenirs sont bons. Puis je suis ensuite allé poursuivre ma formation à Fulham, où j’ai inscrit 50 buts en 49 matches en jeunes. J’ai fait mes débuts en Premier League à 17 ans, puis on est descendu en Championship ».

Une descente qui n’a pas fait peur à l’intéressé, lequel se décrit comme un joueur aimant « prendre l’espace, partir dans le dos de la défense. J’utilise aussi mon corps dans les duels, je pense avoir un bon jeu de tête. Dans les petits espaces aussi je me débrouille bien en une-deux et aussi en situation de un-contre-un où il faut faire la différence », assure celui qui a pour modèle un joueur à la technique hors pair : « Ronaldinho est pour moi le meilleur, j’ai toujours été fan de lui, son style, sa technique. Je m’inspire des plus grands bien sûr comme Ronaldo du Brésil, Henry, Eto’o, et je regarde aussi les plus anciens comme van Basten ou George Weah, car le football des années 90 a sorti de très grands joueurs qui ont marqué l’histoire ». Vous l’aurez compris, le jeune homme de 19 ans maîtrise son encyclopédie du football, s’enrichissant des expériences passées pour vivre sa propre aventure, parcours auquel il n’a pas hésité à faire prendre un sacré tournant en quittant le PSG pour Fulham.

Moussa Dembélé régale à Fulham

« Ça n’a pas été simple de changer de culture, mais j’ai été mis dans de bonnes conditions à Fulham. Je suis venu ici avec mon grand frère, et Paris n’est jamais qu’à deux heures seulement, donc ça va », poursuit l’attaquant qui aspire pourquoi pas à connaître une trajectoire similaire à celle d’un talent parisien de cette même génération 1996 parti à l’étranger, un certain Kingsley Coman : « Kingsley est parti du PSG, et nombreux sont ceux qui ont dit du mal de son départ. Il est allé à la Juve, a gagné des trophées, emmagasiné de l’expérience, et maintenant il est au Bayern et en équipe de France A. Tout le crédit lui revient, car il a travaillé et mérite ce qui lui arrive. J’aimerais le rejoindre aussi en équipe de France A et reformer notre duo du PSG, mais il faut faire les choses étape par étape ».

Lucide, l’international français U20 refuse de brûler les étapes, lui qui savoure déjà sa réussite actuelle à Craven Cottage : « Je ne suis pas du tout surpris, car je me donne les moyens de cette réussite. Il y a plusieurs facteurs qui l’explique. Je travaille dur à l’entrainement, et je fais des sessions supplémentaires, au point que le coach me demande de me modérer. J’ai un coach perso qui me suis pour le travail physique, et j’ai aussi des nouveaux agents avec qui je suis très proche, qui me donnent la motivation nécessaire pour réussir. On travaille sur l’état d’esprit et le mental à l’approche des matches, en s’inspirant de grands champions comme Tyson ou Ali. Rien n’est laissé au hasard, c’est le travail qui paie », surenchérit celui qui a déjà trouvé le chemin des filets à 7 reprises en 16 matches de D2 anglaise disputés au cours du présent exercice.

Des statistiques flatteuses pour l’intéressé, qui estime « avoir un jeu plus adapté à la Premier League qu’à la Ligue 1 et la Championship. J’ai joué contre des équipes de Premier League et j’y suis plus à l’aise même si c’est un niveau au-dessus », et qui aspire à « jouer un maximum de matches et montrer ce que je sais faire, marquer des buts. Collectivement, je veux monter en Premier League avec Fulham car les fans le méritent », prévient l’attaquant du club actuellement douzième de Championship, ayant déjà dans un coin de la tête l’équipe de France Espoirs : « Je me sens bien avec les U20, et je suis avant tout content de représenter mon pays. Les Espoirs, ce n’est pas un objectif inatteignable pour moi, le sélectionneur (Pierre Mankowski) me connait bien et garde un œil sur mes performances. J’en suis à 8 buts et 2 passes décisives en 18 matches toutes compétitions confondues jusqu’à présent. On m’a appris que j’étais le plus jeune en Europe à avoir ces statistiques, c’est bien mais ce n’est pas une fin en soi, donc je continue à travailler et ça va payer », conclut celui dont le bail à Fulham expire en juin prochain, et qui devrait de fait attiser les convoitises. Moussa Dembélé, un nom dont vous allez encore entendre parler !