Arsène Wenger se prépare à un hiver rude. Le technicien alsacien aura plusieurs dossiers épineux à régler durant le mercato de janvier. Les cas Alexis Sanchez et Mesut Ozil seront certainement au cœur des débats même si le coach d’Arsenal a assuré à plusieurs reprises que les deux joueurs en fin de contrat ne partiraient pas durant le marché hivernal. Wenger a tenu un discours similaire en ce qui concerne Olivier Giroud. Si l’attaquant né en 86 ne sera pas libre l’été prochain, son entraîneur ne compte pas s’en séparer. Ce, même si son joueur (7 buts en 24 matches toutes compétitions confondues cette saison) n’est pas un titulaire en force dans son esprit. Une situation qui n’arrange pas les affaires de Giroud qui postule à une place en équipe de France et qui veut absolument participer à la Coupe du Monde 2018 en Russie.

Interrogé récemment dans Téléfoot, Guy Stéphan, l’adjoint de Didier Deschamps avait précisé que l’avant-centre devait jouer davantage. De son côté, Wenger a continué à garder son cap. « Ils doivent prendre leurs décisions, et moi je prends les miennes. Je ne peux pas vraiment prendre en compte les intérêts de la sélection nationale. Je veux garder mon équipe. Nous ne voulons pas nous affaiblir. Je dois prendre en considération les intérêts du joueur, mais ceux du club seront toujours prioritaires. Si vous pouvez combiner les deux, c’est mieux. Dans le cas contraire, ce qui compte le plus, c’est le club ». Et le joueur dans tout ça ? Il avait ouvert la porte à un départ dans un entretien accordé à L’Equipe. « En janvier, il faudra que je me pose la question. Ce que conseille le sélectionneur, ça compte. Un prêt peut être une solution, mais je ne sais pas si Arsène voudra ».

Giroud à un tournant capital

Contacté par nos soins, Michael Manuello, l’agent d’Olivier Giroud, a fait un point sur la situation de son protégé. Une situation qu’Arsène Wenger, qui persiste depuis quelques semaines au sujet de l’attaquant français, pourrait compliquer. Mais le clan Giroud n’emploiera pas la manière forte pour parvenir à ses fins. « Ça peut rendre les choses compliquées (la position ferme de Wenger). Mais le clash, ce genre de choses là ce n’est ni dans la nature d’Olivier, ni dans la mienne. On travaille toujours en harmonie. Il est normal qu’Arsène émette cette position publiquement. C’est tout à fait normal. On n’a pas à la commenter d’ailleurs. Maintenant, selon comment les projets arriveront, on se mettra autour d’une table et on discutera (...) Le plus important est de savoir ce qui va s’offrir ou non cet hiver pour trouver un projet de jeu meilleur. Maintenant, faut-il encore que ce projet s’offre ».

Mais quels projets peuvent plaire aujourd’hui au joueur ? Un retour en France est-il envisageable ? « Olivier ne reviendra pas en France. À moins qu’il y ait un changement dans son état d’esprit, à ce jour l’intention est de ne pas revenir en France ». Marseille, qui était le club le plus intéressé l’été dernier, ne serait pas revenu à la charge. « Il n’y a eu aucune nouvelle approche de Marseille. Je n’ai eu aucune information comme quoi Marseille cherchait à nous contacter ». C’est donc à l’étranger que le natif de Chambéry aimerait poursuivre sa carrière. De préférence en Premier League ? L’agent de Giroud ne ferme aucune porte. « Notre travail n’est pas de s’enfermer dans une chose. Notre travail est d’élargir au maximum. Comme en France il a été champion de France, il a fait différentes choses, c’est plus compliqué de revenir. Le retour en France est toujours plus difficile. Ça sera une piste en dehors de la France s’il y en a une ». Vu le profil et l’expérience de l’international français, les prétendants devraient être très nombreux. « Il y aura des approches. Tous les clubs qui recherchent un attaquant risquent de venir. On doit faire attention et s’il y a quelque chose d’évident qui se présente, on essayera de convaincre Arsène de revenir sur ce qui a été dit ». Les prochaines semaines seront décisives pour un Olivier Giroud à la croisée des chemins.