Mais où s’arrêtera l’AS Roma ! Depuis la reprise, les Giallorossi affichent un visage tout simplement stupéfiant, enchaînant les victoires et les prestations abouties. Livourne, Hellas Vérone, Parme, la Lazio Rome, la Sampdoria Gênes, Bologne, l’Inter Milan, Naples, l’Udinese et le Chievo Vérone : toutes ces équipes sont tombées sur l’os romain. Un club de la Louve qui a retrouvé tout son mordant, sous l’impulsion du coach français Rudi Garcia qui, arrivé dans l’indifférence générale, s’est déjà forgé une réputation exceptionnelle de l’autre côté des Alpes.

Ce jeudi soir, le club transalpin a donc poursuivi son récital face au Chievo, s’imposant sur la plus petite des marques (1-0), grâce à Borriello. Un succès qui est tout sauf anodin, puisqu’il permet à la Roma d’entrer définitivement dans la légende, étant la première formation italienne à réaliser une série de 10 victoires lors des 10 premiers matches de Serie A. Vous l’aurez donc compris, tout roule pour l’équipe transalpine, bien partie pour faire un carnage dans cet exercice. Pour autant, interrogé en conférence de presse, Rudi Garcia refuse de s’enflammer :

« J’ai une équipe intelligente, qui sait s’adapter. J’avais dit que ce serait un match difficile, et j’avais raison. Mais l’important c’était de gagner, 10/10, les trois points à la maison. Nous ne pouvons pas toujours jouer de manière merveilleuse, ce n’était pas le jour pour. J’ai dit aux joueurs à la mi-temps que nous aurions le temps de marquer, il fallait être patients, aller plus dans la surface, et le but est arrivé avec nos trois attaquants dans la surface. Cette série est fantastique, mais nous n’avons pas trop le temps d’en profiter, nous avons un jour de moins que le Torino avant le match de dimanche, chaque minute est importante pour nous ». En attendant, pour leurs adversaires, chaque minute est un supplice, et c’est bien là le principal.