« Un mousquetaire au service de Pioli ». C’est en ces termes que le Corriere Fiorentino présente Jordan Veretout (24 ans). Le Français n’a pas mis longtemps à séduire son nouveau club, la Fiorentina, et son nouveau coach, Stefano Pioli. Le milieu de terrain, recruté à Aston Villa cet été contre un chèque de 7 M€, s’est immédiatement imposé au cœur d’un entrejeu qui a perdu l’Espagnol Borja Valero (32 ans) et l’Uruguayen Matias Vecino (26 ans) cet été, au point d’être considéré comme « le nouveau regista de la Viola » par La Gazzetta dello Sport. L’intéressé savoure.

« Les premiers mois se passent très bien, j’ai essayé de m’adapter le plus rapidement possible. Ici, c’est très différent de la France et l’Angleterre. L’entraîneur et le staff m’aident beaucoup. Je joue souvent, mais je dois continuer à travailler dur parce qu’en Italie, c’est plus dur de jouer. Il y a beaucoup de tactique et il faut aussi répondre présent sur le plan physique. J’ai été surpris que l’on travaille tant la vidéo, je n’étais pas habitué. C’est très utile pour s’améliorer. (...) Aujourd’hui, je crois que je me suis adapté au football italien. Et je suis très bien ici à Florence », a-t-il lancé au Corriere Fiorentino lundi.

Pioli en est fou !

Les chiffres parlent pour lui : avec 2 buts (dont un délicieux coup franc contre le Hellas Vérone), 1 passe décisive et 87% de passes réussies en 12 apparitions en Serie A, il est l’un des moteurs de l’actuel 9e du championnat italien. « Jordan est un tout terrain, il sait bloquer les actions adverses par son placement, gêner le porteur du ballon, relancer proprement et se projeter », déclarait récemment son coach, sous le charme, dans les colonnes du Corriere dello Sport. Un début de saison plus qu’intéressant qui valide le choix du champion du monde U20 en 2013 aux côtés de Paul Pogba, Geoffrey Kondogbia ou Florian Thauvin de rejoindre l’Italie cet été plutôt que de rester définitivement à Saint-Étienne, où il était prêté en 2016/17 par les Villans.

« Avec Saint-Étienne, j’avais fait une bonne saison et j’ai découvert l’Europa League. Mais je voulais jouer à l’étranger et mes préférences allaient à l’Italie ou l’Espagne. Saint-Étienne me voulait absolument et j’avais presque dit oui. J’avais réfléchi et j’avais presque accepté, mais quand l’information est sortie dans les journaux, énormément de clubs m’ont contacté. Et quand j’ai vu que, parmi ces clubs, il y avait la Fiorentina, j’ai compris que, pour moi, c’était la meilleure solution. C’est un club qui me parle, un club historique, une grande équipe du championnat italien », a-t-il conclu. Pourvu que ça dure !