La SPAL enchaîne sa deuxième saison en Serie A à partir de ce week-end. Mais l’écurie italienne devra cette fois faire sans Boukary Dramé (33 ans). Contacté par Foot Mercato, le défenseur est revenu sur cet exercice chez les pensionnaires du Stade Paolo Mazza. « Je suis arrivé en janvier, j’y ai fait une demie saison. On est resté toute la saison en fin de classement, c’était assez serré, assez difficile. On attendait toujours les résultats de nos concurrents. On calculait tous les week-ends. C’était compliqué, mais quand on est préparé et qu’on s’y attend, on s’y fait, c’est normal », a-t-il confié, le sentiment du devoir accompli, mais avec une pointe de déception sur le plan personnel.

« Quand tu arrives dans un club en janvier et qu’il y a déjà des joueurs en place, ce n’est pas facile. Je n’ai pas joué autant que je l’aurais voulu (5 apparitions en Serie A), je n’ai pas fait assez de matches, je n’étais pas titulaire. Le coach avait ses habitudes, ses joueurs. C’était un peu compliqué. La question d’une prolongation ne s’est même pas posée », a-t-il reconnu. Libre comme l’air, l’international sénégalais (14 sélections) se tient prêt à toute éventualité. « Ça va, tout va bien, physiquement, je me sens bien. Je n’ai pas de pépins. Comme je n’ai pas de club, je m’entraîne à part en attendant de trouver quelque chose », a-t-il assuré avant de poursuivre.

Un retour en France à l’étude

« Je suis sur le marché. Il y a certaines touches. J’attends encore, le mercato est encore ouvert dans beaucoup de pays. Je suis libre, donc je peux signer à tout moment. J’ai déjà connu cette situation lorsque j’ai quitté Sochaux (en 2011). J’avais signé fin août, début septembre en Italie (au Chievo Vérone). On discute avec certains clubs. On voit si on peut trouver des accords ou pas. Ça se joue sur des détails. Des touches concrètes non ? Ça discute seulement. J’espère me trouver une nouvelle aventure qui m’ira bien », a-t-il expliqué, ouvrant la porte à deux options en particulier.

« Je n’ai pas forcément de préférence. J’aimerais bien rentrer en France. Rester en Italie, où j’ai passé 7 ans, ça ne dérangerait pas non plus. Je me sens bien là-bas, je suis bien adapté, je connais bien le championnat. Avec l’arrivée de Cristiano Ronaldo, le championnat va être beaucoup plus regardé. La Serie A va être beaucoup plus exposée, c’est ce dont elle avait besoin. Mais un retour aux sources, en France, je ne mets pas ça de côté non plus », a conclu le pur produit du centre du Paris SG. Le message est passé. Avis aux amateurs.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10