Onzième du classement de Serie A, l’AC Milan a toujours autant de peine à retrouver son lustre d’antan. Les entraîneurs se succèdent, mais aucun d’entre eux ne parvient à refaire des Rossoneri un candidat aux premières places, à l’heure où le rival nerazzurro revit depuis l’arrivée d’Antonio Conte. Pour tenter de corriger le tir, les dirigeants lombards ont décidé d’injecter du sang neuf dans un vestiaire manquant de leaders.

Mais avec des moyens financiers limités, Milan attendait qu’une opportunité à bas prix se présente. Et c’est arrivé avec Zlatan Ibrahimovic. À 38 ans, le Suédois est certes proche de la fin de carrière, mais il présente l’avantage d’être libre comme l’air depuis qu’il a décidé de mettre un terme à son aventure à Los Angeles. Une aubaine pour des Rossoneri dont le secteur offensif est également à la peine puisque son meilleur buteur n’est autre que le latéral français Théo Hernandez (4 buts, à égalité avec le Polonais Piatek).

Ibra de retour à Milan 6 ans et demi après

L’option Ibra était donc idéale, même si une forte concurrence (Bologne, Naples, Everton) existait. Mais depuis hier, l’optimisme était de rigueur à Milan. Tour à tour, les médias transalpins indiquaient qu’un accord sur la base d’un contrat de six mois assorti d’une prolongation d’un an avait été trouvé entre les différentes parties. Il ne manquait plus que l’accord définitif du joueur. Eh bien d’après Sky Sport Italie, c’est fait : Ibrahimovic vient d’accepter la proposition rossonera.

Le détail du salaire accordé à l’ancien Parisien n’a pas filtré, mais l’attaquant va donc retrouver un club qu’il a fréquenté entre 2010 et 2012 avant de rejoindre le Paris Saint-Germain. Ibrahimovic arrivera-t-il à soigner les maux milanais ? Vu son âge, le défi ne s’annonce pas simple, même si un certain Cristiano Ronaldo prouve qu’à 35 ans il est possible d’être élu meilleur joueur du championnat italien.